Lafleur,

il y a
2 min
34
lectures
4

Peintre du dimanche, scribouillard de petits textes 1,2 maxi 4 pages, drôle en société, ai beaucoup aimé R.Lamoureux puis le grand Coluche, aime la lecture SF, Thriller ainsi que des plus anciens  [+]

Monsieur Lafleur venait de dépasser la barre des trente cinq ans, il était un peu las de courir les jupons des jeunes gazelles de soirées en bals, de lunchs en fêtes diverses, oui il était résolu depuis peu à chercher et trouver l'âme sœur pour comme un bon nombre de ses amis, se faire un doux foyer où il pourrait chaque soir venu comme dans nos campagnes devenir un oiseau rentrant au nid.
Mais il faut vous dire qu'il était d'un tempérament difficile et pour embellir son chez lui, il ne voulait qu'un être comment dire, oui c'est cela, idéal avec un physique et de l'esprit, surtout pas une cervelle de moineau, sa future femme une fois choisie, jeune et charmante, fraîche comme la rosée du matin, l'aube du jour nouveau en Beaujolais*, en plus une jeune femme musicienne, pour recevoir, une artiste vous pose un homme, bien sur il lui faudrait avoir un caractère souple, oui, souple pour pouvoir se plier à un amour fou, avec en plus un dernier petit détail mais pas des moindres, une dot... qui plus est, plus que rondelette le dot...
Alors Lafleur, notre brave personnage se met en campagne et au bout de plusieurs dizaines de jours, il en avait déjà renvoyé à leur maman trois, la première était pourtant très belle, bien pourvu en dot, mais trop maigre à son goût, elle évidemment pas la dot, dommage...la seconde était elle aussi adorable, une véritable bunny, un ange, le seul problème était de taille, elle avait de grandes dents ce qui la faisait bégayer, quand à la troisième, un trésor, mais on ne savait pas avec elle où se posait son regard, ses yeux si magnifiques et beaux, bleu azur ne pouvaient se poser sur un même sujet sans diverger, lorsque l'un se posait sur vous, l'autre regardait le cadre sur le mur, elle ne cadrait donc pas avec les critères de choix de notre ami Lafleur, en plus elle avait un embonpoint certain qui jurait avec ça si petite, mais petite dot, alors il lui signifia son refus...
Il prit donc son bâton de pèlerin, mais pas pour se rendre à Compostelle, non, pour arpenter les rues de la grande ville comme un prédateur à la recherche de «la» fille...mais à chaque fois qu'il croyait avoir trouvé la perle, elle n'avait qu'un éclat qui vite se ternissait, l'huitre n'était pas bonne, elles avaient qui l'une les pieds plats se qui lui donnait une démarche claudicante, une autre les bras trop longs, un air simiesque, une autre encore les jambes un peu arquées, ou bien une qui avait de jolies lèvres mais un bouton sur le nez, sans compter un cou trop long ressemblant à une girafe, le nez camus à un boxer...au secours !!!, j'en passe et des bien plus sympa.
Lorsque la belle avait tous les critères inhérents d'un choix drastique avec une plastique des plus exquises, l'équivalent d'un Loukoum, de quoi le rendre accroc et fou de bonheur, comme le loup dans les Tex-Avery, elle n'avait pas le sou...
Voilà vingt ans que ce bon Lafleur court de ville en ville ne rencontrant bientôt plus que des femmes d'un certain âge, n'étant plus d'une première jeunesse, avec ça, son idéal de petite caille s'étant envolé, il se mit à penser qu'au contraire du vin le bon célibataire ne se bonifie pas en vieillissant.
Alors jetant à la face du ciel une dernière supplique qu'il fit pour le remercier par avance de lui trouver une petite bonne femme même sans dot qui pourrait aimer un petit bonhomme bedonnant plus près des 110kg que d'une plastique d'athlète avec une calvitie plus que naissante des cheveux qui blanchissaient dangereusement, des rides, les joues couperosées...
Notre pauvre Lafleur un peu fané le bonhomme, et toujours seul...
Comme quoi, il ne faut jamais faire trop le difficile, j'ai lu une fois un truc qui devait être un peu dans l'esprit de ceci...
Messieurs ce n'est pas en cherchant à tout prix le bon numéro que l'on gagne à ce genre de loterie.

* petit clin d'oeil au Beaujolais nouveau qui vient de venir sur nos tables
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !