3
min

L'année où j'ai perdu Décembre - Chapitre 1

Image de Thom Burnet

Thom Burnet

2412 lectures

25

Quelque part en France, de nos jours...

Un brouillard cotonneux enveloppait Mathieu lorsqu’il ouvrit les yeux. Les membres endoloris, il n’était pas sûr d’être vraiment réveillé. Une odeur entêtante de cannelle l’enveloppait. Il se tourna dans le lit et il lui sembla que quelqu’un faisait de même près de lui.

Il avait ramené une fille ? Mais d’où ?

Il tenta de mobiliser ses souvenirs : la veille, vendredi 1er décembre, pour en finir avec cette semaine interminable, il était allé à une fête organisée par son meilleur ami Julien. Une trentaine de personnes s’était entassée dans le petit appartement. La musique avait été forte et l’alcool abondant. Il avait bu, beaucoup bu ; peut-être même trop bu. Emmêlé dans ses souvenirs alcoolisés, il sombra de nouveau dans le sommeil.

Quand il émergea, son esprit semblait un peu plus clair. Il réalisa qu’il dormait nu. Il entendit près de lui une respiration apaisée. Il releva la tête, curieux de savoir qui avait partagé sa nuit. La pièce était très sombre, bien plus que d’habitude. Le radio réveil ne transformait pas la nuit en une obscurité verdâtre. Il chercha son portable sur la table de nuit, mais celle-ci avait disparu ; alors qu’une tête de lit était apparue au-dessus de lui. Il comprit qu’il n’était pas chez lui.

Il se leva discrètement et partit à la recherche d’une porte à la faible lueur de sa montre chronomètre. Il finit par trouver une poignée en face du lit. Il sortit en silence. Dans le couloir, il trouva quelques vêtements, les siens et une robe rouge et blanche.

Qui lui fit penser à un costume de mère Noël.

Soudain, une image de la soirée lui revint. Il y avait chez son ami une jeune femme brune, haute sur talons, pétillante à l’extrême qui arborait une courte robe de velours rouge et blanc. Elle avait un accent du sud et deux boucles d’oreilles en forme de sapin qui se balançaient au rythme de sa danse.
Avait-il couché avec elle ? Il se souvint qu’elle l’avait agacé avec son attitude de gamine surexcitée par l’approche de Noël.

Il poursuivit jusqu’à un salon-cuisine envahi de décorations de Noël. Il y avait là des guirlandes de tissu, des boules en cartons et des lanternes avec des bougies bien entamées. Il découvrit des photos de la jeune femme en vacances à la plage, en famille avec ceux qui pouvaient être des frères ou des cousins et sur un traineau en compagnie d’un Père Noël bien gras.

« Ah ouais, quand même ! » commenta-t-il pour lui-même.

Il retrouva toutes ses affaires à l’exception de sa chaussure droite.

La porte de la chambre s’ouvrit soudain et laissa apparaître une jeune femme nue, les cheveux emmêlés, éblouie par la lumière. Mathieu regretta de n’avoir aucun souvenir de cette nuit étant donnée la plastique de la brune.

Elle sourit en l’apercevant et vint l’embrasser. Il se laissa faire. Elle avait les lèvres chaudes et douces. C’est elle qui sentait la cannelle.
« Salut ! », dit-elle dans un sourire.

Elle continua jusqu’à la cuisine.

« Tu veux petit-déjeuner ? »

Il sortit une excuse classique : « Je dois bosser aujourd’hui... » avant de s’arrêter. Il avait prévu de filer sans faire de vague mais étant donnée la tournure des événements, il pourrait peut-être rester.

Elle rigola : « Les graphistes bossent aussi le dimanche ?! Il va être beau mon blog ! »

Pourquoi parlait-elle de dimanche ? Et c’était quoi ce blog ?

Il la regardait s’affairer dans la cuisine, allant de la machine à café au grille-pain, toujours nue.

« Tu petit-déjeunes toujours nue ? »

Elle lui sourit : « Quand j’ai passé une nuit comme celle qu’on a eue, je ne suis jamais pressée de me rhabiller ! »

Elle ajouta : « Ça te gêne ? De toute façon, tu dois y aller, non ? »

Elle faisait comme s’il n’était déjà plus là. Mathieu admirait ses petits seins pleins de promesses. Il se dit qu’il fallait qu’il reste. Il allait le lui dire quand elle lui demanda :
« Tu vas faire des courses de dernière minute ?
- Pour quoi ? »

Elle eut un sourire étonné : « Ben pour Noël.
- Ca va, il me reste encore plus de trois semaines ! »

Elle rigola bruyamment. « Il te reste aujourd’hui, oui !
- Comment ça ?
- Ben Noël, c’est ce soir. »

Il fronça les sourcils. « Ben quand on est le 2 décembre, Noël, c’est dans vingt-trois jours, non ? »

Elle semblait réfléchir avant d’approuver : « Ca c’est sûr tu as raison ! » Elle laissa un temps avant d’ajouter : « Mais on n’est pas le 2 décembre. »
Il s’approcha d’elle. Il ne faisait plus attention à ses courbes : « Mais qu’est-ce que tu racontes ?! Hier, on était vendredi 1er décembre ? »

Elle secoua la tête : « Non, hier, on était samedi 23. » Devant le regard perdu de Mathieu, elle ajouta en effaçant son sourire : « Et aujourd’hui on est la veille de Noël, le dimanche 24 décembre. »

Ils se fixaient chacun, troublés par les propos de l’autre.

La jeune femme montra le portable qu’elle avait attrapé sur la table, sur l’écran d’accueil, il lut « Dim 24 Déc. »

Il porta la main à sa bouche.

« Mais qu’est-ce qui s’est passé ? Je... J...

Il se tourna vers la jeune femme : « Tu veux dire qu’hier on n’était pas chez Julien ? »
« Non ! Tu m’as rejoint à une fête chez Alexandra... tu ne vois pas qui est Alexandra... Alexandra, une de mes copines, et après on est rentrés chez moi. »

Ses traits se tendirent : « Tu te souviens pas non plus de ce qu’on a fait cette nuit ? »
Il la regarda l’air paniqué.

« Tu ne te souviens pas qu’on sort ensemble depuis le début de la semaine ?
- Putain, il faut que j’y aille ! »

Il attrapa son sac près de la porte et sortit en courant de l’appartement.

Il se retrouva dans une rue qu’il ne connaissait pas. A la fenêtre, la jeune femme, enroulée dans une serviette l’appelait. Il leva la tête avant de s’élancer en courant, sans savoir vers où il partait.


L'année où j'ai perdu Décembre est un calendrier de l'avent à lire. Du 1er au 25 décembre 2017, chaque matin, un nouveau chapitre de l'histoire est mis en ligne.
Le lien vers le chapitre 2 est rappelé dans les commentaires ci-dessous.
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-2

Thèmes

Image de Nouvelles
25

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Littlemary
Littlemary · il y a
Bien pour le suspense. Et moi j'ai trouvé la pub pour ce texte sur Facebook, c'est bizarre, ça va continuer ?
·
Image de Stella Stella
Stella Stella · il y a
J’en veux la suite !
Vite vite.. mais que s’est il passé???

·
Image de Samantha Le Turcq
Samantha Le Turcq · il y a
Premier chapitre qui accroche bien le lecteur.
·
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a
Merci pour le compliment !
La suite est déjà en ligne ! ;-)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-2

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un magnifique premier chapitre de l'avent. Succulent. Mon "Tropique" est en finale TTC si vous avez envie de le soutenir.
·
Image de Danielle Jain
Danielle Jain · il y a
C'est une idée délicieuse de nous faire profiter d'un roman de l'avant.
J'attends la suite
Merci

·
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a
La suite est en ligne à cette adresse : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-2
·
Image de Thom Burnet
Thom Burnet · il y a
Pour découvrir le chapitre 2, c'est par là : http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/lannee-chapitre-2
·
Image de Fred_Pell
Fred_Pell · il y a
Prométeur. Trop envie de lire la suite !!!
·
Image de Marie Blieck
Marie Blieck · il y a
Les semaines à venir s'annoncent bien agréables , avec chaque matin , une découverte, seule, au petit déjeuner , de quelques pages . Les premières, ce matin, ont déjà su faire naître une envie de lire quotidiennement la suite de ce mystérieux réveil ...
·
Image de Edith Shama
Edith Shama · il y a
Whaou ! Ça commence fort
·
Image de Fracasse
Fracasse · il y a
Très bonne idée l’affiche !
Antonin tout excité m’a annoncé
qu’il allait accrocher son calendrier de l’Avent.
Moi aussi, ce matin à l’heure du Petit Déj’ j’ai ouvert mon calendrier.
1er chapitre réussi…
J'étais dans l’appartement.
Et puis, fin de page.
je courais moi aussi dans la rue.
Zut… il faut attendre demain… mais où allons-nous ?
Françoise

·