J’ai rien fait !

il y a
1 min
601
lectures
0
Finaliste
Jury
Sur le cliché, elle a les yeux tuméfiés par les larmes, une ecchymose sur la joue. Je suis le cogneur, m'annonce-t-on. Elle m'accuse d'avoir, dans le dortoir, attenté à sa pudeur. Je suis assis heureusement, parce que j'en serais tombé par terre. Ah la petite peste !
— Accablant, hein ? me dit le pandore.
— Invraisemblable, dis-je.

Il y a des claques, et des vraies, qui se perdent. Je n'en dis mot, vous pensez bien. Le diagnostic tomberait aussi sec : un violent qui se trahit !
Je est un autre, paraît-il. C'est ce que le psy me répète patiemment pour que j'en prenne de la graine. L'autre, c'est le cogneur en moi, paraît-il.
Le psychologue ne balance pas à me cataloguer pervers multi-chose, intello tordu, capable de subjuguer au baratin les mineures à sa merci. Un phacochère à cerveau humain dans la bergerie des agnelles.
Si je nie, c'est un oui subconscient ; si j'acquiesce, c'est un aveu.
— La masse musculaire du patient ne plaide pas en sa faveur, pérore le psy.
Vaincu par tant de compétence, je craque assez pour apporter de l'eau lourde à son moulin industriel :
— Sans oublier que je suis Lion ascendant Balance. Signe chinois : tigre !
Et je plaide, je plaide.
— Monsieur, m'entends-je dire, d'abord, ne perdez pas de vue que la mythomanie est un phénomène assez fréquent qui se résout tout bonnement : une fille en crise de ragots ne tarde pas à se dégonfler. Cuisinez-la, elle ! Elle va faire pschitt !
Ensuite, daignez fournir les preuves de ma culpabilité au lieu d'exiger que je prouve mon innocence. Ni les intentions alléguées, ni la personnalité revêche, ni même le regard torve ou de simples paroles ne sont des éléments condamnables.
Il faut des ACTES commis par un ACTEUR pour qu’il y ait délit. Où sont les preuves de MES crimes ? Pas un témoin ! Pas de trace ADN !
L'avocat de la partie adverse s'entête à répéter que « sur le rapport du médecin, il y a bien eu agression ».
Marre à la fin. Je m'insurge.
— C'est pas moi !
— La victime dit le contraire.
— Elle affabule, c'est assez clair.
— Silence ! m'ordonne l'avocat de la partie adverse. Ayez honte !
— Honte ? Et de quoi ?
— Peu importe, marmonne l'avocat de la chipie, qui proclame leur commune devise : Ni foi ni loi !

Faute desquelles, ils m'ont mis au trou.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,