Inavouable équivoque

il y a
1 min
175
lectures
2
Finaliste
Jury
Noir intense, profond silence !
Allongée dans le lit, Elma cherche le sommeil qui l'envahit par moment. Torpeur !
Soudain...
Le frottement de mules sur le tapis, le couinement de la porte de la chambre qui se referme doucement sous la poussée d'un geste imprécis.
L'affaissement du matelas.
Le drap soulevé avec retenue et le glissement de membres qui s'y enfouissent.
La pression sur l'oreiller d'une tête se posant avec précaution jusqu'au frémissement d'un corps d'où s'exhale un parfum de fleurs fraîches.
Un souffle chaud qui caresse son cou lui fait distinguer la saveur d'un corps tiède qui se presse contre le sien.
Une main caresse ses cheveux et fait basculer sa tête en arrière. Elma tressaille en sentant un fruit qui pénètre sa bouche, ses lèvres s'ouvrent.

Elle n'est plus qu'une proie ! Des mains délicates glissent le long de son corps en palpant au passage les parties sensibles qui la font vibrer et gémir d'une plainte étrange.
Des lèvres chaudes sur l'aréole d'un sein durci créent un friselis qui la parcourt jusqu'à sa gorge sèche. Elma est engloutie dans cette étreinte envoûtante sans savoir s'il s'agit d'une illusion ou si le plaisir réel l'a conquise. La fascination est si puissante qu'elle ne peut s'en détacher. Un râle de soupir s'échappe au contact d'une goutte ardente.
De sa main lovée dans le creux de son cou, deux doigts écartés et relevés comme des antennes d'écrevisses frémissent, avec infinie précaution elle les glisse sur sa cuisse lisse à la peau mate puis, sur le drap qu'elle déplisse, retenant son souffle, jusqu'à sentir un corps. Elle étire le bras pour que les doigts enfouissent les profondeurs... Mais rien, que le drap... froid !
Elle se rend à l'évidence, la présence s'échappe...
Fuyant la confrontation et redoublant sa solitude et son incompréhension.

Alors se dresse une vision blanche, évanescente, comme une lumière diffuse, ondoyante, et s'estompe.
La crainte du cœur martelé, poignardé, la fait se redresser subitement.
Dans la claire pénombre provocante d'une lumière extérieure elle se lève, nue, intriguée, puis se dirige en tâtonnant vers le salon. Elle aperçoit Jeanne assise sur le divan, un verre en main, revêtue d'une robe de chambre de mousseline blanche transparente qui voile un corps impudique...
— C'était vous ? murmure Elma
— Que voulez-vous dire ?
— Je croyais....

2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]