2329 lectures

494

FINALISTE
Sélection Public

Il était une fois, aux confins de la terre, dans les terres désolées se trouvant aux abords du désert, un vieil homme, vivant là avec son jeune fils. Sa femme était morte en couches, juste après avoir donné vie à leur premier enfant. Le vieillard lui prodiguait ainsi une éducation solitaire, parmi les immensités ondulant sous un Soleil sans fin, des souvenirs comme seuls autres compagnons.

La région n'offrait en vérité que peu d'attrait. L'eau y était rare. L'homme et son fils y possédaient bien un puits, mais celui-ci était tari depuis longtemps. La végétation autrefois luxuriante de l'ancien oasis qui leur servait d'abri avait ainsi disparu avant même leur arrivée, ne laissant de-ci de-là que quelques touffes d'herbes et arbustes épars.

Ils demeuraient malgré tout, n’ayant en réalité guère d’autre endroit où aller, et le vieillard trouvant là dans l'isolement le répit auquel il aspirait depuis longtemps. Il avait en effet autrefois – presque dans une autre vie – beaucoup voyagé ; connu l'amour, connu la guerre, et s'était lassé de l'une, et dégoûté de l'autre après le trépas de sa dernière bien aimée. Leur fils quant à lui n'avait jamais rien connu du Monde, et n’avait donc rien à regretter. Leur vie était rude, dépourvue de plaisirs ou même de chaleur humaine, autre du moins que celle que pouvaient se procurer un vieil homme taciturne et un fils par habitude tout aussi silencieux. Ils s'en accommodaient toutefois, tirant leur subsistance de quelques chèvres survivant là comme par miracle, et des légumes qu'ils parvenaient à faire pousser dans l'oasis asséché.

L'eau, pourtant, était – comme nous avons déjà eu l’occasion de le dire – rare. Et comme le savent les nomades les plus hardis, qui seuls osent s'aventurer jusqu’au fond du désert, « manquer de tout n'est rien, mais manquer d'eau est tout ». Il fallait donc chaque jour aller chercher le précieux liquide au loin, en franchissant pour cela plusieurs dunes sous un soleil de plomb. Après des heures de marche on finissait ainsi par arriver à un puits, lui encore abondant, et dans lequel un voisin prenant en pitié leur misère les laissait puiser.

L'enfant et le vieil homme se chargeaient ensemble de la besogne. Pour le fils, pour toujours, le temps de l'enfance serait celui rythmé de ces longs va-et-vient côte à côte, dans lesquels la marche n’était égayée que par l'espoir d'un mot occasionnellement arraché au vieillard, et le plaisir encore plus rare d'une anecdote, tirée comme d'une autre vie, faite de villes brillantes, de héros flamboyants et récits d'aventures glorieuses.

La routine était ainsi éternelle. Chaque jour ils faisaient ensemble le chemin, parvenant à leur but tout ruisselant d'efforts. Ils échangeaient alors parfois un mot avec le propriétaire, qui, quand il était seul, les laissait boire à même le puits ; plus rarement avec une caravane égarée dans cette région inhospitalière. Les paroles étaient toujours brèves, car au milieu de nulle part, avec le vent sifflant aux oreilles les paroles de Djinns oubliés, et le dénuement du paysage comme seul horizon, elles paraissent toujours superflues, et les bédouins ne sont guère bavards en dehors de leur camp. Le vieil homme et son fils puisaient alors l'eau et repartaient, ployant sous un fardeau redoublé pour le long chemin du retour.

Si nous nous aventurons à décrire cette corvée, au demeurant plus ennuyeuse à ceux qui la subissaient qu'elle n'est pénible à conter, c'est que son terme présentait l'intérêt d'une bizarrerie méritant toute notre attention. On y retrouvait en effet là aussi un rituel
immuable. Le vieillard et le fils se déchargeaient en arrivant de leurs barriques d'eau, et en versaient le contenu dans l'auge des chèvres, qui se précipitaient pour y boire goulûment. Le vieillard s'arrêtait à ce moment, et au lieu d'aller arroser leur potager, prenait une des outres pour en déverser à gros flots le contenu au milieu de l'ancienne palmeraie, sur le sol stérile ponctué de carcasses de bois séchées au soleil. Alors seulement, après avoir dilapidé ainsi le fruit de leurs efforts, préservait-il une part pour leur boisson jusqu'au lendemain, avant d'aller arroser avec le reste leurs maigres cultures.

