En terre inconnue

il y a
1 min
241
lectures
0
La porte s'ouvrit. Un homme lui fit signe de venir.
Il lui intima de s'asseoir et dit :
— Madame, je vais enfin avoir le plaisir de vous mirer nue.
— Je vous demande pardon.
Il lui prit le menton dans sa main droite et d'un geste doux mais ferme, le leva vers le sien. C'est là, qu'à sa plus grande stupeur, elle reconnut l'inconnu avec qui elle avait passé un moment étrange, au Moulin des Anges, samedi dernier. Ils s'étaient retrouvés, habillés et intimidés, au milieu de ces corps nus qui s'enlaçaient et s'imbriquaient. Il l'avait prise par le bras et avait commencé à la faire danser très sensuellement. Seuls le bout de ses doigts et son souffle chaud effleuraient son cou. Le désir nimbait, de sa suavité, ces deux corps tournoyants et devenait presque palpable. Il la serra alors fort contre lui. Elle sentit son sexe dur venir cogner contre le sien. Une vague de chaleur l'envahit instantanément et elle sentit du liquide s'échapper de son sexe devenu geyser et ruisseler le long de ses bas. Il commença à simuler un mouvement de pénétration.
— Vous ondoyez comme une sirène, Madame, mais c'est moi qui vous ait prise dans mes rets et cela a l'air de vous ravir. 
Elle jouit la première. Il vint ensuite dans un long râle animal. Puis il partit sans parler, la laissant là, debout, humide et chancelante. C'était sa première expérience en pareil lieu.
Elle se leva pour partir. Il la fit se rasseoir presque violemment. Il s'agenouilla devant elle, lui écarta les jambes et remonta sa jupe jusque sur son bas-ventre. Elle était là, seulement de bas vêtue, devant cet inconnu, furieuse et excitée. Elle se tortillait pour essayer de resserrer ses genoux. Il lui ouvrit brutalement les jambes et fit descendre sa culotte sur ses chevilles.
— Gardez votre calme et votre sang froid, madame. Ce sont deux qualités requises pour le poste. »
Il commença à inonder de sa salive, ses petites et grandes lèvres, son vagin et son clitoris. Il la léchait et la mordillait. Elle se débattit par principe mais s'abandonna rapidement. Il la laissa prendre son plaisir à son rythme jusqu'à l'explosion finale qui inonda son visage et sa cravate.
— Vous avez tous les critères exigés pour le poste, madame. Je vous attends lundi, neuf heures, ici même.

0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]


Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]