5
min

La folle nuit de la princesse

Image de Sandsand21

Sandsand21

2692 lectures

343

FINALISTE
Sélection Jury

Pourquoi on a aimé ?

Où l'on retrouve les codes de contes de fées, avec un humour décalé ! Ici, la princesse rate son prince charmant mais part en quête ...

LIRE +

Il était une fois, une Princesse aimée de tous pour sa grande beauté et sa gentillesse. Promise à un bel avenir, elle attendait patiemment la venue extraordinaire de son magnifique prince charmant... pour l’instant inconnu de tous.

Une nuit qu’elle ne pouvait pas dormir, tant elle pensait à celui qui viendrait la chercher sur son cheval blanc, elle se décida à quitter sa chambre en haut du donjon pour boire à la cuisine un grand verre de lait.

Quand elle remonta, fatiguée de tant de marches à remonter, elle s’aperçut que la fenêtre de sa chambre était ouverte. Le vent nocturne balayait ses cheveux et la Princesse comprit ce qui s’était passé en un quart de seconde. Elle courut à sa fenêtre et vit à quelques lieues de là, brillant comme une étoile tombée du ciel, un prince charmant chevauchant avec tristesse un cheval blanc argenté. Son prince charmant !
— Horreur ! hurla-t-elle, j’ai raté mon prince charmant pour un verre de lait !
Son cri douloureux fût entendu à des kilomètres à la ronde, sauf par le prince qui s’éloignait toujours, accablé par le chagrin. Puis, elle se mit à pleurer car elle savait qu’un coup de foudre raté quand on est une princesse, ne se reproduit jamais. Elle était donc condamnée à ne jamais se marier et à ne jamais avoir beaucoup d’enfants en vivant heureuse avec son prince.
C’est alors que sa marraine, la fée Bleuette, apparut devant elle. Bleuette qui ne s’attendait pas à pareille mésaventure restait perplexe mais elle se souvint qu’à l’école des fées et marraines, ce très rare cas avait été évoqué. Aussi, elle savait quoi faire. Elle releva sa filleule toujours étourdie par la souffrance, hurlant et pleurant, et lui dit ceci :
— Relève-toi ma fille et ne sois plus triste. J’ai la solution de ce problème mais il te faut faire vite. Il faut remonter le temps et tu dois, avant qu’il ne soit midi, m’apporter dix centilitres de bave de crapaud des marais, une dent de dragon et trois cheveux de ce prince qui s’en va.
Perplexe, la princesse terrassée par le désespoir et la peur demanda de l’aide, mais sa marraine lui dit qu’elle en avait assez fait pour aujourd’hui et s’évapora dans un nuage bleuté.

La jeune fille restée seule se sentait plus seule que jamais mais quand elle vît le jour pâlir par la fenêtre toujours ouverte, elle se décida à agir. Par-dessus sa chemise de nuit, elle enfila sa robe de chambre rosée avec col et poignets d’hermine blanche, et scintillante de poudre d’étoile filante. Elle mit ses pantoufles de vair et descendit quatre à quatre l’escalier jusqu’aux écuries. Elle réveilla Arc-en-ciel, son cheval, et chevaucha au-delà des collines, au-delà des forêts, en direction du château hurlant du dragon noir. Celui que personne n’avait encore réussi à terrasser.

Face au château, des frissons d’angoisse parcoururent le corps de la Princesse mais son cœur lui redonna des forces en lui rappelant l’image de son Prince qui s’éloignait. Elle descendit de son fier cheval et s’engagea sur le pont-levis sans perdre de temps. Mais elle perdit une de ses pantoufles et dut faire demi tour car il n’est pas très facile de courir avec une seule pantoufle. Même si certaines princesses font exprès de les perdre en espérant qu’un prince les retrouve et se mette en quête de leur propriétaire. C’est pourquoi on trouve beaucoup de pantoufles à l’abandon sur les chemins. Mais là n’est pas notre propos, et notre princesse avait d’autres choses en tête.

Une fois dans la cour elle s’immobilisa. Il n’y avait aucun bruit. Le dragon était sans doute parti faire un tour, aussi grimpa-t-elle en haut du donjon dans l’espoir de trouver une des dents qu’il aurait pu perdre en croquant les os de ses victimes. Elle trouva le nid de la bête sans peine et poussa un cri de joie en apercevant dans un coin de la pièce une dent, certes ébréchée, mais une dent de ce dragon tout de même ! Elle dévala les marches du donjon comme si le dragon était en train de la poursuivre. Puis elle sauta sur Arc-en-ciel au moment même où le monstre rentrait chez lui. Heureusement ce dragon était vieux et ne voyait plus très bien. Il avait aussi pratiquement perdu son odorat et ne sentait plus que l’odeur de transpiration des princes téméraires, c’est pourquoi l’envie de manger la Princesse et son cheval ne l’effleura même pas !

La princesse merveilleuse dirigea ensuite les pas de sa monture vers les marais du nord. Il y faisait très froid et sa petite robe de chambre de princesse ne la protégeait pas beaucoup mais son bonheur dépendait de cette aventure, aussi décida-t-elle de ne pas se plaindre. Ce qu’elle aurait fait sans problème s’il ne s’agissait pas de retrouver le prince de sa vie.
Quand elle arriva dans le marais, elle entendit les crapauds coasser de toutes parts, malgré ce qu’on dit de certains princes charmants qui se cacheraient sous l’apparence de ces batraciens, ces animaux dégoûtaient un peu notre Princesse. Elle descendit de son cheval et cette fois, elle perdit bien une de ses pantoufles (la gauche) qui s’enfonça dans la vase et ne reparut plus jamais. Fâchée de ce contretemps, la princesse avança tout de même vers le premier crapaud. Il était assez gros et baveux... et pustulant... et dégoûtant... et il louchait. C’est en se demandant comment elle allait procéder pour lui prendre dix centilitres de bave qu’elle s’aperçut que sa robe de chambre était pleine de boue. Elle entra alors dans une forte colère contre ces marais puants mais réussit tout de même à se contenir. Elle sortit de sa poche la fiole qu’elle avait pris soin d’emporter avec elle et à l’instant précis où elle s’avançait vers ce sale crapaud, la branche d’un arbre mort accrocha ses cheveux. Saisie par la douleur, la princesse trouva la force de se retourner pour voir pendre, au bout de cette branche, une magnifique mèche de sa formidable chevelure blonde. Cette fois, elle était vraiment furieuse, d’abord sa pantoufle, puis sa robe de chambre rosée avec col et poignets d’hermine blanche et scintillante de poudre d’étoile filante, et maintenant ses cheveux ! C’en était trop ! De rage, elle écrasa le pauvre crapaud baveux sous la pantoufle qui lui restait (la droite). Le batracien n’eût pas le temps de comprendre et ne souffrit pas trop longtemps. Avant qu’il ne soit vraiment raide la Princesse obtint de lui vingt centilitres de bave, sa fiole était pleine à ras bord !
Après cela, la princesse déguerpit de ce trou malodorant le plus rapidement possible.

Sur le chemin du retour, elle se demandait comment faire pour trouver trois cheveux de son prince. Il était trop tard pour partir à ses trousses. Elle pensait qu’elle avait été bien bête de ne pas tenter de le rattraper mais elle se rassurait en se disant qu’elle avait agit comme n’importe quelle princesse. Jamais encore, on avait vu une princesse courir après son prince, vraiment, cela ne se faisait pas. Puis, au détour d’un chemin très sinueux, elle se souvint que le prince était entré dans sa chambre par la fenêtre et que de cet exploit – assez commun pour un prince il faut l’avouer –, il avait peut-être perdu quelques cheveux. Pas trop cependant, espérait-elle, car sinon elle aurait des doutes sur son âge. Un vieux prince ne mérite pas toutes ces péripéties !
Notre princesse rentra donc au grand galop grâce à Arc-en-ciel qui était un cheval un peu magique, arrière-arrière-petit-fils d’une licorne. Elle arriva au lever du jour sous les yeux étonnés du roi et de la reine qui venaient à peine de se réveiller et ne surent quoi dire en cette circonstance étonnante. Elle fila dans sa chambre où sa marraine l’attendait près de la cheminée allumée, la princesse lui lança la dent de dragon, la fiole de bave de crapaud et se mit à scruter sa chambre ainsi que le rebord de sa fenêtre. Elle trouva le premier cheveu au bord de son lit, le second sur sa commode et le troisième sur sa fenêtre, prêt à s’envoler.

Tout ! Elle avait tout !

La marraine jeta les trois ingrédients dans une marmite fumante en récitant une formule magique. Puis elle dit à la Princesse de ne plus jamais quitter son lit la nuit. Avant qu’elle n’ait pu répondre, tout se brouilla et devint gris autour d’elle. Quand elle se réveilla elle était dans son lit, au milieu de la nuit, elle avait affreusement soif et aurait bien bu un verre de lait mais elle savait qu’il était interdit aux princesses en attente de prince charmant de quitter leur chambre la nuit. Elle resta sans bouger quelques instants quand elle entendit du bruit à l’extérieur. Elle bondit de son lit, et à la fenêtre, en bas des murailles du château, elle distingua un prince charmant qui escaladait les murs de pierres grâce à une corde qu’il avait lancé. Toute excitée, elle sauta à nouveau dans son lit et fit semblant de dormir. Son cœur battait très fort en entendant le prince entrer dans sa chambre. Il se dirigea aussitôt vers le lit et déposa doucement un chaud baiser sur les lèvres de la princesse qui, n’y tenant plus, ouvrit les yeux.

Il la trouva merveilleuse, elle le trouva magnifique même s’il avait perdu trois cheveux !

PRIX

Image de Printemps 2018
343

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Bernadette Lefebvre
Bernadette Lefebvre · il y a
Bien amusant ce conte et ce marais puant hahaha mes voix pour vous sandsand
·
Image de Thara
Thara · il y a
Félicitations...
·
Image de Thara
Thara · il y a
Un bien joli conte bien narré...
+ 5 voix !

·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un conte à rebondissements, plein d’humour et d’emotion. Bravo, toutes mes voix pour votre nouvelle.
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
J'avais apprécié votre princesse, Je vous offre Putain de nuit en lecture. Bonne soirée M.Jhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/putain-de-nuit
·
Image de Maelle
Maelle · il y a
Très bon texte. Je t invite à lire mon texte "Julia"
·
Image de Steph Sagne
Steph Sagne · il y a
Pas mal comme histoire, mon vote, je vous invite a me lire.
·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
beau texte. Mes voix.
·
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Mon vote à nouveau, bonne chance et vive les princesses décalées ;-)
Je vous invite à découvrir "choc" en lice pour l'été, catégorie poème, espérant que vous apprécierez https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/choc-2

·
Image de Marie
Marie · il y a
Bravo pour ce texte, beau moment de lecture.
Voici l'un des miens si cela vous dit https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·