MADAME BAPTISTE (d’après Maupassant)

il y a
1 min
51
lectures
6

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

MADAME BAPTISTE (d’après Maupassant)


Sur le boulevard
Un cortège suivait un corbillard
En direction du cimetière.

Je demandai à mon voisin :
-Savez-vous qui on enterre ?
-Une dame de Pantin
Qui vient de se donner la mort.
-Vous m’intriguez fort !
L’homme me prit le bras.
-Je vais vous conter cela.
Cette femme, Mme Paul Luzan
Était la fille d’un riche paysan,
Le père Martillet.
À quinze ans, elle fut souillée
Par le valet de ferme, un gars dérangé.
On l’appela Madame Baptiste
Du nom du fou qui l’avait outragée.

Jolie, grande, artiste,
Elle épousa, il y a trois ans
Un sous-préfet, M. Luzan.

À la fin de la semaine dernière
Ce haut fonctionnaire
Présidait un concours d’orphéons
Sélectionnés à Paris et ses environs.
Lorsqu’il remit les médailles de la Musique.
Aux trois meilleurs chefs de cliques,
L’un des récipiendaires,
Particulièrement désolé
De voir épinglé
À sa boutonnière
Une décoration de deuxième classe,
La jeta à la figure de M. Luzan.
(On ne peut pourtant pas
Donner un ruban
De première classe
À tout le monde, n’est-ce pas ?)
-Garde-la pour ta Baptiste, ta médaille.
Elle n’est bonne que pour une valetaille !

Madame Luzan s’est alors levée.
Elle avait l’air révolté.

De retour à la sous-préfecture,
Elle absorbait des sels de cyanure.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !