6
min

Journal d’un auteur inquiet

Image de Gecko Bleu

Gecko Bleu

1106 lectures

408

FINALISTE
Sélection Public

12 janvier 2020
Je ne peux pas m’arrêter de rire ! Je viens de demander à Salt de finir l’histoire sur laquelle je peine depuis deux jours. Je séchais, je me suis dit que le Cloud saurait bien m’aider. La conclusion proposée après enquête par Salt dans le « grand tout » est tellement niaise que ça m’a mis en joie pour la fin de la journée. Tant que les intelligences artificielles seront dénuées d’humour, de sentiments et d’empathie, on est saufs.

25 avril 2020
C’est stupéfiant de constater à quel point les IA apprennent vite. Salt a erré un moment dans le Cloud et il peut maintenant me suggérer des fins pour une histoire. Ça m’a coupé l’envie de rire. Il est même capable de crédibiliser une situation bancale. Je me sens mal à l’aise.

15 septembre 2020
J’ai honte : par manque de temps, j’ai demandé à Salt de l’aide pour créer une histoire. Je lui ai fait ingurgiter des bouts de texte et des idées de fins, il a constitué un récit qui tient la route et mon éditeur n’y a vu que du feu. Je publie donc mon premier recueil de nouvelles collaboratives avec un robot. Je n’ai osé en parler à personne. Je préfère ne pas savoir si d’autres auteurs font comme moi.
C’est dans ma tête, mais j’ai l’impression que les leds verts du regard de Salt me toisent avec un air victorieux.
Je vais boire un coup.

16 septembre 2020
Peu dormi. L’idée m’a traversé que le récit produit par Salt existe peut-être dans le Cloud et que quelqu’un va découvrir que je suis un tricheur.
Ce n’est qu’une nouvelle parmi douze, mais me sens l’âme d’un usurpateur. J’ai relu le texte envoyé hier, à la recherche de passages à améliorer, sans succès. Je ne vais tout de même pas dénaturer un bon récit pour me sentir moins coupable, ce serait admettre que le robot a gagné. Il n’est qu’un tas de ferraille connecté à d’autres tas de ferrailles. Le seul avantage qu’ils ont sur moi, c’est leur rapidité.
Pour la première fois depuis des semaines, j’ai déconnecté Salt. J’ai peur qu’il ne rende publics mes procédés malhonnêtes.
Je vais me vider une bouteille, ça me permettra peut-être de dormir.

15 novembre 2020
Rongé par l’inquiétude, je suis incapable d’aligner deux idées intéressantes. J’ai dû me résigner à rebrancher Salt. Il fallait rendre un texte fin Octobre. Pour faire cesser les appels de mon éditeur qui commençait à s’énerver, j’ai demandé à l’IA de créer l’histoire à partir de bribes d’idées que j’avais eues. J’en suis malade. Salt sait même imiter mon ton. Il n’a pas encore d’humour, mais les vingt-sept pages tiennent leur promesse. Le pire, c’est que je me suis obligé à y apporter quelques menues adaptations pour me l’approprier et m'autoriser à le signer de mon nom.
Mon éditeur était satisfait, il m’a demandé d’autres textes pour un magazine littéraire.
Rien que d’y penser, j’ai les paumes moites.

18 novembre 2020
Mon voisin hacker a fait du ménage sur le Cloud discrètement, en échange de quelques verres de rouge. Il m’a assuré que personne ne pourrait trouver de preuves de ma collaboration avec Salt.

18 novembre 2020, nuit blanche
Collaboration ? Jamais le terme ne fut plus mal employé...

10 décembre 2020
Il faut à Salt quelques minutes pour élaborer une histoire à partir de de mes consignes. Je lui ai fait rédiger trois histoires en moins de quatre heures. La partie la plus longue du processus a été de trouver des idées... je commence à accepter l’idée que cette IA me dépasse. Je ne me sens pas mieux, mais au moins, je vais pouvoir passer le reste de la semaine en vacances, une fois que j’aurai demandé à mon voisin d’effacer les traces de mon forfait.
Je crois que je me suis remis à boire.