Cette routine était si bien ancrée qu'à vrai dire, pendant longtemps, jamais le fils ne songea à y arrêter sa pensée. Elle faisait pour lui partie de l'ordre des choses de cet univers limité qu’il appelait sa vie.

Il arriva cependant que le temps passant, son père, sans doute pour avoir trop contemplé le Monde, commença à en avoir la vue de plus en plus obscurcie. La route lui devint ainsi pénible, puis difficile, puis impossible. Il finit par demander à son fils d'aller seul chercher l'eau au puits. C'est comme cela que l'enfant, qui aurait été bien en peine de savoir autrement son âge, sut qu'il était désormais devenu un homme, et à partir de là c'est ainsi chaque matin seul qu'il prit le long chemin déjà parcouru tant de fois par le passé.

À son retour cependant, son père l'attendait toujours. Et trébuchant à moitié dans le sable, tâtonnant dans le vide avec ses mains, il accomplissait immanquablement le même rituel qu'autrefois : allant donner à boire aux chèvres, répandant une moitié d'outre sur le sol sans vie, avant de demander à son fils de stocker le reste.

Sa vue continuait pourtant de baisser et même ces simples gestes du quotidien devenaient épuisants. Le soleil qui brûlait la région n'arrangeait rien, et le vieil homme ne quittait ainsi plus que rarement la toile de tente rapiécée qui leur servait d'abri.

Pendant ce temps son fils continuait de grandir, au rythme monotone de ses allers-retours incessants. Chaque jour le fardeau, qui avait finit par modeler son corps, lui paraissait ainsi insensiblement plus léger. Son moral en revanche fléchissait. Il souffrait en effet de plus en plus de voir à chacun de ses retours le vieillard sortir à pas lents de sa tente, et se diriger maladroitement vers les outres qui l’avaient occupé toute la journée. Il en venait même à haïr brièvement son père, au moment fatidique où celui saisissait une des gourdes pour répandre en vain chaque jour le fruit de son dur labeur. Il ne connaissait que trop bien en effet le prix de cette lubie, comptée en récoltes qui manqueraient faute d'eau, de troupeaux épuisés par le Soleil, ou même pour lui la soif, vieille compagne qui l’avait étreint depuis toujours.

Vint un jour pourtant où son Père ne sortit plus du tout l'accueillir, restant simplement sur le seuil de la tente, le regard vide perdu au loin. En distribuant l'eau au troupeau, puis en la répandant, comme il avait vu tant de fois son Père le faire, le fils dévisagea ce jour-là le vieillard. Malgré son opinion, le fils fut heureux de voir le vieil homme sourire en entendant le « glouglou » de l'eau absorbé par la poussière du sol assoiffé. Le soir, le vieux rompit même l'éternel silence pour s'approcher de son enfant et, tendant le bras, finit par réussir à lui saisir la joue en lui glissant, dans un geste rare : « tu es un bon garçon ».

Les jours continuèrent à s'épuiser après cela. Rien ne changeait dans ce pays mort où le temps était comme suspendu. Le garçon, devenu un jeune homme fort, tout en muscles, prenait à sa charge toute les tâches du quotidien, s'occupant de leurs maigres possessions comme ils l’avaient toujours fait. Son père était à présent presque en permanence alité. Chaque fois que le fils prenait le long chemin de la corvée d'eau il souffrait, non plus du Soleil ou du poids à porter, mais du fardeau de l'angoisse de ne point retrouver son Père vivant à son retour...

