4
min

La maison des livres

Image de Argan

Argan

119 lectures

12

Je regarde par la fenêtre. Elle donne sur la mer. Les vagues sont gigantesques. La tempête gronde. Notre maison de famille trône sur cette falaise, fière et majestueuse.
Nous sommes en septembre. C’est le festival Britannique de Dinard et j’ai rejoint mes parents à « Brise Lame » avec Pierre et les enfants. Cette maison abrite notre famille depuis trente ans... Elle a été construite, sur trois étages, en 1900. Je suis Manon Cesdesour.
Juchée sur la falaise de Dinard face à la baie de Saint-Malo, notre maison a vécu les années folles avec ses célébrités, ses femmes distinguées avec de grands chapeaux, ses fêtes mondaines, ses hôtels de luxe, et ses premiers bains dans l’eau fraiche de la Manche. Victor Hugo, Agatha Christie ont fréquenté Dinard, cette cité balnéaire, très prisée à l’époque.
Pierre est sorti avec mes parents et les enfants pour se balader et acheter le pain pour ce midi. Je suis seule dans cette maison qui craque. Je suis seule face à l’immensité de la mer... J’ai pris un bouquin dans la bibliothèque qui occupe tout un pan de la pièce. J’avais envie de revisiter un Jules Verne. Je me suis assise sur le magnifique canapé rouge du salon. Je suis bien... Dans cette atmosphère chaude et rassurante. Quand j’étais petite et que j’avais un coup de blues, je posais ma tête dans le creux de mon bras. Je fermais les yeux et je m’imaginais être là... dans cette maison... La maison de mon enfance.
J’ai toujours été fascinée par les histoires extraordinaires. J’ai ouvert ce grand livre rouge avec une reliure dorée. Vingt Mille lieues sous les mers, collection Hetzel. Je commence ma lecture :
« L’année 1866 fut marquée par un événement bizarre, un phénomène inexpliqué et inexplicable que personne n’a sans doute oublié... »
Soudain, j’entends un bruit à l’étage inférieur qui abrite la cuisine et un premier petit salon.
Je reprends ma lecture mais... Je sursaute à nouveau... Il y a quelqu’un en bas...
– Chéri ? Papa, Maman ? C’est vous ?
Silence...
Je me fais un film... J’adore me faire peur quand je suis seule... Je me lève et dépose le livre sur une petite table ronde. Et je m’avance prudemment vers l’escalier qui mène à l’étage inférieur.
Quand j’étais petite, je pouvais passer des nuits à écouter les bruits. J’avais toujours l’impression qu’un homme allait surgir dans ma chambre et m’enlever...
J’y repense et je souris...
– Je suis en haut ! Vous avez terminé votre balade ?
Pas de réponse...
J’ai soudainement une montée d’angoisse... Je fais demi-tour et me dirige vers le téléphone fixe de la maison. Je décroche... Pas de tonalité !
Quelle idiote ! J’ai laissé mon sac avec toutes mes affaires dont mon téléphone portable dans le petit salon en bas.
Je commence à trembler... J’ai une impression étrange... Et puis ce silence...
Des personnes montent l’escalier !
Cette fois, je suis réellement effrayée ! Je regarde dans tous les coins pour trouver une cachette et je me souviens que le salon dispose d’une porte secrète qui mène à une minuscule pièce. Elle servait théoriquement de refuge en cas d’attaque de brigands. C’était surtout pour offrir un côté mystérieux et pittoresque à cette maison. La pièce dispose d’une vitre sans teint qui permet à travers le miroir du salon de voir tout ce qui s’y passe.
J’ouvre la porte cachée, dissimulée derrière une tenture, et je m’installe apeurée dans le petit repaire. J’ai une vue parfaite du salon...
Une ombre surgit en haut de l’escalier... Puis deux ! Les inconnus sont habillés en noir avec des cagoules qui laissent apparaitre leurs yeux sombres. Ils tiennent des pieds-de-biche dans les mains. Ils semblent très menaçants...
Ils commencent à fouiller et à tout mettre en désordre. Un des voleurs s’approche de la grande bibliothèque. Il pousse la petite table où est déposé le livre de Jules Verne que j’ai ouvert à l’instant.
Il dérange les livres, bien rangés dans les étagères, dans l’espoir de trouver de l’argent et des bijoux. L’autre homme saccage le secrétaire où est rangée la correspondance de mes parents.
Ils n’ont aucun respect pour les belles choses. Je pleure dans ma cellule... j’espère que Pierre et les enfants ne vont pas rentrer tant que les deux malfrats sont dans la maison.
L’un des hommes crie de rage de ne rien trouver ! L’autre, par vengeance casse tous les objets à sa portée. La bibliothèque se vide brutalement. Les ouvrages jonchent le sol. Certains s’abîment en s’ouvrant, en s’éventrant. Une photo s’échappe de l’un des livres juste à côté de ma cachette. Il s’agit de mon père accompagné d’une femme que je ne connais pas.... Ils s’embrassent...
Deux livres tombent lourdement sur la table ronde : Les Misérables de Victor Hugo et Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. Ils percutent le livre de Jules Verne et chose incroyable un éclair accompagne le choc.
Je me protège les yeux... Les deux hommes sont surpris et se retournent.
Au milieu du salon, se trouve un homme, très costaud, avec un accoutrement d’un autre temps. Une petite fille blonde se cache derrière lui. Elle semble apeurée.
– Ne t’inquiète pas Cosette ! Je suis là !
– C’est quoi ce bordel ! Moi je suis Rémi sans famille ! s’écrie l’un des malfrats en rigolant.
– Ne résistez pas ! Nous voulons juste l’argent et les bijoux ! s’écrie le second homme masqué.
– Je suis Jean Valjean. Qui êtes-vous ?
– Tu vas goûter à mon pied-de-biche mon pote !
L’homme s’avance menaçant.
Jean Valjean en a vu d’autre. Il pare le coup. Il écrase son poing sur le nez de son agresseur qui s’écroule comme un sac.
Un éclair transperce à nouveau le salon.
L’autre brigand ébloui, se reprend et sort un couteau avec une lame immense.
La fumée s’évapore. Un homme s’élance épée en main, récitant des vers à tout va, vers le voleur. Il s’agit de Cyrano de Bergerac !
– En ferraillant, je vais, à l’improvisade ! Vous composez une ballade en deux vers car le temps me manque !
– Pauvre fou, je vais te transpercer le bide !
– Quelle tristesse... Ses vers sans rimes !
L’homme en noir charge Cyrano !
– Je quarte du pied, j’escarmouche, je coupe, je feinte... A la fin de l’envoi, je touche...
Cyrano transperce le félon. Il s’écroule dans le canapé du salon.
Je n’en crois pas ses yeux !
– On ne traite pas comme cela des œuvres si prestigieuses ! N’est-ce pas Monsieur....
– Valjean... Et voici Cosette. Je crois que nous devons repartir... Au plaisir Monsieur...
– Cyrano De Bergerac, pour vous servir !
Quelques minutes plus tard...
– Manon. Tu t’es assoupie ?
Je reprends mes esprits. Je suis allongée sur le canapé avec le livre de Jules Verne sur le ventre.
– Pierre ! Et les enfants, ils vont bien ?
– Bien sûr ! Anna et Martin sont dans la cuisine avec tes parents.
– Mon Dieu... J’ai rêvé que...
J’aperçois les deux livres de Victor Hugo et Edmond Rostand sur la table ronde.
– Tu veux relire tes classiques, Manon ?
– Oui, ils m’ont sauvé la vie...
– Comment ?
– Rien Pierre... Je pensais.
Mon Papa arrive à cet instant et ramasse la photo de lui et d’une jeune femme. Il me regarde, inquiet.
– Il faut qu’on parle Papa...
– Oui, ma chérie. Tu connais Madame Bovary ?
– Bien sûr ! Pourquoi ?
– Tu vas comprendre... Il m’est arrivé une chose extraordinaire il y a bien longtemps...

