3
min

Le grand Mage,

Image de Alain Derenne

Alain Derenne

16 lectures

2

Sous le titre très honorifique et avec le nom pompeux de Grand Mage
Sâr Rabindranath* Berger, prince du mystère et grand initié psychique
et métaphysique, je, moi, Aldebert Duchemin-Desdames, n'avais cette
année trouvée aucun engagement, il faut vous dire que ma gloire, m'avait
gentiment laissé tomber, elle était resté là où je l'avais connu, les affiches
qui proclamaient ma grande voyance ne tentaient plus aucun impresario
mes demandes à plusieurs casinos restèrent lettre morte, très rarement
une réponse pour m'annoncer que la place était prise, comme ma femme
restée là où ma gloire m'avait abandonné, eh oui, même ma place avait
été prise, plus de place nulle part quoi...
J'avais à une époque, oh! Le fou que j'avais été, dénigré les grandes
stations balnéaires parce que trop bling-bling, avec des gens pincés des
fesses et qui plus est, te faisaient sentir les différences entre eux et leurs
fortunes, souvent mal acquises, gagnées avec la sueur du front des
ouvriers travaillant dans leurs usines.
Depuis ses stations balnéaires aux airs de grandes dames me le rendaient
bien, mais pour moi en mal, je résolus donc d'entreprendre seul ma
tournée à travers de modestes stations où les initiatives privées ainsi
que les municipalités plutôt avares se refusaient à créer un casino, que
celui en nom qui vendait crémerie, tout venant et faisait dépôt de pain.
Juste une petite salle de spectacles où se jouait le loto du vendredi soir,
une salle que le public appelait souvent «le petit trou pas cher»...
Pendant des jours, puis des semaines et des mois, j'ai visité les petites
villes du bord de mer pour y placarder des...comment vous dire, pour ne
pas paraître imbus de moi-même, oui des calligraphies sur lesquelles je
déclarais que ma modestie de Grand Mage m'empêchait de dévoiler toute
l'étendue de mon génie de divination et que toutes les académies du
monde, tous les savants n'étaient rien devant mes lumières, là je pense
quand même que j'exagère le trait non ?
Enfin débarrassé de tout un tas de choses devenues inutiles, dans un lieu
bien connu des Parisiens, le «mont-de-piété», et avec très peu de bagages
je suis parti dans ma petite auto, un amour de torpédo, en évitant les
cahots dans ma toute petite auto ♫♪♫ **sur les routes de l'atlantique et de
la manche, m'arrêtant dans de petites stations sans grande renommée comme
Blainville-les-flots qui se compose petite ville de province de seulement
quelques villas occupées en été est là, parmi celles-ci, l'unique hôtel qui
fait dépôt de pain, café/bar, bazar...avec attablé des dames seules, des
Parisiens en vacances et quelques étrangers, ils sont là, à couler des
après-midi de bavardages après des matinées laborieuses, des pêches
infructueuses et des soirées longues, les messieurs jouant aux cartes ou
aux dominos alors que leurs femmes dans un coin sur la terrasse papotent
en buvant une orangeade ou un thé, avec sublime instant, des petits sablés
du cru à grignoter, la salle du petit trou pas cher, salle dite des fêtes mais
aussi salle de restaurant de cet hôtel d'un autre siècle au nom aussi ancien
que ses murs, «hôtel des postes et des pêcheurs» avait avant l'heure des
repas un aspect désolé, et le temps passait...
Et j'étais là, seul à ma table, à cogiter sur ce qu'avait été ma vie et ma bêtise
celle qui m'avait fait d'en être arrivé là, moi Sâr Rabindranath Berger, moi
qui avec ma petite voiture sillonnant maintenant les routes aux alentours
je drainais avec mon petit claxon italien, et mon magnéto micro/hurleur,
lui avec lequel j'énonçais mes vertus, ma science, toutes mes connaissances,
toute mon expérience, elle qui avait un temps été approuvé par les puissants
de ce monde pendant ma gloire à Biarritz et les soirées à la villa Belza ***, les
sultans de Turquie et du Maroc à qui j'avais à l'époque prédit leur déchéance...
des Anglais et des Russes fortunés et bla bla bla, le soir dans la petite salle où
je faisais mon numéro, mes tours, devant une foule éparse de vieilles dames
amusées et perplexes, plus que ces messieurs un tantinet style, MOI je connais
le truc, un auditoire aux anges et moi, intérieurement ravis, ce qui grâce à mes
discours savants et au nombre grandissant jour après jour des consommateurs
le bouche-à-oreille jouant son jeu, je n'eus plus de peine, j'évitais la perte de
mes dernières économies, mes repas et apéritifs m'étant offerts...
Les jours et les soirées se suivirent, les gens venaient de plus en plus et
bientôt la petite salle des fêtes fut comble, les gens se serraient, je repris des
couleurs, mon compte en banque aussi, je pus refaire ma garde-robe qui était
plus que spartiate, mon nom gagna les villes moyennes puis les grandes
villes côtières où les casinos commençaient à se montrer preneurs de mes
tours, la renommée me repris la main au coin de l'abandon, j'avais l'espace de
quelques jours eus les pieds au bord du vide****, assis sur mon passé, à
attendre la vague qui, si j'avais baissé les bras m'aurait emporté...
Merci à la roue qui tourne, comme les loteries des fêtes foraines de notre
enfance.
* Emprunté à Pierre Dac
** Comptine - la Torpédo (parole de Tinon)
*** Ilbarritz - roman d'un ami, Emile Castillejos
**** Emprunté au même ami (merci à lui)

Thèmes

Image de Nouvelles
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Aldebert est un bien charmant grand mage et ton texte sonne comme une mélodie, par endroit, qui me donne, malgré tout, envie de fredonner. Le plongeon dans le passé est un plouf agréable que ton écriture porte divinement bien.
Je te remercie, Alain

·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
merci à toi pour le temps que tu passes sur mes petits écrits sans prétention.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Tout vient à point à qui sait attendre... Une belle fin de carrière pour ce grand mage et une bonne satyre du "grand" monde !
·
Image de Alain Derenne
Alain Derenne · il y a
Oui, merci Geny et bon dimanche à toi.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Merci ! Bon dimanche Alain !
·