7
min

Le bateau au dessus des nuages

Image de Villefranche

Villefranche

108 lectures

13

Mélanie se réveille en sursaut, transie de froid. Elle ne s’est assoupie que quelques minutes et met un petit moment à reprendre ses esprits..
Elle consulte sa montre dans le noir et ne peut en lire les indications. La lune a basculé derrière l’horizon et plongé dans l’océan, il fait maintenant nuit noire. Un noir d’encre. Elle se leve pour faire quelques pas dans l’espoir de se réchauffer, elle ne voit plus ses pieds et trébuche ce qui ravive la douleur. Par comparaison avec la nuit précédente, elle évalue qu’il doit être entre quatre et cinq heures. Dans un peu plus d'une heure le soleil se lèvera. Il lui semble que la brume est moins dense et elle a le sentiment furtif de voir quelques étoiles. Le silence est retombé La brume va se dissiper et les secours viendront la chercher. Si seulement... Elle recommence à grelotter de plus belle.
Les deux barres de céréales chocolatées de la veille digérées depuis longtemps, son estomac commence à crier famine.
Mélanie se remémore la journée d’hier.
Se lever au milieu de la nuit. Boire un café chaud pour se réveiller. Impossible d’avaler quoi que ce soit de consistant à cette heure inhabituelle. Quitter Saint Gilles par la route du littoral. Rejoindre la route des Tamarins, jusqu’à Saint Louis, puis tourner à gauche en direction du volcan. La lune joue avec les ondulations de l’océan indien avant de s’y réfugier. Il reste une bonne heure de route sinueuse pour monter à deux mille mètres.
Au coeur de la nuit, après le Tampon se succèdent Le Onzième, le Douzième, le Quatorzième, puis le Dix Septième et enfin le Dix Neuvième. Après avoir épuisé tous les saints du calendrier, à cours d’imagination les Réunionnais ont désignés les dieux dits qui sont maintenant de petites villes, en fonction du kilométrage ! A Bourg Murat, tourner à droite en direction du volcan. Monter en louvoyant dans la forêt. La brume joue avec la lune en sculptant les silhouettes fantasmagoriques des cryptomérias. Un peu plus haut, c’est un étrange mélange de roches de lave, de végétation rabougrie et de lichens. La lumière argentée sur les gouttelettes de rosée, le brouillard qui se fait plus dense, mélange de fascination et de crainte.
Pendant le trajet encore, espérant la rassurer définitivement, Kevin lui a expliqué que le Piton de la Fournaise n’est pas un volcan dangereux. Ses éruptions ne sont pas pyroclastiques - selon les termes mêmes des vulcanologues - puisqu’il s’agit d’une lave fluide qui s’écoule selon la ligne de plus grande pente et pour l’essentiel jaillissant de petits cratères annexes: donc pas d’explosion, pas de projection de cendres ni de scories brulantes à des kilomètres.

Kevin qui travaille à la préfecture, a eu les informations en direct du centre de surveillance du volcan. Il y a une activité sismique importante , signe d’une éruption imminente. Bien sûr le préfet a interdit l’accès au volcan. C’est d’autant plus facile qu’il suffit de poster un gendarme au Pas De Bellecombe, départ du sentier, et tout l’enclos est verrouillé, personne ne peut accéder au volcan. A l’exception de quelques furieux qui partiraient du littoral et qui graviraient les 2200 mètres de dénivelée au risque de croiser une coulée de lave liquide et incandescente. A moins que...

Au Pas des Sables, juste avant d’attaquer la descente en épingles à cheveux vers la Plaine des Sables, un gyrophare bleu et deux képis. Jurer qu’on ne va pas au volcan mais au Cassé de la Rivère de l’Est. Abandonner la voiture un kilomètre avant le parking et partir dans la nuit vers l’est. Dans le dos, quelques victuailles, des vêtements chauds, 80 mètres de corde et deux baudriers qui permettront en trois rappels de descendre dans l’enclos. Kevin a repéré l’itinéraire une fois depuis le bas mais n’est jamais descendu ainsi.

En repensant à cette descente dans le noir, Mélanie se remet à trembler de plus belle. Elle a bien fait du rappel à deux reprises mais pour quelques mètres et bien sûr en plein jour. Là, il s’agit de 130 mètres de quasi verticale dans une végétation agressive et de nuit. Au loin, on devine le halo d'un gyrophare bleu. Elle a juré à Kevin qu’elle l’accompagnerait au bout du monde pour faire ses photos. L’instant est venu de lui prouver sa confiance inconditionnelle et tout son amour. Elle a taché de ne rien montrer de ses émotions jusque là. Maintenant pendue par son baudrier entre ciel et terre sur une ficelle à rôti, le visage griffé par la végétation, elle pleure à chaude larmes. Trois relais en paroi dans la végétation et le dernier morceau: à peine vingt mètres. Alors que tout est fait, il faut que ça arrive là! D’abord le rappel qui se bloque dans la végétation, Kevin qui remonte quasiment sans assurance et qui, après d’interminables minutes de combat arrive à libérer la corde et redescendre au relais. Et puis l’arrivée en bas, le trou à droite, le pied qui porte à faux, et la cheville qui se tord affreusement. Une douleur fulgurante . La cheville qui gonfle instantanément. En serrant les dents et des larmes plein les yeux, Mélanie libère la corde, Kevin la rejoint prestement.

Les relevés sismiques sont formels. Ceux sont les mêmes capteurs qu’en 2000 et 2003 qui s’agitent le plus. Donc logiquement ça doit couler dans le même secteur. Viens Mélanie, reprenons un peu d’altitude. Rejoignons le sentier Kapor puis du Piton Kapor on remontera un peu vers le cratère Dolomieu.
Aux premières lueurs de l’aube, la cheville est douloureuse. Mélanie serre les dents. Pendant qu’elle monte difficilement, Kevin enchaine des aller retours portant tour à tour les deux sacs. Il est maintenant cent mètres plus bas et alors qu’il entame la remontée, dans un vacarme assourdissant un cratère s’ouvre entre eux et une lave rouge incandescente jaillit des entrailles de la terre. Kevin disparait à ses yeux alors en quelques secondes, le fleuve brulant dévale la pente à une vitesse incroyable. Mélanie hurle de terreur, hurle son désespoir et sa peur. Vite, courir, monter le plus haut possible pour s’éloigner de la coulée. Toutes les dix secondes, elle se retourne, essaye de voir l’amour de sa vie, hurle son nom à s’en déchirer les cordes vocales. Rien. Rien que le vacarme et la chaleur. Alors elle monte encore de quelques dizaines de mètres, à bout de souffle, du feu dans les poumons, elle trébuche et heurte lourdement sa tête sur le sol.

Le jour s’est maintenant levé, Mélanie est prostrée contre ce gros bloc de lave. La tête vide, elle regarde sans comprendre ce ruban de feu qui s’écoule à ses pieds. Après plusieurs minutes, elle bondit et cherche frénétiquement son téléphone. Il est resté sur l'autre sac, là bas! C’est Kevin qui l’a. Il va appeler les secours et on va venir les chercher. Oui. C’est ça. Les gendarmes de cette nuit, ils vont bientôt arriver. Ou l’hélico. C’est bien l'hélico. D’ailleurs, ça y est. Il arrive. Mélanie entends les pales qui fouettent l’air du matin. Alors elle se met à hurler, à appeler au secours, elle gesticule, essaie de courir mais sa cheville lui arrache des cris de douleur. Recroquevillée sur elle même, elle crie sa douleur, sa rage d’être là et son désespoir. Seul le grondement de l’éruption répond à sa voix. Revenir à tout prix vers Le Pas de Bellecombe, la seule sortie. Mais où aller? A droite? A gauche? Plus haut? Redescendre un peu? Impossible de voir quoi que ce soit avec le brouillard qui est de plus en plus dense.
Mélanie est prostrée. La tête est douloureuse. Elle fonctionne au ralenti.

Le brouillard est arrivé de la vallée, par moments elle devine un coin de ciel bleu. Il faut donc monter plus haut pour être visible par les secours. Peu importe la douleur. Monter. Toujours monter. Après avoir erré plusieurs heures, avoir changé d’avis plusieurs fois Mélanie atteint le rebord du cratère Dolomieu. Dans le brouillard, elle manque de basculer dans le vide. La fin de l’après midi approche, dans moins d’une heure, il fera nuit. Inutile d’espérer le moindre secours pour ce soir. La température a encore chuté. Vite trouver un abri. Le mois dernier, Stéphanie la journaliste de Radio Freedom qui habite le même immeuble à Boucan Canot, annonçait qu’on avait retrouvé les corps de deux randonneurs morts de froid, perdus sur les pentes du volcan. À l'antenne, l'info a fait trente secondes. Mais devant l'immeuble, les deux voisines ont discuté un bon quart d'heure. Stéphanie, en reportage à Bourg Murat était arrivée au Pas de Bellecombe juste quand les gendarmes extrayaient les deux civières de la brume. La mère d'un des deux randonneurs, qui avait donné l'alerte était là, dévastée. Quand le gendarme baissât le zip de la housse blanche, elle avait vu le regard de la mère se figer avant qu'elle ne s'effondre dans les bras du gendarme qui avait l'âge de son fils. Oui, on peut mourir de froid même sous les tropiques.