12

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sophie Copinne
Sophie Copinne · il y a
Voyage hors du temps, merci Argan !
Image de Claude Moorea
Claude Moorea · il y a
Ghost Buster a parfaitement exprimé ce que je pense. C'est une bonne histoire et vous remercie pour cette lecture agréable. Je reviendrai sur votre page.
Image de Argan
Argan · il y a
Au plaisir de vous accueillir pour une lecture ! Argan http://www.gwen-le-tallec.fr/
Image de F. Chironimo
F. Chironimo · il y a
habile manière de revisiter ses classiques!
Image de Argan
Argan · il y a
Merci ! Argan
Image de Ghost Buster
Ghost Buster · il y a
Les grands héros de nos livres sont vivant. Vous en donnez une preuve de plus.
Image de Argan
Argan · il y a
Merci Ghost Buster ! Argan http://www.gwen-le-tallec.fr/
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Un bon petit texte. Il s'en passe des choses à Dinard ! Chouette le dialogue avec les personnages littéraires. + 1
Image de Argan
Argan · il y a
Merci Dolotarasse ! Argan
Image de Maud Garnier
Maud Garnier · il y a
Quant les héros sortent des livres, il s'en passe des choses.... :-))
Image de Argan
Argan · il y a
Merci Maud ! Argan
Image de Gail
Gail · il y a
Extraordinaire !
Image de Argan
Argan · il y a
Merci Gail ! Argan

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Je prends un troisième ris dans la grand-voile après avoir hissé mon tourmentin à l’avant. Il semble bien ridicule sur ce grand voilier de 16 mètres tout en bois vernis, flamboyant. C’est ma ...