3
min

Il était une fois ...

Image de PlumeDeChien

PlumeDeChien

6 lectures

0

Jimmy était un garçon comme les autres, enfin c'est ce que les autres pensaient. En réalité Jimmy était un chevalier-ninja, un guerrier sans peur et sans regret. Mais ça les autres ne le comprenait pas, alors Jimmy se contentait de faire comme s'il était un petit garçon de 6 ans, il se contentait de faire comme s'il était Jimmy. Mais il n'était pas Jimmy, et ça seul Jimmy le savait. Il ne s'appelait pas Jimmy, non plus, on l’appelait la Tempête Noire, ou alors l’Éclair Vengeur. Mais bon pour l'instant le Sauveur des Mondes devait aller manger, et ce soir, à la maison, c'était brocolis. Jimmy n'aimait pas les brocolis, le Chevalier des Étoiles non plus d'ailleurs.
Alors que Jimmy essayait de manger ces... brocolis, ceux-ci se rebellèrent. Le premier à se soulever fut celui que Jimmy avait fait tomber à côté e son assiette. Il bondit sur la fourchette de Jimmy toutes ses petites griffes dehors pour délivrer son ami brocolis qui était planté sur le bout du couvert. Il leur fallut ensuite peu de temps pour s'organiser en bataillon, mais dommage pour eux qui avaient sûrement cru s'attaquer à un enfant fragile. Ah ! Ils s'étaient laissés abuser par le fauteuil de Jimmy, ils croyaient qu'il ne pouvait pas marcher. Baliverne !
Rien ne pouvait arrêter le Ninja du Feu. Il maîtrisa l'armée verte en quelques instants. Bien sûr sa mère, qui n'avait rien vu de l'invasion des légumes, le gronda. Elle ne comprenait pas qu'il venait de sauver la Terre. Mais s'il y avait bien une personne qui pouvait gronder un super-héros, c'était bien sa maman.
Jimmy roula alors, honteux, jusqu'à sa chambre. Et quand, après quelques minutes, sa mère entra, il aurait voulu lui crier de sortir.
Sachant qu'elle l'avait vexé, elle le regardait avec ces yeux. Ces yeux que Jimmy détestait. Il adorait sa maman, bien sur qu'il l'adorait, c'était sa maman après tout, mais ce regard-là, il le détestait. Il le détestait parce qu'il contenait tout ce que Jimmy haïssait, la pitié. Le pitié pour le pauvre petit garçon en fauteuil qui ne marcherait jamais.
Mais c'était stupide, Jimmy ne se lèverait peut-être jamais de son fauteuil mais le Guerrier de l'Infini, lui, marchait, il courait, il volait même. Pourquoi sa mère ne voulait-elle pas le voir ? Et de toute façon a quoi bon marcher ? Les autres garçons ne marchaient que pour s'attraper et se taper dessus ou alors ils couraient mais uniquement pour revenir à leur point de départ. Et puis quand ils se retrouvaient devant une feuille, c'était Jimmy qui dessinait le mieux.
Ça pour dessiner et raconter des histoires, il était le meilleur. D'ailleurs, il arrivait souvent à l'école que pendant le temps de récréation, toute la classe s'asseye autour de lui et l'écoute. Bien sûr quand Jimmy n'avait plus d’idées les autres s'empressaient de lui en donner. Jimmy aimait faire semblant de ne plus avoir d'idées pour leur faire plaisir. Le Vengeur masqué, lui-aussi, aimait ça.
Un jour, alors qu'il était en train de raconter une autre histoire à la classe, sa maman arriva. Elle venait le chercher pour l'un de ces rendes-vous avec les dames qui lui tripotaient les jambes. Jimmy n'aimait pas ces rendez-vous mais il n'osait pas le dire à sa mère sinon elle se serait énervée. Et puis de toue façon il avait une histoire à terminer. Il ne pouvait pas abandonner son public dans un moment si important. La princesse allait combattre le dragon-licorne pour délivrer le prince !
Mais sa maman n'en avait rien à faire du dragon-licorne. Et comme à chaque fois, elle répéta à Jimmy « Arrêtes de faire l'enfant ». Jimmy n'avait jamais comprit cette phrase. Pourquoi devait-il cesser de faire l'enfant ? Faire l'enfant. Il ne faisait pas l'enfant. Il était un enfant. Mais une petite voix dans la tête de Jimmy lui disait qu'il ne pouvait pas résister, alors il arrêta son histoire et la suivit.
Mais le lendemain, lorsqu'il revint, les autres l'avaient vu arriver et l'attendaient tous en cercle. Et comme les plus grands conteurs, Jimmy reprit son histoire. La princesse vaincu le dragon-licorne et libéra le prince. Le groupe entier explosa dans une salve d’applaudissement dès que Jimmy eu dit le dernier mot.
Ce jour-là, Jimmy ne s'en sentait plus de joie et pendant plusieurs heures il ne fut plus ni un ninja, ni un guerrier, ni un chevalier. Il était simplement Jimmy, le conteur d'histoire de sa classe. Les autres avaient tellement aimé son histoire que la maîtresse décida que maintenant Jimmy aurait son temps attitré pour raconter ses histoires. Et toutes les semaines, Jimmy inventait une nouvelle histoire avec de nouveaux personnages, de nouveaux rebondissements, de nouvelles histoires d'amour et de nouveaux monstres fantastiques prêt à dévorer héros et héroïnes.
Même qu'un après-midi, la maîtresse emmena toute la classe à la médiathèque. C'était une surprise, deux autres classes les attendaient. Chaque classe avait son petit champion. On demanda à tous d'écrire un personnage, un monstre et un objet avec lequel les champions feraient une histoire.
Jimmy piocha un ninja, un serpent géant et des baguettes. Il réussit à faire une histoire qui fit battre le cœur de tous. A la fin l'intégralité des classes l'applaudirent et Jimmy fut déclaré grand vainqueur des histoires.
A partir de ce jour-là, Jimmy vint tous les week-ends raconter ses histoires à la médiathèque. De plus en plus de gens venaient le voir. Jimmy, qui n'avait eu que son Guerrier intérieur, était maintenant entouré, mais Jimmy n'était pas le genre de garçon à oublier ses amis.
Si vous écoutez attentivement ses histoires, vous retrouverez toujours au détour d'une phrase son ancien ami, toujours là.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

Une ombre passa sur le chemin qui menait à Pré-au-lard. Une silhouette d'homme encapuchonnée se déplaçait d'une façon à la fois raide et légère qui lui donnait des airs de grande ...

Du même thème

NOUVELLES

Tic !... Tac !... Tic !... Tac !... L'énorme et sombre horloge avait depuis longtemps repris son indépendance et boitillait ses sentences temporelles sur un tempo bien à elle. Depuis mon ...