Une grande sécheresse s’était par ailleurs abattue sur la région, ajoutant à ces malheurs. Et s'il fallait être en vérité un authentique homme du désert pour en distinguer les effets, parmi ces paysages arides de toujours, il ne s'agissait pas moins d'une grande catastrophe pour ceux la peuplant. Il n'avait ainsi pas plu depuis que le fils était enfant, et de plus en plus de puits se tarissaient. Le caravansérail dans lequel ils allaient puiser semblait moins prospère à chaque visite, et rares désormais étaient ceux qui osaient encore s’aventurer sur des routes qui n’existaient que pour satisfaire la soif des voyageurs.

Le propriétaire finit un jour, l'air gêné, et avec une bénédiction, par arrêter la main du fils dans le puits quand celui-ci y replongeait une quatrième outre.
Nul besoin d'ajouter quoique ce soit, le jeune homme avait compris. De ce moment il avait fallu rationner l'eau. Le troupeau s'était alors réduit d'autant et les repas étaient devenus plus maigres. Bien que son fils s'efforça de faire comme si de rien n'était, le père, désormais totalement aveugle, avait immédiatement compris la situation. Après tant d'années, il avait en effet l'instinct de la région. Le souffle de l'air, le râle particulier des chèvres se battant pour trouver quelques pousses desséchées, aussi bien que le fardeau plus léger qu'il devinait au retour de son fils, et les privations que celui-ci s'imposait pour économiser l'eau... Cela avait été autant d'indices que même avec ses sens affaiblis il était capable de rassembler facilement.

Vint un moment où le fils finalement n'en put plus. Il songeait déjà depuis longtemps à un moyen de réduire en cachette la part sacrifiée, mais à chaque fois que sa main se relevait un peu trop rapidement avec la calebasse, son père le reprenait à l'instant d'une voix aigre : « as-tu donc bien tout versé ? ». Le vieil aveugle, animé peut-être du deuxième sens qu’on prête à ceux de son espèce, semblait avoir des yeux sur tout, et rien ne lui échappait. À demi épuisé par la soif après un nouveau voyage particulièrement pénible, le jeune homme en vint pourtant à prendre son père directement à partie. Pourquoi donc insister à répandre ainsi en vain le breuvage qui leur était si précieux, leur seule richesse en ce monde ?

Comme s'il n'avait rien entendu, le vieux ne répondit d’abord pas, les yeux mi-clos. Son fils insista jusqu'à lui secouer l'épaule, craignant qu'il se soit endormi, il ouvrit alors ses pupilles obscurcies d’un blanc laiteux et répondit simplement d'une voix calme : « Fais le pour moi ». La discussion n’alla pas plus loin. De ce moment d’ailleurs, jamais plus le vieillard ne sortit au moment où le fils revenait chargé d’outres. Mais pour autant, jamais le fils ne tenta encore de rogner sur la part d’eau réservée à cet étrange rituel. Il avait vu en effet dans ce regard vide toute l’importance qu’il revêtait, du moins pour son père.

La situation du reste ne dura guère. Le vieillard était de plus en plus faible, malgré les bons soins, faits de privations de chaque instant, que lui prodiguait son fils. Un matin, il ne se réveilla plus, restant prostré sur sa paillasse, les yeux ouverts et un sourire aux lèvres.

Le fils, désormais seul, perdu au milieu de ce nul part qui était chez lui, ne pleura pas. Il recouvrit simplement avec délicatesse le vieil homme de la toile de tente et prit la longue route pour aller chercher l'eau, car le troupeau n'attendrait pas qu'il eut fini de creuser une tombe.

Arrivé à l'autre oasis, son propriétaire comprit à la mine défaite de son visiteur que le moment qu'il attendait depuis maintenant un certain temps était arrivé. Il l'invita à prendre le thé, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps, et si cela faisait un temps encore plus long qu'il n'avait pas vu le père, il ne s'en acquitta pas moins de la mission que celui-ci lui avait confié autrefois. Il remit ainsi au jeune homme quelques pièces d'or, un vieux poignard rouillé et lui dit qu'il était maintenant temps pour lui de partir découvrir le Monde, comme son père l'avait souhaité. Il l'attendrait donc pour lui montrer les chemins en dehors du désert et lui remettrait une somme plus importante pour le voyage en reprenant en échange son troupeau. Ayant échangé ainsi à peine quelques mots, il lui tendit, quand il eut fini son thé, une pelle, et il le regarda partir, chargé comme à son habitude de ses outres.