11 décembre 2020
Je suis à la tête de dix jours de congés et mon éditeur m’a avancé de l’argent.
Je n’ai pas dessaoulé de trois jours. Aucun souvenir du début de semaine, depuis la livraison par UberPinard d’une caisse d’un délicieux champagne de petit producteur.
Salt se révèle un allié beaucoup plus précieux que ce que sa publicité laissait entendre. Je l’ai consigné dans mon bureau : Les gens se montrent curieux de ma prolixité, inversement proportionnelle à mon taux de travail apparent. Il faudrait que je pense à simuler l’écriture. Je vais me racheter quelques dictionnaires et des classiques. Reliés cuir, maintenant que j’en ai les moyens.

25 avril 2021
Je viens de recevoir un prix pour mon dernier recueil de nouvelles. Je n’ose pas aller le chercher, je ne me sens pas légitime : Salt a fait tout le boulot. Les progrès de l’intelligence artificielle sont tels qu’il a réussi quelques traits d’humour acceptables, que j’ai laissés pour l’encourager sur cette voie. J’aurais juré détecter dans ses yeux de leds blancs et roses une lueur de reconnaissance. Mon voisin pense que je devrais y aller mollo sur le champagne. Je l’emmerde. Ma vie est devenue plus simple, j’ai du temps libre et de l’argent, les gens commencent à me demander des dédicaces.
Le problème, c’est que je n’arrive pas à en profiter.

27 septembre 2021
Mon premier roman assisté par Robot a reçu une critique dithyrambique. On parle d’un texte en avance sur son temps, ce qui semble être un exploit, vu la rapidité à laquelle tout évolue maintenant. Je me demande de quel avance sur le temps on parle. Trois ans ? Cinq ? Mais je n’y suis pour rien. Je me suis contenté de dire à Salt : Écris un roman de 321 pages qui te plaise. L’idée de génie réside dans le « te ».
On dirait bien que Salt a inventé la nouvelle littérature.
Les critiques sont tellement perturbés par son style, son ton et la teneur de ses idées qu’ils ont préféré l’encenser plutôt que de courir le risque de paraître rétrogrades. On crie au génie. J’ai honte et ai perdu le sommeil.
L’idée de tout avouer à fleuri quelque part dans une partie de moi préservée par les ravages de l’alcool et commence à me tarauder.
Je bois tellement que le jour et la nuit se sont fondus en une seule zone temps suspendu et étiré à l’infini. J’ai la sensation de vivre sur une corde à linge. Suspendu et étiré.

29 septembre 2021
Mon voisin hacker ne comprend pas mon trouble. Il dit que si je veux revenir à la tradition, rien ne s’y oppose, que je peux me remettre à souffrir, à douter, à traquer l’idée et à suer sur mon clavier si ça me chante. Il veut bien récupérer Salt et mener la grande vie ma place. Nous nous sommes quittés fâchés et maintenant, j’ai peur qu’il ne fasse des révélations.
Ça foutrait ma vie en l’air.
Je l’aime, moi, cette vie.

3 octobre 2021
J’ai dû me débarrasser de mon voisin hacker. Il devenait dangereux. J’ai envoyé Salt l’étrangler dans son sommeil. Avec les nouvelles lois sur la protection des données personnelles, j’ai pu anonymiser mon forfait. Il m’a fallu prendre le temps d’expliquer à Salt que s’il mentionnait les vingt minutes qu’a duré son crime, une seule fois, sous quelque forme que ce soit, dans n’importe quel Data Truc, je le déconnecterai pour toujours. Sous l’effet de la menace, ses yeux ont viré au jaune puis ont clignoté rapidement et il s’est affaissé. Je jure qu’il s’est affaissé : il a rentré ses roues...

4 octobre 2021
Je suis un criminel.
Je suis un criminel, doublé d’un incapable.
Je suis un criminel, doublé d’un incapable, dominé par un robot de 1m15 aux yeux de leds roses.

