3
min

In medias res

Image de Mélanie Roland

Mélanie Roland

24 lectures

0

Décor : Une table, deux chaises, un ordinateur, des feuilles de papiers, une bibliothèque, des boites en carton remplies de décoration en tout genre, des costumes rangés sur des cintres, des panneaux décoratifs.

Martin — Alors, des idées ?

Jérôme — Aucune. Je comprends même pas le thème...

Martin — In medias res ? C'est du latin.

Jérôme Baissant la tête en signe d'exaspération — Ça je m'en doutais, merci. C'est la signification qui me manque.

Martin — Au milieu des choses.

Jérôme — Sérieux, c'est ça le thème ! Ça s'annonce drôle.

Martin — Peut-être qu'il y a eu autre signification ?

Jérôme — Comment je le saurais ! C'est toi le fan de théâtre.

Martin — Bah, suffit d'aller voir sur Wikipédia.

Martin tape sur le clavier d'ordinateur clique sur un lien pendant que Jérôme regarde le public se moquant de la lenteur de son ami.

Martin — Ça y est j'ai trouvé !

Jérôme — Ah, enfin ! Montre !

Martin — C'est un procédé littéraire qui consiste à placer le lecteur, ou le spectateur, sans beaucoup de préalables au milieu de l'action, les événements qui précèdent n'étant relatés qu'après-coup.

Jérôme — Euh... Ils donnent des exemples ?

Martin — Oui, il est utilisé dans Tartuffe.

Jérôme — Jamais lu.

Martin — Quoi ?! C'est une des pièces les plus connues !

Jérôme — Jamais lu de théâtre, j'aime pas ça. Je rappelle que je suis là uniquement pour te faire plaisir.

Martin — Bon, bon, ne nous disputons pas. Je suis sur qu'il doit être dans notre bibliothèque.

Martin s'avance jusque là, cherche dans les rayons et reviens les mains vides près de Jérôme.

Jérôme — Alors ?

Martin — Rien. On a tout de Molière sauf celui là.

Jérôme — Ben, c'est pas grave, résume le.

Martin — C'est que... je ne l'ai jamais lu.

Jérôme — Pour une pièce connue, j'ai l'impression que personne ne la connaît. Pas grave, il y a internet.

Martin — En même temps, on est pas obligé de la lire pour essayer de trouver des idées.

Jérôme — Je t'en pris, je t'écoute.

Martin — On est sensé le faire ensemble.

Jérôme — C'est toi qui aimais tellement le théâtre qu'il fallait absolument qu'on rejoigne une troupe amateur. Maintenant, assume et écrit !

Martin baisse la tête et pars vers la table, s’assoit, récupère les feuilles de papiers, sort un stylo de sa poche et commence à écrire. Pendant ce temps, Jérôme prend une chaise, s'assoit près du public et commence à parler en aparté.

Jérôme — Le problème avec lui, c'est qu'on sait toujours quand ça commence mais jamais quand ça fini. Depuis qu'il est petit c'est comme ça. Je me souviens qu'un jour il avait commencé un dessin pour la fête des pères qui avait lieu dans une semaine. Du coup, il l'a fini deux mois après et l'a offert à mon père avec pas mal de retard ! Le pire c'est que ça représentait simplement notre mère, notre père et nous deux devant la maison. Le tout même pas bien dessiné, ce que n'importe quel enfant aurait fini en une heure, il lui a fallut deux mois. Mais que voulez-vous, c'est mon frère et je le soutiens.

Martin barre plusieurs phrases avant de déchirer la feuille et de recommencer tout sur une autre.

Jérôme, toujours en aparté — Houlà, ça promet d'être encore long, j'espère que vous êtes pas pressés.

Martin s'énerve sur sa feuille, fait des grands gestes et lâche des jurons sortis d'un autre siècle.

Jérôme, toujours en aparté — Je ferai mieux d'aller le voir. J'ai pas envi de rester ici trop longtemps.

Jérôme se lève, marche vers Martin et pose une main sur son épaule.

Jérôme — Alors, ça progresse ?

Martin — Pas vraiment. Je commence à me demander si je ne vais pas choisir l'autre thème...

Jérôme — Ah ! Parce qu'il y a un autre thème en plus. T'aurais pas pensé à le dire plus tôt ?!

Martin — C'est que... c'est pas tellement mieux. C'est tout d'une seule portée.

Jérôme — C'est quoi qui est d'une seule portée ?

Martin — Le thème.

Jérôme — Le thème est d'une seule portée ? C'est pas un thème ça, c'est simplement n'importe quoi, c'est même pas français.

Martin — Non, non. Le thème c'est « Tout d'une seule portée »

Jérôme — Okay... ils font un concours des thèmes les plus nuls ou ça leur viens naturellement ?

Martin — C'est pas nul, ça demande de la réflexion.

Jérôme — J'aime pas ça.

Martin — Quoi, la réflexion ?

Jérôme — Non, sombre idiot. Devoir écrire sur un de ces thèmes. Au départ, je te rappelle que je ne voulais pas participé à cette troupe théâtrale.

Martin — Tu l'as déjà dit. Soupire et passe sa main dans ses cheveux. Pour une fois que j'essaye de nous trouver une activité ludique et

Jérôme — Ben, c'est raté.

Martin — Non, il faut juste trouver l'inspiration.

Jérôme — En admettant qu'on arrive à avoir ne fut-ce qu'une idée, ni toi ni moi ne savons écrire, on court à la catastrophe et tu le sais bien !

Martin — Alors quoi ? On abandonne, on retourne jouer sur nos ordinateurs et nos consoles ?

Jérôme — Ça me semble une bonne idée !

Martin — Si c'est comme ça, pars ! Je ne te retiens pas !

Jérôme — Parfait, à jamais !

Martin — Super mature comme réaction, bravo !

Jérôme — Je ne t'entends plus.

Martin — Super, ça me donnerais presque l'idée d'écrire sur cette histoire. C'est vrai qu'on y parle des deux thèmes, les personnages me paraissent plutôt sympathique, il doit y avoir moyen de sourire de temps en temps, ça pourrait marché.

Jérôme — Wow,wow,wow,wow. Laisse moi t’arrêter tout de suite. T'écriras pas sur moi, compris ?

Martin — Je pensais que t'entendais plus rien !

Jérôme — Fais pas le malin avec moi !

Martin — Sinon quoi ?

Jérôme — Façon tu ne l'écriras jamais cette histoire vu que tu sais pas écrire !

Martin — On verra ça.

Jérôme — C'est tout vu.

Martin — Merci pour ce mot d'encouragement. Aurez-tu la gentillesse de dégagez d'ici rapidement ?

Jérôme — J'ai une meilleure idée. Si je t'aidais à la confection de ton chef d'œuvre, juste pour m'assurer à quel point tu es mauvais !

Martin — Ah, je t'en prie. Ton génie inné nous fera peut-être gagné, qui sait ?

Jérôme — Et on deviendra riche et célèbre ?

Martin — Sait-on jamais ?

Jérôme — Bah, ça doit pas être si dure que ça.

Martin — De quoi ?

Jérôme — Bah d'écrire !

La scène se termine par les deux frères qui entreprennent de conter leur histoire.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,