De retour au camp où il avait passé toute sa vie, et qu'il savait qu'il quitterait pour toujours le lendemain, le garçon commença immédiatement à creuser la tombe, laissant les chèvres s'agiter autour de lui en réclamant vainement leur dû. L'ouvrage fut pénible à cause du sable, et de la terre sèche, qui arrêtait ses coups. Un peu avant la nuit il y déposa le corps de son père, ouvrant simplement une dernière fois la toile de tente pour lui fermer les yeux. Il avait choisi comme lieu de sépulture le cœur de l'ancien oasis, l'endroit précisément où l'eau avait été répandue pendant tant d'années. Il combla ensuite la tombe à grandes pelletées de terre, donna encore un peu d'eau aux bestiaux, puis alla se coucher sous une vieille souche de palmier.

À son réveil, il hésita un instant du fait de ne pas trouver son père à ses côtés, comme à son habitude. Il reprit néanmoins ses esprits et rassembla rapidement le troupeau, chargeant quelques chèvres de calebasses pour lui éviter le fardeau. Il était sur le point de partir mais se ravisa soudain et retourna vers la tombe, saisissant une gourde au passage, pour un dernier adieu.

Il n'eut pas le temps de finir son geste, car là où la terre était encore fraîchement retournée, une chose, insignifiante mais pourtant tellement importante, l'avait arrêté. Une simple brindille mais qu'on devinait déjà arbuste, ayant, dans ce paysage où la vie se négociait durement, poussé rapidement dans la nuit. Le garçon essuya une larme, mais trop tard pour qu'elle ne lui échappe et ne tombe au sol. Il vida ensuite encore sa gourde sur la tombe et le petit arbrisseau, puis il partit.

PRIX

Image de Automne 2018
494

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lilytop Harent
Lilytop Harent · il y a
Je suis passé comme vous me l'avez suggeré !
·
Image de Marie
Marie · il y a
belle histoire très bien écrite. Mes voix
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Une belle plume pour une histoire qui donne à réfléchir, bravo et mes 5***** avec plaisir et admiration.
Sans vouloir vous obliger je vous propose :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-chacun-sa-justice
Merci

·
Image de Francis Sapin
Francis Sapin · il y a
Un peu déçu par la fin...
·
Image de Ananda
Ananda · il y a
C est une bien belle histoire. Merci à vous!
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Mon vote maxi parce que j'aime à nouveau autant, càd beaucoup...
Je suis en finale avec 3 textes, le trio, la maîtresse et sous les pavés la plage. Si le coeur vous en dit...Merci

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
je suis passée vous relire et vous souhaite une bonne finale .
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
très émouvant, une écriture parfaitement adaptée à la langueur et dureté de cette vie sèche qui se termine par un ode à la vie et l'eau qui l'irrigue!

en ce qui concerne ma petite chapelle, deux textes en ttc finale - jury et internaute-, que vous aviez déjà aimé, et une création BD de marsile rincedalle inspiré de mon texte "création, vision 1"; de quoi faire si cela vous intéresse.

·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
Histoire très bien construite et émouvante !
·
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Ces lieux étaient ... ces lieux sont plus nombreux.
Une belle histoire au rythme de ces lieux.

·
Image de Mireille.bosq
Mireille.bosq · il y a
Histoire biblique, morale contemporaine. notre monde va mourir de soif si on ne prend pas soin de l'eau!. Mon soutien +5
·
Image de Sylvie Franceus
Sylvie Franceus · il y a
Votre récit est très émouvant
·
Image de Chtitebulle
Chtitebulle · il y a
Tellement émouvant .....
·
Image de jc jr
jc jr · il y a
J'ai relu avec plaisir l'histoire de cette relation entre un père et son fils basée sur le respect et sur ce rituel particulier.Mes voix et une invite à venir lire " le bilan " en finale TTC.
·
Image de Noël Sem
Noël Sem · il y a
Très poétique.
·
Image de Philou
Philou · il y a
Une belle histoire d'amour
·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Me revoilà pour confirmer, bravo pour cette finale.

Mon poème ''je tresse l'odeur'' en finale également merci de soutenir

·
Image de Luc Michel
Luc Michel · il y a
Une magnifique histoire. Faire confiance à ceux qu'on aime sans chercher à comprendre, parfois. C'est la plus belle manifestation de l'amour. Tous mes points.
·
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Bonne chance, Benjamin.
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
J'ai adoré :)
·
Image de MCV
MCV · il y a
Je confirme!

Mon TTC "Le retour d'Ulysse" est aussi en finale. Si vous pensez qu'il le mérite, soutenez-le!

·
Image de Zouzou
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Magnifique histoire que j'ai beaucoup aimé. Je suis très heureuse qu'elle soit qualifiée.
Mon soutien renouvelé et plus encore ! Bonne chance :)

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Je re, bonne chance.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Je vous renouvelle mes cinq votes Benjamin !
Ma chienne Ianna est en finale poésie. La soutiendrez-vous ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Toutes mes félicitations pour cette Finale, Benjamin !
Je renouvelle mes voix et vous invite à confirmer votre
soutien pour “le lys des vallées” qui est également en Finale.
Merci d’avance !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-lys-des-vallees

·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
bonne finale Benjamin^^+5
à bientôt^^

·
Image de Alain Lonzela
Image de Thara
Thara · il y a
Je vous renouvelle mes 4 voix et Je vous souhaite une belle finale...
·
Image de Adam Dilzz
Adam Dilzz · il y a
Bravo, très beau récit
·
Image de Macka
Macka · il y a
Bravo. Continues comme cela.
·
Image de Thara
Thara · il y a
Merci de nous avoir fait partager ce très beau récit de ce vieil et son fils...
+ 4 voix !

·
Image de Nico49
Nico49 · il y a
Un texte poétique écrit avec beaucoup de sensibilité. Bravo! Peut-être trouverez-vous un peu de cette même sensibilité chez l'un des personnages de ma nouvelle "Ego te absolvo", aussi en compétition...
·
Image de Florane
Florane · il y a
J'ai bien aimé
·
Image de Joce
Joce · il y a
C'est triste mais c'est beau !
·
Image de Eliza
Eliza · il y a
Belle histoire, très bien racontée.
·
Image de Gilles Texier
Gilles Texier · il y a
Une très belle plume
·
Image de Robert Grinadeck
Robert Grinadeck · il y a
Très beau récit.
·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Mon vote maxi pour cet hymne à la vie et à l'espérance, bravo !
·
Image de Line Chatau
Line Chatau · il y a
Beau texte qui développe les idées du respect dû aux Anciens, du labeur monotone et pénible qu'il faut accomplir chaque jour et de l'acceptation d'un rituel qu'on ne comprend pas! Mes voix!
·
Image de Bertrand
Bertrand · il y a
Un beau récit
Aride et humain
Qui se développe
Autour d'un étrange
Rituel
Ou l'eau donne la vie
Avec patience
Le temps d'une vie^^+5

·
Image de Dona
Dona · il y a
Magnifique ! C'est un très beau récit !
·
Image de Constance Delange
Constance Delange · il y a
poétique lourd d'émotion
·
Image de MCV
MCV · il y a
C'est un conte magnifiquement écrit. Beau, en plus, de toute l'émotion qu'il diffuse. Bravo et merci
·
Image de Camille Char
Camille Char · il y a
Une atmosphère, on sent l'aridité et la lassitude...mais j'imaginais une fin plus merveilleuse pour récompenser la lecture
·
Image de Magalie F.
Magalie F. · il y a
Un conte initiatique tout en poésie et en douceur malgré la rudesse du quotidien de ces 2 hommes. j'ai beaucoup aimé.
·
Image de Laureline Maumelat
Laureline Maumelat · il y a
beaucoup de poésie dans ce texte, bravo
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Un conte tout en émotions ....+5
En lice avec ' Des rêves d'Iran ' et ' Continuer ' si vous aimez