Plusieurs heures s’écoulent. Heureusement avant d’abandonner le sac , elle a récupéré une veste chaude . Tout le reste, les vivres et les autres vêtements sont restés dans le deuxième sac en bas. A force de tourner en boitant sur les pentes sommitales, Mélanie finit par trouver un ancien cône éruptif de quelques mètres qui l’abritera un peu du vent.
De l’autre côté du volcan le soleil a complètement disparu. Coté est, les nuages mélangent l’argent de la lune au rougeoiement de la lave en fusion. Est ce le brouillard, le relief ou le vent qui étouffe le bruit de l’éruption ? La source se tarit elle? Peut être Kevin va-t-il pouvoir contourner la coulée et la rejoindre. Elle concentre son énergie, tous ses sens se tendent dans un seul espoir: entendre un cri, deviner la lueur d’une lampe, percevoir le bruit de l’hélice. Rien. Rien de rien. La fatigue aidant - elle a dormi deux heures la nuit précédente- Mélanie perd la notion de temps. Plusieurs fois elle s’assoupit quelques minutes, pour se réveiller en sursaut. Plusieurs fois, elle se pince dans l’espoir de réveiller dans son lit, près de Kevin. Mais non! Ce cauchemar n’est pas un rêve. Alors pour se donner du courage, pour tromper sa solitude, elle chante, non, elle hurle tout son répertoire. Elle s’égosille. Petit papa Noël, quand tu descendras du ciel....avec ton hélico... n’oublie pas ta petite Mélanie qui se meurt sur un volcan du bout du monde. Elle déclame en pleurant du Grand Corps Malade. Puis Les bals populaires et Mon beau sapin. Elle veut finir son récital en beauté. Que je t’aime, que je t’aime ! Et c’est Kevin qui lui donne la réplique comme samedi dernier au karaoké. Il est là! Il chante et danse dans la brume au dessus de la coulée de lave, soudain s’enflamme et disparait...Alors Mélanie s’effondre et pleure toutes les larmes de son corps, la tête serrée dans un étau.

Le soleil qui se lève la trouve prostrée, les yeux hagards. Elle ouvre les yeux, regarde sans comprendre la mer de nuages à ses pieds. Et puis là bas, à l’horizon, au dessus des nuages, dans l’aveuglante clarté du matin, elle voit un bateau.
Alors elle se met à gesticuler, fait de grands moulinets avec ses bras, implore l’aide des marins.
Mais non, rien ne bouge. Sur le porte container l'homme de quart regarde le sommet du Piton de la Fournaise et le Piton des neiges qui seuls, émergent de cette couronne de nuages. Nous avons une belle lumière ce matin, pense t il. Il sort son téléphone portable et prends une photo, qu'il postera sur Face Book tout à l'heure. Le vaisseau contourne l’ile par le nord. Dans une heure il doublera Saint Denis et ce soir quittera l’ile, délesté de quelques containers pleins de machines à laver et de téléviseurs.

Une brusque torpeur s’empare de Mélanie, elle s’effondre à nouveau, un petit filet de sang s’écoule de son oreille gauche.
Ce n’était pas un rêve! Je l’ai vu ce bateau au dessus des nuages...



Si vous voulez sauver Mélanie , copiez / collez le lien:    http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-vous-voulez-sauver-melanie-1

Si vous voulez sauver Kévin, copiez / collez le lien:        http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-vous-voulez-sauver-kevin

Si votre couleur est le noir, copiez / collez le lien:            http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-votre-couleur-est-le-noir

Thèmes

Image de Nouvelles
13

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Alain Harreau
Alain Harreau · il y a
J'a horreur que l'on me prive du dernier chapitre d'un livre.
Bon lecteur je n'ai cependant pas le doctorat d'informatique qui pourrait me permettre de trouver la fin de votre nouvelle. Donc zéro pointé.

