3
min

Jeux de cartes

Image de Masape

Masape

12 lectures

0

Encore une fois, Noa et moi nous retrouvons en fin de nuit, après le boulot.
Ce soir, on a décidé de faire un poker. Un strip poker d'ailleurs, histoire de ne pas chercher d'excuses pr se frôler, se toucher avec un air amusé mais toujours gené.
Mon père a construit une maison quasi sous terre, dans le jardin de sa mère... Inconnue des services urbains, le malin.
C'est comme une cabane, une maison troglodyte, dans laquelle se trouve nombre de souvenirs de ses voyages.
Une mezzanine boisée en guise de lit.
C'est là que nous entamons la partie. Ce n'est pas notre première, mais d'habitude, je gagne plus rapidement. Ma chance habituelle n'est pas là ce soir... L'effeuillage est bcp plus long. Elle est face à moi, il ne lui reste que son debardeur, et ses sous vetements azur sur sa peau hâlée. Je suis déjà en caleçon, et elle ne peut que voir le désir monter en moi. Elle en joue. Et elle en joue bien, entre ses petites phrases évocatrices et ses regards qui descendent voir l'effet de ses mots puis qui remontent droit ds mes yeux.
J'ai juste envie de jeter les cartes et de la retourner contre le mur qui borde le lit.
Encore une donne. J'ai la main, et son débardeur tombe.
"Mmmh... Alex... Et si on jouait la dernière main?...
- explique?...
- cette main donne droit sur l'autre pour tout le long de la partie qui va suivre
(Je rêve, elle me défie... Si je gagne elle est à mes ordres pr le reste de la nuit...)
- ok. Last hand."
Et contre toute attente, elle gagne... Merde. Elle ne gagne jamais d'habitude...
Bon perdant, je m'offre à elle.
Noa ne bouge pas de sa place, me fixe. Elle me demande de m'allonger, et je m'execute. Je sens ses mains remonter le long de mes jambes, depuis les chevilles jusque sur mes cuisses. Elle ne retire pas mon boxer, et continue en caressant mon ventre, mon torse, mes épaules. Tout son corps suit le mouvement de ses mains, comme un serpent elle glisse sur moi, légère. Elle me fait frissonner en mordillant mes lobes tout en remontant mes mains derriere l'oreiller. Me voilà offert. Elle fait mine d'attacher mes mains avec mon tee-shirt. Je joue le jeu... Je ne bouge pas....
Elle se redresse, ses seins pointant fermement sous son soutien gorge. Elle avance, et ses cuisses viennent encadrer mon visage... Je sens la dentelle de son string sur ma peau. Elle se redresse pr enlever ce joli bout de tissu, s'assoit sr mon torse et le fait glisser le long de ses jambes, caressant mon visage en passant.
La revoilà sur moi, ses genoux maintiennent mes bras au dessus de ma tête. J'aime l'odeur de sa chatte. Ma queue n'en peut plus de gonfler alors que ma langue commence son exploration. Ses lèvres douces, ce creux entre ses levres et ses cuisses, là où la peau est fine. Elle frémit. Ma langue caresse alors son clitoris, j'en joue.... Elle ondule devant mon visage, elle se contrôle, elle me contrôle...
J'aime le goût de son excitation.
Les mains contre le mur, sa chatte sur mon visage, elle va et vient sr ma bouche.
D'un coup, elle se lève. Elle retire d'une main son soutien gorge pour libérer ses seins si gros et si ronds. Je les veux. Mais elle recolle direct mes mains sous l'oreiller...
Elle est nue. J'aime quand elle est nue. J'aime encore plus le fait de ne pas pouvoir la toucher. Je suis dans un état d'envie que je n'ai jamais connu.
Elle me caresse, pince mes tetons, m'embrasse.
Sa bouche descend pendant qu'elle empoigne ma bite.
Je connais sa bouche. Et n'avoir le droit de ne rien faire, rien toucher, me rend fou.
Elle lèche mon gland, avec appetit... Et quand elle la prend en entier, jusqu'au bout, dans sa bouche, je ne peux pas m'empêcher de gémir.
Elle aussi connait sa bouche. Elle aime sucer, et ça se ressend jusqu'au fond des tripes.
Elle me torture.
"J'aime ta queue dans ma bouche... "
Je ne vais pas tenir. Et c'est à ce moment qu'elle arrete. Comment elle sait bordel?
Elle revient ramper en douceur sur moi. Elle frotte ses seins contre moi, les approche de ma bouche et se retire avant que je ne puisse y goûter. Plusieurs fois.
Toujours allongé, à sa volonté, je la regarde se caresser, impuissant. Ses mains longues et fines, ses doigts agiles, qui savent exactement où se placer... Comme qd elle manipule les cartes et les jetons au boulot...
Elle monte sur moi. Et m'offre la vue sublime de son petit cul. Elle se caresse encore mais avec mon gland cette fois. Ma queue est devenue plus dure que du béton armé. Elle s'élève, et se glisse sur ma bite dure comme l'acier. Elle s'enfile dessus, avec lenteur, avec plaisir, elle descend lentement. Rapidement, comme si l'excitation de me posseder la dépassait, elle accélère. Je vois son cul remuer, je devine ses mains qui caressent ses seins, son clito. J'en peux plus.
Elle se contracte autout de ma queue, et ressent les soubresauts qui montent en moi.
Noa se retire, s'agenouille entre mes jambes, et prend mes boules à pleine bouche tout en me branlant. Elle me "sait". Tout comme je la "sais". Elle se cambre, et la vision de son cul offert m'achève. Sa bouche est venue tout en accord avec mon orgasme, ne laissant rien, me remplissant de décharges électriques à chaque jet, ne laissant échapper aucune goutte.
Elle s'est ensuite allongée près de moi, a détaché mes mains, a caressé son corps avec, et en a posé une sr ses seins, l'autre entre ses cuisses, les yeux emplis d'envie...
J'aime le poker...

Thèmes

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,