·
Image de Corinne B612
Corinne B612 · il y a
Un texte très poétique, qui doit nous rappeler l'essentiel , j'ai été très émue par cette lecture.
·
Image de Graloup
Graloup · il y a
L'atmosphère de cette nouvelle -touchante- m'a rappelé celle d'un film japonais des années 60" L'ïle nue" Des paysans passent leur journée à transporter de l'eau vers leurs terres.
·
Image de Zia Odet
Zia Odet · il y a
J'aime le rythme, l'atmosphère et la moralité de ce conte ensoleillé. Merci pour ce beau moment de lecture. Mes 5 voix.
·
Image de Marine Didier
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Très beau et émouvant. Bravo, Benjamin ! +5
·
Image de Marine George
Image de Gautier Grandegorginho
Gautier Grandegorginho · il y a
Bonjour, style plutôt lourd, chargé de fautes de grammaire, on dit "une oasis", donc "ancienne oasis", avant de vouloir être le prochain Goncourt aprennez à écrire le français
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
Je vous invite du reste à lire et commenter mon autre nouvelle en lice: étranger, qui sera plus à votre goût je l'espère
Si par hasard vous hébergiez deux individus ayant pu être amenés à bénéficier de mon hospitalité récemment, l'invitation s'étend à eux

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
je conviens que le féminin est plus correct, mais étant un mot originaire de l'arabe, où il s'agit d'un masculin, une tolérance existe.
cordialement

·
Image de Guy Pavailler
Guy Pavailler · il y a
Joli conte qui tient en haleine.
·
Image de Benjamin Sibille
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un beau récit bien écrit et empreint d'émotion.
Je suis en finale du prix "faites sourire" avec un conte de fée "marin" que je vous invite à aller lire. Merci.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/a-labordage-2

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
j'ai beaucoup aimé votre texte, d'un classique revigoré!
·
Image de Virgo34
Image de jc jr
jc jr · il y a
Tout y est...l'enfant, l'adolescent, l'homme, l’obéissance et le respect, la maturité, le départ, la découverte. Mes voix et une invitation à soutenir mon TTC " le bilan " en compétition.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci énormément, pour le partage, et d'avoir ainsi voulu saisir et comprendre
votre compliment me touche beaucoup par sa précision: droit au coeur

·
Image de Beline
Beline · il y a
Bravo pour cette magnifique histoire !
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
et merci pour ce magnifique compliment
·
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
J'avais lu le cheval et la flèche mais là vous vous surpassez. vous êtes un merveilleux conteur. Bravo benjamin.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci beaucoup de votre fidélité: je ne sais si j'en mérite tant mais j'étais inspiré cette semaine!
·
Image de Odile Duchamp Labbé
Odile Duchamp Labbé · il y a
Bonjour Benjamin Si vous avez un petit moment, dans le cadre du prix quiqui, j'ai commis une petite fable rurale : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tu-las-vue-ma-ferguson
Bonne lecture

·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
Magnifique récit... Le rituel du vieil homme, le cheminement de l'enfant jusqu'à ce qu'il devienne homme, la fin émouvante et l'espoir... C'est juste magnifique ! Merci pour cette excellente histoire, ce bon moment de lecture.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci beaucoup de votre fidélité
ravi que cela vous ait touché: j'espérais que l'enchaînement se fasse effectivement naturellement

·
Image de Adlyne Bonhomme
Adlyne Bonhomme · il y a
Mes 5 voix pour ton bel écrit
Je t'invite à lire mon poème, merci de voter.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/je-tresse-lodeur

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci de ta fidélité, et encore bravo pour ton poème
·
Image de Potter
Potter · il y a
Mes 5 voix pour ton texte très intéressant et très bien écrit !!! Bravo !
Si tu as deux minutes, passes voir mon dessin finaliste en liste pour le concours H.P 2018 :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/poudlard-3

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
potter le bien nommé pour ce concours et bien dessiné surtout: il y a un peu de la folie du schwangenstein dans ton chateau
merci!

