1
min

En pensant à Koffi Annan.

Image de Politique

Politique

3 lectures

1

Avec Koffi Annan, décédé à la mi-août, un certain regard quitte nos rivages, à savoir une conscience du développement face à l'extrême misère humaine, une vision de l'Afrique apte à rééquilibrer le monde. La gauche Française, dans ses fureurs parfois si sécuritaires, ne saurait oublier cet homme et ses combats parfois si difficiles à la tête de l'ONU,entre 1997 et 2006. Il nous faudra, avec lui, comme avec Nelson Mandela, poser la question autant des biens détenus que des droits concentrés en quelques mains inconscientes. Pour que l'ONU soit réel arbitre des conflits et véritable tribune pour l'hémisphère Sud. Dix ans après la terrible crise de 2008. Dont cette région fut celle à payer le prix le plus grand. Notamment suite aux "printemps arabes", directement provoqués par la récession mondiale et par des approvisionnements devenus bien aléatoires. Le lien est établi entre la guerre en Syrie et le niveau des cours . Nous l'oublions trop souvent. Koffi Anan sut affirmer des convictions fortes , au milieu du chaos engendré par plusieurs génocides. Avec lui, L'ONU ne fut pas que le "machin", vilipendé par De Gaulle. La Finance reste à ŕéguler, au service des peuples, et non en faveur de leur décomposition. Né en 1938, éminent leader politique Ghanéen, Koffi Annan est témoin de cette mondialisation si apte à faire monter les niveaux de vie, tout en creusant de massives inégalités et engendrant tous les replis protectionnistes qui sont sous nos yeux. Les socialistes et la gauche préfèrent évoquer le Venézélua, autre exemple majeur de déséquilibre immense un temps colmaté , aujourd'hui reparti sur des bases ultra libérales. Ils évoquent peu l'Afrique et l'immense attente présente en ses rangs. Afrique qui est un volcan. Mais aussi l'avenir du genre humain.

Afrique en laquelle tout courant socialiste doit puiser sa force, au nom de l'inégalité des conditions, qui est seule raison d'être de notre courant de pensée, à la fois internationaliste et aux éminentes racines ouvrières. Afrique, qui est une "ensorceleuse", celui qui met les pieds sur son sol en restant marqué à tout jamais. Par sa culture, sa violence, son sol, ses hommes et ses femmes.

Afrique si célébrée par ses artistes, dont chacun mesure la valeur et le rayonnement. Où la langue Française jouit toujours d'un incontestable force, en dépit du colonialisme et de tout ce qui implique une sauvage domination de notre part . Dans le débat sur les migrants, chacun oublie d'où vient l'uranium prélevé au service de nos ordinateurs et de nos centrales nucléaires, imaginant pouvoir se servir à satiété, sans jamais passer à la caisse.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,