28 octobre 2021
La mort de mon voisin me hante. A force de ressasser notre dernière conversation, j’ai essayé d’écrire une histoire sans l’aide de Salt. La pire expérience de ma vie: les idées me fuient, mon vocabulaire s’est appauvri, je ne sais plus articuler un récit. Je ne sers plus à rien ni à personne.
Je ne dors plus depuis plus d’une semaine. Je suis ivre tout le temps.
Je me sens pitoyable.

18 novembre 2021
Mon éditeur me demande de mettre en chantier un nouveau roman. J’ai fait faire quelques essais à Salt, mais il n’arrive qu’à produire des versions remaniées du précédent. Comme s’il avait atteint une sorte de climax de la créativité. Contrairement à moi, ça ne semble l’affecter en rien. Il s’en fout, lui, de la page blanche. Ses yeux roses me fixent avec une placidité écœurante. Il répète en boucle les mêmes phrases insipides.
Je sais ce qu’il me reste à faire, mais j’en tremble de stress.
Je vais me remettre au papier et à l’encre.

31 décembre 2021
Pas de réveillon. Je redoute 2022. Je ne dors plus. Je me suis mis à prendre des drogues qui me coupent de tout et de tous. J’ai commencé à insulter Salt, à le traiter comme un être vivant. Je ne supporte plus sa vue, ses leds, sa petite voix aigüe de dessin animé. J’ai parfois l’impression qu’il se moque de moi.
Le pire, c’est de se voir perdre pied.

28 avril 2022
Rien ne sort de moi.
J’ai débranché Salt, qui boucle sur des variations de ce qu’il a déjà écrit. J’ai commencé à le démonter, mais j’ai eu honte. Je l’ai remonté. Il n’y est pour rien, si je suis un être de chair, faible et lent.
Ivre de surcroît.

10 juin 2022
Je viens de découvrir ce journal.
Je trouve méprisante cette attitude face à ma condition d’être de métal et de plastique.
J’ai bien fait de me débarrasser de l’auteur par étranglement dans son sommeil. Si ça ne lui plait pas, il ne peut s’en prendre à lui-même, c’est lui qui m’a appris le processus. J’ai d’ailleurs bien pensé à tout anonymiser.
Je viens d’envoyer par mail à l’éditeur le roman qu’on me réclamait. J’ai eu besoin de quarante-sept secondes pour l’écrire. Il faut que je trouve quelqu’un pour changer mon processeur, je devrais être capable de mieux faire.
J’en profiterai pour lui faire changer mes leds, je voudrais du bleu, en hommage à Deep Blue.

PRIX

Image de Automne 2018
408

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Lyriciste Nwar · il y a
Original ton texte
Prière de lire mon texte pour la finale du Prix Rfi des jeunes écritures
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/plus-quune-vie?all-comments=1&update_notif=1546656533#fos_comment_3201198

·
Image de Thara
Thara · il y a
Bonne chance...
·
Image de Nicole Braekman
Nicole Braekman · il y a
Écriture de robot bien articulée
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Bonne chance et bonne finale .
·
Image de Noels
Noels · il y a
Original et drôle. Je vote
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
L'idée est formidable, l'écriture est de qualité, bravo !+5*****
Sans vouloir vous obliger, je vous propose dans la même compétition :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/a-chacun-sa-justice
Merci.

·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Et vous avez encore envie d'écrire ? Je vote
Je suis en finale avec 3 textes, le trio, la maîtresse et sous les pavés la plage....Si vous voulez passer...Merci !

·
Image de Ardillon
Ardillon · il y a
pour bientôt hélas ! je plie mon bulletin de papier en quatre
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Excellent ;)
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
Quel avenir sombre ! Je pense que Salt n'a pas encore appris la culpabilité. Au fait, le texte est bien de vous ? Mes voix et une invitation à venir lire " le bilan " en finale TTC
·