·
Image de Polotol
Image de Benjamin Sibille
Image de Marie Spross
Marie Spross · il y a
J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce conte, très bien écrit et chargé en émotions.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci marinette, je ne pourrai me sentir plus distingué! au moins un spross qui me lit :)
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Un très beau conte, plein d'espoir...
Il faut donner pour recevoir. Très bien illustré.... un beau récit

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci beaucoup d'avoir pris le temps de lire et chercher à comprendre
·
Image de Alain Lonzela
Alain Lonzela · il y a
Chercher à comprendre n’est-il pas le but de toute lecture ? ;-))
Merci encore et bonne chance pour la suite

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une œuvre bien écrite et très émouvante ! Mes voix ! Une invitation
à venir découvrir “Didi et Titi” qui est en lice pour le Prix Faites Sourire
Catégorie Jeunesse 2018. Merci d’avance et bonne journée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/didi-et-titi

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
malheureusement j'ai épuisé vos oeuvres, et attends pour l'instant! mais c'est toujours un grand plaisir de vous voir appréciatif parmi mes lecteurs: merci de votre fidélité
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Merci beaucoup pour votre soutien, Benjamin ! L'édition hiver 2019 est là et je compte soumettre quelque chose, vous aussi? Bonne soirée !
·
Image de Catherine Perrin
Catherine Perrin · il y a
Un texte plein d'émotion. Je vote. Bonne chance.
Et si ça vous dit, j'ai aussi un texte en compétition : Parfois, les choses s'arrêtent.

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merci beaucoup d'être passé: votre texte est plein d'un quotidien qu'on connaît trop peu et émouvant
et puis je ne pensais pas voir encore des invocations à sainte rita des causes perdues!
merci encore

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Mes 5 voix pour ce texte très bien écrit! C'est très émouvant et cela mérité mes 5 voix!

Je vous invite également à découvrir ma peinture: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/dumbledores-tattoo-1

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
amusant et très sympathique dans le dessin!
ravi que ma modeste production vous ai plu

·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Quelle belle histoire vous nous offrez là !. On partage le quotidien de vos héros avec une intense émotion. En souhaitant que votre oeuvre rencontre l'écoute qu'elle mérite.
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
je ne dirai pas que je n'espère pas avec vous...

Ravie qu'elle vous ai plu et merci encore de votre fidélité

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
je dois avouer aussi que je me sentais aussi assez inspiré par ce huis clos des grands espaces
·
Image de Flo Deau
Flo Deau · il y a
Il faisait bien trop chaud dans ce monde disparu, l'enfant était de trop et l'eau ne coulait plus, il voulait de l'eau,pour son radeau de bois, nager dans les flots, il aurait aimer cela, il voulait de l'eau, pour qu'un bateau le voit, suivre les ruisseaux, jusque dans les deltas...oui j'aime!
·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
merveilleurx hommage, je ne sais que trop dire si ce n'est merci
il est des rivières de sable comme d'autres

·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
Une histoire touchante sur la vie de cet homme et de son fils...cet étrange rituel intrigue mais un serment père fils c est sacré....beau texte. Mes voix pour vous.
Si vous le souhaitez venez lire "train d enfer" en compet nouvelles et "le ridicule ne tue plus" en compét trés trés court. Amicalement.

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
j'ai déjà "tout lu" de vous, mais espère bien qu'il ne s'agit que d'un début :)
ravi si l'intrigue, au demeurant limitée, vous aura porté jusqu'à la fin: merci

·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Une grande histoire traversée par de l'air chaud , des vents secs , de la poussière et sur tout cela ...l'espoir et la vie .
Je participe aussi au concours automne avec deux textes : "le livre relié " et " quand le temps s’arrête " . Merci beaucoup de passer les lire .

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
il y a des parfums d'ursula le guin dans le temps s'arrête; je suis content que mes déambulations désertiques vous aient plues
·
Image de Lllia
Lllia · il y a
Très sympa:) mes votes +5!
Je participe aussi à un concours de dessin en finale si tu veux jeter un coup d’oeil: https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/victoire-weasley

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
wow! une image qui fait envie
bravo, c'est rare d'arriver à rendre la vie par le crayon
merci d'être passé

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème