Le garde du corps

il y a
1 min
16
lectures
1

Auteur hétéroclite et iconoclaste !

Par le plus grand des hasards, ils étaient nés le même jour...mais pas au même endroit. Leur date de naissance était d’ailleurs leur seul point commun.
Roger était un brave type, à l’éducation irréprochable. Peu instruit, certes, mais d’une intelligence et d’un sens de la vie incroyables.
« Le coeur sur la main » disaient tous ses amis. Il avait quitté l’école très tôt, pour s’occuper de ses parents malades. Son enfance n’avait peut-être pas été des plus heureuses, mais il en avait tiré une force courageuse et une bonté incommensurable . Sa religion : d’abord les autres. Lui après...peut-être !
Il était à présent seul dans la vie, ses parents étant partis pour le grand voyage...
Les voyages...ça le connaissait maintenant, car cela faisait partie intégrante de sa fonction. Il était garde du corps !
Hubert était son patron. Un premier de la classe. Il avait tout fait pour y parvenir et ce n’avait pas toujours été très joli.
« Ce ne sont pas les scrupules qui l’étouffent » disaient ses ennemis.
La générosité, la gentillesse, l’amour des autres étaient des qualités absentes de ses convictions.
Il embrassait une carrière politique prometteuse et un avenir confortable lui était probablement réservé.
Il lui fallait seulement penser à lui-même, rien qu’à lui...
Roger était franc, sincère, affable, toujours prêt à rendre service.
Hubert était menteur, manipulateur, toujours prêt à écraser le premier qui se mettrait en travers de son chemin.
Roger n’avait pas beaucoup de sympathie pour Hubert. Il était bien loin de partager la moindre de ses valeurs.
Mais son boulot était de le suivre. Il était son garde du corps...et s’il le fallait, il devrait donner sa vie pour le protéger...
C’est normal... et c’est évident ! La vie d’Hubert a beaucoup plus de valeur que la sienne ! ! ! Non ?
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,