La Sixième Histoire

il y a
5 min
555
lectures
25
Qualifié
Image de Automne 2012
La sixième histoire est celle qui n’a pas de fin. La sixième histoire est celle de Géraldine et Victor.
Victor a trente-sept ans et demi. Géraldine vient de fêter ses vingt-neuf ans. Victor aime sa femme. Géraldine est amoureuse de son mari. Victor sait. Géraldine espère.
Géraldine et Victor se sont rencontrés lors d’une pause déjeuner semblable à toutes les autres dans un Mac Do semblable à tous les autres. Victor avait commandé un menu Big Mac et Géraldine un menu Mac Deluxe ; pour Victor ce détail n’avait aucune importance car il s’était toujours dit : « Si tu peux manger au Mac do en face d’une fille et en tomber amoureux alors c’est que cette fille est la femme de ta vie ». Et bien qu’ayant déjà une femme de sa vie, c’est ce que Victor avait fait lorsqu’il avait regardé Géraldine croquer dans son Mac Deluxe à pleine bouche. Il en était tombé amoureux.
Ils s’étaient revus à quelques jours d’écart et avaient fini par entamer la conversation. Géraldine rigolait de tout et le faisait rire pour rien. Victor aimait la faire rigoler de tout et il aimait qu’elle le fasse rire pour rien.
Puis de lendemains en lendemains, ils avaient échangé leurs mails, ils avaient échangé leurs numéros de téléphone, et pour ne jamais cesser de rire, ils avaient continué de se voir en s’envoyant des messages.
Victor était certain de ce qu’il se passait en lui. Géraldine n’avait aucune idée de ce que le destin leur réservait. Victor savait que les choix que nous faisons ne sont que des illusions. Géraldine pensait que si l’on n’en demandait pas trop alors on ne risquait pas grand-chose.
Ils avaient continué de se voir et Victor avait continué de la regarder manger. Et bien que sachant qu’il n’obtiendrait aucune réponse, il ne pouvait s’empêcher de se demander : Pourquoi ce jour ? Pourquoi cette fille ? Mais surtout pourquoi prenait-elle à chaque fois un Mac Deluxe ?

La sixième histoire est celle qui n’a pas de fin. La sixième histoire est celle de Géraldine et Victor.
Victor a trente-sept ans et demi. Géraldine vient de fêter ses vingt-neuf ans. Victor aime sa femme. Géraldine est amoureuse de son mari. Victor espère. Géraldine sait.
De rire en rire, puis de rire en rire, Victor et Géraldine s'étaient envolés. Ils s'étaient envolés si haut que par manque d’oxygène, Victor avait explosé et n’avait pu retenir ses sentiments. Géraldine n’avait su quoi en faire et les lui avait rendus. Victor s’était excusé en lui disant qu’il ne prendrait que ce qu’elle était en mesure de lui donner. Géraldine l’avait excusé en lui répondant qu’elle ne lui donnerait que ce qu’elle était en mesure de lui donner.
Alors ils avaient continué de rire. Ils avaient continué de rire.
Ils avaient continué de se voir. Ils avaient continué de s’écrire. Ils s'étaient invités l’un chez l’autre et l’autre chez l’un. Victor avait présenté sa femme au mari de Géraldine et Géraldine avait présenté son mari à la femme de Victor et tous ensembles, ils avaient continué de rire.
Victor espérait qu’avec le temps et les circonstances ses sentiments s’estomperaient mais il n’en avait rien été, alors il avait commencé à souffrir. Géraldine savait que les sentiments de Victor ne s’étaient pas estompés mais elle ne savait toujours pas quoi en faire, alors elle n’en avait rien fait et elle avait continué de rire.

La sixième histoire est celle qui n’a pas de fin. La sixième histoire est celle de Géraldine et Victor.
Victor a trente-sept ans et demi. Géraldine vient de fêter ses vingt-neuf ans. Victor aime sa femme. Géraldine est amoureuse de son mari. Victor espère. Géraldine sait. Victor sait. Géraldine espère.
Géraldine espère qu'un jour ils deviendront amis. Victor sait qu’ils ne deviendront jamais amis. Victor espère qu’un jour elle pourra lui donner plus que ce qu’elle a. Géraldine sait qu’elle ne lui donnera jamais plus que ce qu’elle possède.
Et de tour en tour, l’un espère et l’autre sait, l’autre sait et l’un espère.
Et de tour en tour, aux rires, aux chants et aux danses, sont venues s’ajouter des histoires. Victor a toujours cru que les histoires servaient à créer le monde. Géraldine a toujours cru que les histoires étaient pour les enfants. Victor a toujours cru qu’être amoureux c’était croire aux histoires des enfants. Géraldine a toujours cru qu’être adulte c’était faire semblant de croire aux histoires des enfants. Victor a toujours cru que les histoires servaient à créer le monde. Victor a raconté cinq histoires à Géraldine et Géraldine a écouté les cinq histoires.
Et puis un jour, un après-midi, peut-être aujourd’hui, peut-être cet après-midi, Géraldine a téléphoné à Victor et Victor a répondu à Géraldine. Géraldine a invité Victor dans ce parc près de chez elle et Victor s’est rendu dans ce parc loin de chez lui. Géraldine et Victor se sont retrouvés dans ce parc et ils se sont promenés, ils ont discuté, ils ont joué sur les jeux des enfants, les tourniquets, les toboggans et les balançoires, et ils ont beaucoup rigolé. Ils ont beaucoup rigolé.
Avant de se séparer, Géraldine a alors demandé à Victor de lui raconter la sixième histoire. Victor a souri en se passant les mains sur le ventre. Géraldine lui a promis que ce ne serait pas douloureux cette fois. Victor l’a crue, et d’une voix chevrotante, a commencé à lui raconter la sixième histoire.

« Tout le monde devrait avoir la chance de pouvoir vivre la sixième histoire au moins une fois dans sa vie car la sixième histoire est la plus belle des histoires. Mais comme c’est la plus belle des histoires c’est aussi celle qu'on rencontre le moins souvent et qui est la plus difficile à vivre.
La sixième histoire est la dernière histoire, celle qui n’a pas de fin. La sixième histoire c’est l’histoire d’un baiser, d’un seul et unique baiser. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui se rencontrent par hasard. L’un tombe amoureux de l’autre ou l’autre tombe amoureux de l’un. Le sens n’a pas d’importance car le sens est la sixième histoire. Ensemble, ils commencent à rire. Puis, celui qui est tombé amoureux décide de souffrir tandis que l’autre préfère continuer de rire. Ce décalage est primordial car il constitue l’élévation de la sixième histoire. Il est son énergie, sa force vitale. Le long des jours passant, celui qui a choisi de souffrir tout en patience raconte alors cinq histoires à celui qui a choisi de rire. Le long des jours passant, celui qui a choisi de rire tout en innocence commence alors à croire aux histoires que lui raconte celui qui a choisi de souffrir. Lorsque celui qui a choisi de rire croit aux cinq histoires que lui a racontées celui qui a choisi de souffrir, alors seulement et seulement à ce moment précis, ils peuvent se donner rendez-vous dans un parc, lors d’un après-midi comme celui-ci. Alors celui qui a choisi de souffrir racontera à celui qui a choisi de rire la sixième histoire, celle qui n’a pas de fin. Il lui racontera que cette histoire n’a pas de fin parce qu’ils savent qu’ils ne vivront jamais ensemble. Parce qu’ils savent qu’ils ne se disputeront jamais à propos d’une facture, d’un découvert ou d’un mauvais choix. Parce qu’ils savent qu’ils ne se disputeront jamais sur la couleur d’un pantalon, la taille d’une couverture ou le programme télé. Parce qu’ils savent qu’ils n’auront pas d’enfants à éduquer et qu’ils ne se disputeront pas quand l’un dira oui tandis que l’autre viendra de dire non. Parce qu’ils savent qu’ils n’auront pas à laver les culottes sales de l’un ni les chaussettes puantes de l’autre. Parce qu’ils savent que l’un ne parlera pas quand l’autre aura envie de silence. Parce qu’ils savent qu’ils n’attendront rien de l’un ni ne demanderont quelque chose à l’autre. Parce qu’ils savent qu’ils ne se réveilleront jamais ensemble, en se demandant ce qu’ils font là, qui est cet un, qui est cet autre. Parce qu’ils savent que cet après-midi, ce seul et unique après-midi est tout ce qu’ils auront jamais à partager. Que ce seul et unique après-midi les élèvera au-dessus du Temps qui fane les plus jolies fleurs. Parce qu’ils savent que ce seul et unique après-midi n’est rien qu’à eux, qu’ils ne le raconteront ni n’en parleront à personne. Alors l’un et l’autre, désormais amoureux de l’autre et l’un, échangeront ce seul et unique baiser qui viendra clore ce seul et unique après-midi qu’ils partageront. Ils échangeront ce seul et unique baiser qui donnera naissance au seul et unique souvenir qui ne se salira jamais, et qui grandissant, donnera vie à la sixième histoire, celle qui n’a pas de fin ».

25

Un petit mot pour l'auteur ? 12 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Malice
Malice · il y a
superbe !
Image de Frederique Panassac
Frederique Panassac · il y a
Magnifique fable intemporelle. Bravo Shunga Boy.
Image de Grégory Parreira
Grégory Parreira · il y a
Effectivement, c'est sacrément beau! Bravo Mister Schung!
Image de Élodie Lécrit
Élodie Lécrit · il y a
Incontestablement époustouflant. Excellent travail Shunga. Vraiment. Heureusement que, soit disant tu n'écris pas de nouvelles ^^ Et surtout ravie que tu sois dans la catégorie Poétik pour la Matinale. ^^
Image de Élodie Lécrit
Élodie Lécrit · il y a
Et pis tu me l'as bien coupée, toi, avec ton commentaire sous le mien... Ce n'est que justice.. ^^
Image de Élodie Lécrit
Élodie Lécrit · il y a
Je savais qu'un jour je parviendrai à te couper la chique ! ^^
Image de Sacha Biekelitsky
Sacha Biekelitsky · il y a
J'avais loupé ça. Impressionnant.
Image de Jean-Gilbert Von Kadoc
Jean-Gilbert Von Kadoc · il y a
Alors comme ça t'arrive à écrire autre chose que des conneries?
Chouette texte, belle idée, et bien écrit.
Tu l'as ton "match référence", t'auras pas d'excuse si tu reviens nous briser les gonades avec tes états d'âmes en peau de lapin!

Image de Jay Kik's
Jay Kik's · il y a
Très sympa :-)
Image de Statler Rag'
Statler Rag' · il y a
31 ans? T'as triché sur ton âge. Quelle coquetterie!
Image de Coraline Marie-Pierre
Coraline Marie-Pierre · il y a
et un petit nouveau, un peu de lecture pendant les vacances c'est chouette non?
Image de Colette Frere
Colette Frere · il y a
Epoustoufflant, magnifique. Bravo Bravo Bravo.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Trois p'tits chats

Vanina Noël

Debout au bord du chemin, enlaçant malgré moi le tronc du grand sapin, je regardais la voiture s’éloigner. J’étais là depuis le matin, à surveiller la procession à laquelle on m’avait... [+]