4
min

La chanson qui rêve d’être un hit

Image de P.Brun

P.Brun

81 lectures

7

Recommandé
Yoann plaque quelques accords, ose un déhanché timide, avant de terminer sur un dernier refrain « Baby Dolly, You’re the one for me, yeah, yeah, yeaaaahh... »

Il pose sa guitare et prend le temps d’une longue gorgée de coca avant de relever le visage, guettant le regard des trois autres. Aucune réaction.

— Vous pouvez dire ce que vous en pensez, je ne vais pas me vexer…

Alice, perchée sur un coin de table, agite les jambes.

— J’sais pas trop… c’est un peu… j’sais pas… un truc de fille, non ? Le silence se fait, puis Hugo se lance :

— Nan… pas vraiment… C’est que… c’est pas notre style…

Craignant que sa nouvelle chanson « Baby Dolly » ne soit rejetée aussi par le dernier membre du groupe Electrik Pop-Korn, Yoann se lève, reprend sa guitare et entame un solo rock.

— OK, pas grave, on oublie.

Comment ça, « on oublie » ? Pas question que « Baby Dolly » soit oubliée ! Ces trois gamins sont des ignorants et le jeune Yoann n’a pas d’ambition. « Baby Dolly » est destinée à être mondialement connue ! La chanson le sait bien, elle, qu’elle sera un tube ! Elle n’est pas qu’un texte accompagné par une mélodie, elle est un succès ! Baby Dolly, vexée par l’accueil des gamins, sort de la guitare de Yoann et part mener sa vie de chanson à succès.

Postée dans l’embrasure de la porte, elle s’arme de patience : une chanson qui prend la route seule doit savoir choisir des hôtes accueillants pour faire un bout de chemin. Paroles et musique en alerte, elle guette le moyen de fuir cet endroit où on ne l’aime pas. Marguerite, la jeune sœur de la batteuse en herbe, passe devant la pièce, un casque sur les oreilles, le son de son mp3 à fond, marmonnant des paroles. C’est exactement ce dont Baby Dolly a besoin ! Elle n’hésite pas une seconde, prend son élan et saute dans le mp3 de Marguerite. Se faisant une place parmi les morceaux, elle choisit stratégiquement de se lancer au moment où la fillette, occupée à se mettre du vernis rose sur les ongles, risque le moins de zapper.

La chanson fait de son mieux, soigne son rythme et sa mélodie, guettant les mouvements de l’enfant. Quand elle perçoit qu’un pied bat la mesure, elle se sent transportée. Ça marche ! Elle peut s’essayer sur quelqu’un d’autre ! Justement, Hugo s’en va. Baby Dolly bondit dans le téléphone du garçon, en prenant soin de ne pas se rendre accessible. Hugo risquerait de la reconnaître et de se débarrasser d’elle, pas la peine de courir de risque inutile.

Dans le métro, son choix se porte sur une passagère dont le téléphone habillé de rose vif, les bottines cloutées et le vernis à ongle violet l’inspirent. Elle se transfère vers le téléphone et se trouve submergée par la pop anglaise que la jeune femme écoute. La chanson décide de s’adapter à ce qu’elle entend. Elle prend un accent british, tente de nouveaux accords, essaie de se rendre dansante. Mais malgré ses efforts, elle sent son auditrice s’étonner et la voit avec angoisse pianoter sur le clavier du téléphone, sans doute à la recherche de ce morceau inconnu. Dans une ultime tentative de se rapprocher des goûts de son hôtesse, Baby Dolly se trompe, oublie un couplet, mélange ses paroles qui deviennent incompréhensibles. Elle a à peine le temps de s’enfuir vers un autre téléphone avant d’être zappée.

Elle a eu chaud et très peur.

Coincée au fond d’une playlist le temps de reprendre ses esprits, Baby Dolly réalise qu’en essayant de plaire, elle a pris des risques idiots. Elle doit apprendre à se méfier.

Une fois tranquillisée, elle écoute son nouvel univers sonore. Ce qu’elle entend ne lui plaît pas : trop rapide, guttural, à la limite du violent. Définitivement pas un endroit pour elle. Préférant éviter une catastrophe, elle vise la tablette d’une femme qui consulte des recettes de cuisine et y saute.

La playlist de sa nouvelle hôtesse semblant accueillante, Baby Dolly prend le risque de se lancer. La réaction ne se fait pas attendre. « C’est pas mal, ça, qu’est-ce que c’est ? » La femme fredonne l’air, lève les yeux de la recette du poulet au citron, à la recherche du titre du morceau. Baby Dolly jubile ! Il faut qu’elle pense à se bricoler un titre affichable… En attendant, elle va profiter un moment de cette tablette accueillante.

*

Elle a dû s’endormir parce qu’il fait nuit et que le silence est total. Elle regarde la batterie de la tablette, il en reste 25 %. Sans batterie, elle craint de ne pouvoir se transférer. Apercevant un ordinateur en veille, elle utilise le bluetooth pour changer de lieu. Une fois dans l’ordinateur, elle découvre une connexion Internet et s’y précipite.

Le rêve pour une chanson en quête d’identité ! Un univers musical infini s’offre à elle. Elle passe des heures à s’étourdir de découvertes, courant de morceaux en vidéos, découvrant des airs, s’essayant à des rythmes, avide de peaufiner son texte et d’améliorer sa mélodie.

Au petit matin, enivrée par ses transformations, Baby Dolly se sent prête à conquérir le monde. Elle balaye internet et choisit le mp3 de Rose, une jeune fille délicate qui a passé une partie de la nuit à jouer de la guitare. Attirée par les goûts de Rose et sa façon de jouer, Baby Dolly décide de lui donner une chance et se hisse dans sa guitare.

*

Rose s’avance, impressionnée. Elle a passé presque toute la nuit et la journée à chercher une chanson, sans parvenir à un résultat qui lui convienne. Il va falloir improviser. Depuis la scène, elle distingue à peine les visages du public venu applaudir un groupe connu. Elle fait la première partie et doit enchaîner trois morceaux. Les gens s’installent, commandent des boissons, retrouvent des amis, sans prêter attention à la jeune guitariste.

Pour Baby Dolly, c’est le moment. La peur au ventre, elle jauge la scène, la salle. Rose a l’air pétrifié, il faut la pousser à jouer. Elle envoie tout ce qu’elle peut et la chanson démarre sur une série d’accords. Baby Dolly se sent happée par l’interprétation. Il n’y a pas à hésiter, elle lâche ses paroles. La voix de la jeune interprète prend une tonalité rauque, inspirée. Dans la salle, le silence est intense. Transportée par la musique et l’ambiance, Rose ne s’est jamais sentie aussi puissante, entière. Elle se donne littéralement. À la fin de « Baby Dolly », les gens applaudissent avec chaleur.

*

« Bonjour, je m’appelle Thomas, je travaille pour une radio locale, vous seriez disponible pour venir jouer ce morceau en live d’ici la fin de la semaine ? »

Rose rougit et accepte. Baby Dolly, baptisée « Rosy Baby Dolly » par son interprète, regarde la jeune chanteuse et décide de l’adopter. Elles auront un succès planétaire, elle se le jure.

*

« Yoann, je crois que j’ai entendu ta chanson à la radio ! Tiens, on la trouve sur Internet. »

Intrigué, Yoan interrompt ce qu’il répétait, clique sur la tablette que lui tend Alice et écoute le morceau. Oui, il retrouve la mélodie, les paroles ressemblent à celles de la chanson que ses amis n’avaient pas aimée. « C’est marrant… J’avais dû l’entendre un jour et j’ai cru l’inventer… pas de regrets alors ! » Sans y accorder plus d’attention, l’adolescent reprend sa guitare.

« Rosy Baby Dolly » est libre.

7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Samuel Lhâa
Samuel Lhâa · il y a
Très original et très instructif. Bravo
·
Image de P.Brun
P.Brun · il y a
Merci!
·
Image de Mf2915
Mf2915 · il y a
c'est donc ça les airs qui trottent dans nos têtes et dont on ne peut se défaire !!!
·
Image de P.Brun
P.Brun · il y a
Oui! Des chansons qui cherchent la gloire...
·
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Chanson en vadrouille
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Voici donc d'où viennent les prétendus plagiats ! ;-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

— Vous vous calmez, derrière ?Les trois gamins se figent.— Vous croyez que c’est facile de conduire ? J’ai besoin de me repérer ! Silence !Le plus grand se ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L'homme à la blouse blanche est hautement concentré sur les images basse définition de son écran, qui n'a rien de grand ni de plat. À l'heure des smartphones et des tablettes, notre homme de ...