L’héroïne

il y a
6 min
0
lecture
0
Simane était orpheline de mère, son père était marié une deuxième fois. Elle vivait avec sa belle mère qui l’a traitais vraiment mal et même insupportable. Bien entendu que la jeune fille Simane était une esclave pour elle. En faite, il existe de nos jour que certaine personne porte également des mentalités très ancienne et sa belle-mère faisait parti de ce genre de personne qui vive encore dans le moyen âge.
A chaque fois que Simane demandait quelque chose à sa belle-mère la scène ce passait comme ceci.
- Maman j’aimerais acheter un boubou ! demanda Simane
- Tu veux une autre à part celle qui tu possède ? répondu la belle-mère
- Celle-là est devenue très ancienne. Dit-elle Simane
- Amène-moi, je veux jeter
- Mais maman, je besoin encore de l’habillé
- Alors pourquoi tu veux une autre ?
- Vous l’avez acheté une autre pour hinda la semaine dernière donc je veux moi aussi
- Hinda est une femme qui travail, elle fait augmenté l’économie de la maison. Donc elle mérite plus que ça. C’est ne pas comme toi alors fait retourné tes esprit le plus vite possible et va nettoyer la chambre, j’ai des invité aujourd’hui.
Simane était vraiment déçu d’entendre parler mais quand même sa voisine qui l’aimait Simane consolait chaque fois, et sa donnait un peu d’espoir pour qu’elle puise vivre encore.
Dans la vie j’entendais chaque fois que les personnes peuvent vivre deux jours où bien encore trois jours même sans mangé, mais quand il y’a pas d’espoir, il y’a pas de vie. Ce peut être la seul raison que les gens décide de se suicidé.
Avant deux semaine de cela il y’avait un gentleman qui avait demandé la main de Simane pour l’a mariée et notamment sa belle-mère l’avait refusé.
Un jour Simane avait décidé de s’en fuir de la maison. Son père avait cherché partout après avoir volé de l’argent de sa belle-mère. Elle décida de tenté la vie d’extérieur mieux que de resté chez eux.
Elle ne peut plus taire son silence, ses sentiments là consument. Elle voudrait éveiller le désir de son bien aimée, éveiller son cœur dormant.
Elle est parti voir son ex fiancé, pour lui expliqué sa situation mais cela ne donnait aucun résultat
- Chaque chose a un début, un milieu, et une fin. On a passé le cap du début. On est arrivé au milieu. Maintenant c’est la fin. Dans mes yeux il y’a une larme, dans mon cœur il y’a une douleur, dans tes lèvres il y’a un sourire, pourquoi tant d’hypocrisie pour me dire que tout est fini. dit-elle.
- Ma chérie, sache que j’ai adoré tous les moments avec toi mais je compte bien en passé des meilleurs avec ma nouvelle copine. c’est fini entre nous ! désolé. Répond son bien aimé.
- Depuis ton départ je suis perdu, je ne sais pas quoi faire, je deviens folle. Mais l’amour que je porte pour toi me fait soulage. Répondait-elle.
- Oublie-moi s’il te plait. Dit-il ?
Simane ne Save pas quoi faire après quel avait quitté la maison de son père, puis elle espérait que son bien aimé pourra comprendre mais ce n’était pas le cas.
Simane était déçue, elle voulait se suicidé mais une pauvre vieil femme l’avait aidée.

- Pourquoi tu veux se suicidé ma jeune fille ?
- Je suis dégoûté de cette vie
- Qu’est ce qui t’arrivé ?
Simane avait raconté son histoire à cette vieil femme, puis la vieil l’avait hébergé dans sa maison.
Cette vieille femme avait deux fils, l’un marié et l’autre célibataire ces fils ont bien accueillit la jeune fille. Apres un moment de bonne reconnaissance. Les typesses du quartier commença a murmuré a propos de simane disant qu’elle n’est pas marié et qu’elle travaille pour la veille ou en contraire des choses vulgaires.
Un bon jour le second fils a décidé de se marié a simane parce qu’elle était enceinte, et donc après le jour du mariage la veille dame est morte puis le marie se changea après qu’il a su qu’il était stérile alors comment simane pouvais être enceinte ? Chaque jour il avait commencé à la frapper, il y mettait tout sa force.
Il s’avait pas s’exprimer ses gestes étaient violent, sans cesse réitérés, simane était faible et n’arriverait pas à riposter. Elle essayait sur son sort de ne pas s’apitoyer, elle a juste supporté en silence le triste châtiment. Pendant un certains temps des fois pour se pardonner, il devenait tendre et lui jurait de ne plus la frapper.
Et puis pour une chose sans gravité il recommença et les coups pleuvaient a nouveaux et sans pitié et un jour elle en a eu marre de continuer à subir, et de voir chaque jour son âme souffrir et la nuire. Elle était meurtrie et blessé et elle a toujours les séquelles et des fois le soir reste prostré. Simane souhaitait qu’il pose sa main sur son corps et ne plus jamais faire endurer à sa femme ce triste sort.
Chaque soir elle était assise au fond de leur lit, ses mains tremblait, elle ne pourra pas mettre des mots sur ce qu’elle vivait. Rien ne lui ressemblait, elle entendait des pas venir vers elle et fermait les yeux et priait. Elle ne voulait pas une vie éternelle, au contraire sa peluche étouffait ses crie, les yeux larmoyant elle regardait, le suppliait. Elle ne voulait plus les coups malgré tout elle était obliger de garder l’espoir car se son marie, et qu’elle devait obéir. Le matin elle ne pouvait pas se tenir débout
Chaque jour il l’a blessait par ces mots et il était trop agressif et pourtant elle le laissait faire. Simane aimait sans avoir d’objectif et elle ne pouvait jamais lui dire la vérité. Elle souhaitait caché et à ne rien dire pour supporter tout ces douleurs, un jour il lui portait un coup de trop, elle avait chuté sur le sol avec violence, elle fermait les yeux avec des larmes. Souffrir était devenu sa routine. Un bon matin elle a rassemblé tout son courage pour se mettre face a son mari en écrivant une lettre pour lui
«  Il est difficile d’aujourd’hui d’essayer de me combler car je ne crois plus en ton amour en ta sincérité, il me manque cet élan spontané pour me remplir le cœur, lorsque tu m’infligeais ce douleur, tu ne sais pas oublié tes tourments et tes agacement tu réagis selon tes sentiments et très violement, tu ne sais pas soulager et moi qui patiente je ne reçois jamais rien tout se que je te demande tu me refuse. J’ai un profond manque et j’en suis confuse et je m’isole seul et sans rien dire comme toujours, pour mieux digérer ma souffrance qui s’accroit chaque jour. Je veux jeter dans mon cerveau l’image que j’avais de toi, l’homme bon qui vers moi se tournait or ce n’était pas le cas.
Tu veux savoir la vérité de mon bébé qui va naitre, c’est vrai que c’est ne pas à toi mais un homme que j’avais aimé une fois dans ma vie. Et que je l’avais donné tous ce que j’avais dans ma vie y compris mon bonheur, ma joie de vivre, et ma virginité. Celui m’a abandonné au milieu d’un monde trop vulgaire et que la femme n’a pas une place. Si tu souhait de me divorcer maintenant et de me libéré je te comprendrais et si au moins tu m’a aimais même un seul jour vient me voir à coté de la plage carré  »
Le mari tenait la lettre à la main et se dirigeait vers l’endroit où le rendez vous était prévu. Tout un coup le mari a eu un accident de voiture dans la route de Venise, d’autre part simane attendait impatiemment son mari mais celui-ci ne pas venu. Enfin l’héroïne est partie un endroit de paix et une vie éternelle. Un endroit ou il y’a aucun jugement........
Les désespoirs ne menaient à aucun solution, tonnes des jours ont passés et la solitude a pris place dans son cœur, rien ne lui succombait.
Comme une femme usée qui sort de chez elle, il faisait nuit, le toit, les arbres ainsi que son cœur même sans couvert de l’obscurité. Le mari de simane avance sur la route encore sombre sans moindre regards en arrière, le dos courbé, la tête baisser. Il avança obstinément
Il était fatigué, ne veut croiser personne. Il ne perçoit pas la lumière qui s’allumait dans les maisons, et n’entendait rien des bruits de certains animaux domestique. Il a abandonné sa maison, ses affaires, son travail.
Il piétine doucement, les souvenirs de simane lui rendait fou, voir sa femme morte est la pire situation de choque. La femme qui était prêt pour lui, celle qui l’a aimée, soutenu dans ses affaires.
Mais aussi la femme qu’il tabassait tout le soir, la femme que ces coups l’a blessait vient d’être envoler a l’haut de la. Simane avait tenu des années au rythme de ces coups, de ses paroles inédits, au son des cries de son cœur, à l’aulne de la violence physique et morale, à ses promesses non accompli, a son haine indéfinie.
Il répétait sans cesse « je ne trouverai jamais une personne comme simane »
Le mari frigorifié, marche tout droit vers la plage carré, il avait l’air d’un bataillant perdu dans sa tête l’effet du regret semblait comme les feuilles des arbres au période du printemps. Lentement il prend un soupir, inspire et expire.
Ensuite se dirige droit dans l’eau de la plage en pleurant «  avant que ton corps me quitte, tu m’avais dit que j’étais ton ange, j’espère donc t’accompagner sur le chemin vers ton paradis. Nous ferrons ensemble une vie à l’haut de la, je m’excuse énormément si j’étais envahi par mon inconscient. J’ai vraiment ignoré le trésor que j’avais. Je t’accompagnerai, nous discuterons, rigolerons ensemble. Nous nous embrasserons, vivrons des instants unique »
Il se jeta dans l’eau, quelque heure plus tard son cadavre fut trouver avec plein de l’eau. Tout à coup, il se réveilla le lendemain matin sur son lit, s’étonna énormément quand simane s’est pointé devant lui.
- pourquoi tu pleurais toute la nuit ? dit-elle
- je t’avais vu mourir. Répond son mari avec un air douloureux.
C’était un rêve la mort de simane, mais c’est là lui a permis de prendre conscience lui. Depuis ce jour la peur de perdre simane était plus grande que son colère. Ainsi il traita l’héroïne comme une reine, simane avait vu une énorme transformation au comportement de son mari. Il donnait un coup de main à la tache ménagère, offrait des cadeaux. Rien n’est plus important aux yeux de la femme un homme qui l’aime et qui l’a chéri.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,