·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Et moi, j'ai horreur que mes lecteurs m'abandonnent en chemin.
L e pb, c'est que la zone de texte réservée aux oeuvres n'est pas prévue pour recevoir un lien. Il faut le copier / coller dans la barre d'adresse tout à fait en haut de l'écran. Autre solution , je vous mets les liens dans la zone de commentaire ci dessous et hop! yakacliquer!
Une bonne journée à vous

si vous voulez sauver Mélanie
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-vous-voulez-sauver-melanie-1

si vous voulez sauver Kévin
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-vous-voulez-sauver-kevin

si votre couleur est le noir
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/si-votre-couleur-est-le-noir

·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bip bip : ouf ! ;-)
Et merci pour la "belle" excursion !

·
Image de Stéphane Bonnet
Stéphane Bonnet · il y a
tu es passé au niveau professionnel !!
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Pseudo professionnel.
·
Image de Christopher Olivier
Image de Marc Barbier
Marc Barbier · il y a
On sent que tu connais les lieux... le suspense est bien mené et que fait on maintenant, droite, gauche, milieu ?? Bien vu le choix final à faire, je vais choisir....
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Quand tu as été trois fois au volcan, mais aussi au Piton des neiges, au Maïdo, au Grand Bénare, à Cilaos, à Maffatte, un petit coup à Salasie, si tu rajoutes une rando à Grand Galet , une à Takamaka et une visite au Voile de la Mariée, le tout à pied bien évidemment, tu as une carte de la Réunion en relief dans un coin de la tête.
·
Image de Nannie Rayre
Nannie Rayre · il y a
Qu'elle belle description de ce si beau volcan.Je m'y revois .très. beau texte bravo je vais lire les suites
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Merci.
Peut être, depuis le sommet, avez vous vu aussi un bateau au dessus des nuages.

·
Image de Bersu
Bersu · il y a
j'aime le suspens
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Merci, choisissez votre fin avec un copier / coller du lien selon que vous voulez sauver Mélanie, Kévin ou ... si votre couleur est le noir.
·
Image de La zaragozana
La zaragozana · il y a
Super histoire. On dirait que tu connais bien cette île ;) J'attends la suite!
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
J'ai toute la géographie de l'ile imprimée en 3D dans un coin de mon cerveau.
·
Image de Lisettte
Lisettte · il y a
Moi je veux sauver Mélanie et Kevin ,je suis pour les fins qui se terminent bien c’est mon côté fleur bleue..... À ton stylo j’attends la fin avec impatience. Et bien sûr toujours fan ....
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Bonsoir Lisette,
les différentes fins sont écrites et en ligne. Apparemment le lien ne fonctionne pas directement, il faut faire un copier / coller du lien dans la barre d'adresse.

·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Ce texte aurait plus de lecteurs si vous l'aviez présenté pour le Prix "Imaginarius" : il est encore temps !
Apprécierez-vous "Un scoop" écrit pour ce prix ?

·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Pour Imaginarius, J'ai présenté un autre texte: "Cinquante jours de brouillard"
Par contre vous ne me dites pas si vous avez aimé celui ci et si vous avez choisi une fin. Si vous hésitez, vous pouvez ouvrir les trois tiroirs.

·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Je vais déjà lire votre texte pour le prix !
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
quand vous sortirez du brouillard, vous pouvez revenir ici, car pour le prix d'un seul, vous en avez quatre. Oui madame, oui Monsieur, 4 pour le prix d'un seul, c'est quand même mieux que treize à la douzaine!!!! :-)))
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
C'est déjà fait ! Par contre vous n'êtes pas venu dans ma brume "Un scoop" ?
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
si, si. A court d'inspiration et de temps, je n'ai pas posté de commentaire.
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Votre vote n'est pas enregistré !
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Le fait que je n'ai pas voté ne veut pas dire que votre texte n'est pas bon, à mon gout. Pour les votes je me suis fixé une règle: je lis au moins dix oeuvres et je vote pour les cinq qui me paraissent les meilleures.
je me refuse aussi à voter pour certains qui caracolent en tête des classements grâce à une méthode bien rodée: Une phrase élogieuse à chaque auteur associée à une demande de vote. Regardez bien, parfois c'est purement du copié/ collé, en série.
Une bonne journée à vous.

·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Je ne fais pas partie des ces auteurs qui pratique ce copié/ collé !!!
·
Image de Villefranche
Villefranche · il y a
Ce n'est pas de vous que je parlais
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
J'ajouterai que personnellement je ne compte pas mes votes : la preuve, j'ai voté pour 2 de vos textes !
·