Emilienne et Joe

il y a
5 min
200
lectures
36
Qualifié

L'écriture c'est l'inconnu. Avant d'écrire on ne sait rien de ce qu'on va écrire. En toute lucidité. Marguerite Duras.  [+]

Image de Eté 2016
Les matins d’été, j’aime bien écouter la radio en épluchant mes légumes. Le thème de l’émission ne m’intéresse pas toujours mais ce qui me plait, c’est les gens qui téléphonent pour raconter leurs vies. Y'en a qui sont d’un bavard ! Parfois j’ai envie d’appeler mais je n’ose pas. Ce matin, le thème c’était « Comment passez-vous des vacances ressourçantes ? » Ressourçantes ! Tu parles d’un mot ! Pas sûr qu’il soit dans le dictionnaire ! Les vacances, c’est les vacances, non ? Pour le coup j’ai voulu téléphoner mais c’était tout le temps occupé. Pourtant cela m’aurait fait bien plaisir de raconter à tout le monde comment depuis dix ans je passe mes vacances. Si ressourçant, ça veut dire heureux alors allons-y pour le ressourçant.

Il est nul ce patelin. Y'a que des vieux et du soleil. Va jouer dehors, y'a du soleil, y'a du soleil, alors c’est pas un temps à regarder la télévision, ça je l’entends à longueur de journée. D’abord, le soleil ça me gonfle, et puis jouer avec qui ? Je connais personne, moi dans ce bled. À qui je peux faire croire que je connais Joey Starr si y'a personne pour m’écouter. À qui, hein ? À qui ? Pas aux vieux tout de même. J’suis sûr que ça leur ferait aucun effet.

Bon, maintenant l’émission est terminée. Tant pis ! De toute façon j’aurais pas eu le temps de raconter comme il faut. Il faut du temps pour que les gens comprennent. Et l’animateur qui dit sans arrêt « Brièvement, en quelques mots rapides, il reste une minute avant la pub ou une minute avant les infos. » Dans ces conditions, ça vaut pas le coup de commencer à parler. Les souvenirs, je préfère les garder pour moi.

Moi j’aime bien Joey Starr. D’abord parce qu’il s’appelle comme moi, même si ça s’écrit pas pareil. Et puis parce qu’il a de la tchatche, mais attention, il ne dit pas n’importe quoi, faut pas croire ! Souvent il parle des jeunes de banlieue et moi je la connais bien la banlieue. Bondy que ça s’appelle, là où j’ai habité avant de venir dans ce bled. J’ai tous mes potes là-bas. Joey Starr j’comprends pas toujours ce qu’il chante, peut-être parce que je n’ai que dix-ans et demi, mais des fois j’ai vachement l’impression qu’il s’adresse à moi.

Toute la journée j’ai pensé à ce que je raconterais demain si l’émission est encore sur les vacances. « Bonjour, que je leur dirais, je m’appelle Emilienne Gravier et j’ai bientôt quatre-vingts ans. Depuis dix ans et, malgré que je sois veuve, je passe des vacances épatantes dans ma petite caravane au fond de mon jardin. Je campe dans mon jardin en quelque sorte. À l’arrivée des beaux jours, je prépare mon départ et je descends la valise du grenier. »

Mes parents disent que Joey Starr c’est pas un mec bien, qu’il cherche toujours des histoires et qu’il est violent. C’est pas toujours vrai, la preuve c’est qu’il chante « Pose ton gun », comme truc pas violent y'a pas mieux, non ? Un jour, Joe Starr il a dit que si son père gagnait au Loto il s’achèterait une grosse voiture avant de s’acheter une maison. Alors j’ai demandé à mon père ce qu’il s’achèterait en premier s’il avait tout d’un coup plein d’ sous. Il a dit sans hésiter « Je m’offre un quatre-quatre ». C’est pas une autre vraie preuve, ça ? Mais mes parents, ils n’en veulent pas de mes preuves.

Quand on part en vacances, faut bien réfléchir à ce qu’on emporte. Le trajet n’est pas bien long mais quand on est parti, on est parti. Pas question de faire demi-tour pour un tube de dentifrice ou une chemise de nuit. J’aime voyager léger, quelques affaires pour se changer, pas besoin de faire la coquette ! Et des chaussures, les chaussures c’est ce qui pèse le plus, alors là faut pas faire d’erreur. Sabots en caoutchouc, espadrilles, pantoufles et le tour est joué.

Joey Starr, il dit aussi qu’il est un combattant de l’ennui. L’ennui, j’connais que ça ici alors il pourrait pas me donner quelques petits trucs pour le combattre, des fois ? Quel trou ! MOR-MOI-RON, que ça s’appelle ! Tu parles d’un nom ! J’suis là depuis une semaine et j’ai vu personne de mon âge. «Tu peux pas partir en colo, qu’ils m’ont dit mes parents, faut qu’on garde les sous pour s’installer avant la rentrée scolaire mais t’as le soleil ». Le soleil, ils n’ont que ce mot à la bouche. Va jouer au soleil, va faire du vélo au soleil. Je hais le soleil ! Moi j’aurais préféré partir en colo à Saint-Jean-de-Monts avec les copains comme l’année dernière. y'a quoi les faire rigoler les copains : Joe Legras, dit Joey Starr, passe ses vacances à Mormoil’truc, au soleil !

Une fois la valise faite, je prépare un sac avec mes affaires de toilette, ma petite radio à piles, ma trousse de couture de voyage et le téléphone portable que mes petits-enfants m’ont offert à Noël « pour qu’on puisse te joindre dans ta caravane. Imagine qu’il t’arrive quelque chose... » Je ne vois vraiment pas ce qu’il pourrait m’arriver, mais bon, si cela les rassure !
Dans ma résidence d’été, c’est fou comme la vie est différente. Pas de rideaux aux fenêtres, je me réveille avec le jour, je lis, je jardine, je couds un peu, je rêve en écoutant le chant des oiseaux et le vent dans les arbres. Le soir je regarde le soleil se coucher derrière les troènes et, hop, au lit ! Le temps m’appartient, pas de visite à faire, pas de visiteur non plus. Je suis partie en vacances !

J’ai l’impression d’être chez les martiens. J’comprends rien à ce qu’ils racontent les gens d’ici. « Fais des efforts, c’est leur accent, qu’ils disent mes parents, tu t’y habitueras ». Nan, j’ai pas envie de m’y habituer, je veux repartir vivre à Bondy avec mes potes. Et je tourne et je tourne avec mon vélo. Trois tours en avant et trois tours en arrière devant chaque maison de la rue. Comme il y'a six maisons dans la rue, ça nous fait six que multiplie six... trente-six ! Ce calcul, ça compte comme un devoir de vacances, non ?

Bien sûr il faut bien que j’aille faire quelques courses au village. J’en profite pour acheter des cartes postales même si le choix est limité : le mont Ventoux sous la neige avec ciel gris et nuages, le mont tout vert avec fleurs et ciel bleu, le mont au lever du soleil et au coucher du soleil... Tiens, encore ce gamin qui tourne en rond avec son vélo !

La maison d’à côté c’est ma préférée. Le portail est toujours ouvert, les volets sont fermés et les fleurs sont un peu en fouillis dans le jardin. Hier j’ai lancé mon ballon exprès au milieu de la pelouse et j’ai repéré une caravane tout au fond et pas de voiture. C’est pour quoi faire la caravane si y'a pas de voiture ? Remarque, j’ai vu près de la caravane une vieille qui ressemble à Mamie Nova. J’ai fait des tours et des tours avec mon vélo, mine de rien, pour surveiller. Au bout d’un moment, Mamie Nova est partie avec un panier. D’où qu’elle venait puisque la maison est fermée ? Va falloir que je fasse un autre repérage, moi.

Quelle tristesse ce gamin qui tourne à vélo comme une toupie et qui joue tout seul au ballon. Il m’est plutôt sympathique avec sa bouille ronde et son short trop grand. Par contre j’aime moins sa casquette à l’envers. La casquette à l’envers, c’est une chose qui m’énerve. Une visière c’est fait pour protéger du soleil, non ? Je pense que c’est le fils des voisins. Je ne les ai pas encore vus mais je connais leurs voix. Impossible d’ignorer les « Jo, viens mettre la table. Jo, viens manger. Jo, viens faire tes devoirs » et le gamin qui répond «  Pas Jo, JoET, JoET comme JoET STARRRR ! » ou quelque chose comme ça. Je trouve que c’est curieux mais cela fait un peu d’animation dans le quartier.
Quelle chaleur malgré le vent ! C’est le moment d’étendre ma lessive, elle va sécher toute seule le temps de faire ma petite sieste.

On cuit dans ce patelin ! Et ma mère qui me saoule « Ne reste pas au soleil. Rentre, tu vas attraper une insolation » Nan, je reste où je suis, faudrait savoir ! Et puis j’ai de la distraction, je peux observer Mamie Nova pendant qu’elle tourne le dos pour suspendre son linge. J’aime bien ses cheveux blancs, ils sont nickel. Elle est plutôt grosse mais j’trouve ça bien. Une mamie il faut que ce soit un peu gros sinon c’est pas une vraie mamie. Waouh, vise-moi ces méga-soutifs ! Doit avoir des gros nénés ! Et ces culottes ! Malthouses !
Tiens, elle rentre dans la caravane ? C’est donc là qu’elle habite, dans la caravane ? C’est bizarre, non ? Va falloir que je continue mes repérages... Dix minutes que Mamie Nova est là-dedans. J’lui ferais bien une petite farce, moi.

Le petit voyou, il croit que je ne l’ai pas vu venir, à quatre pattes mettre des pierres dans mon linge ! Quel loustic ! J’ai bien envie de m’amuser un peu, moi aussi... Demain je lui écris une carte postale que j’irai déposer dans sa boite aux lettres. Quelque chose comme :

« Cher Jo,
Bon souvenir de ma caravane où je passe d’excellentes vacances.
Tout se passe pour le mieux. Je lis, je jardine et je couds un peu.
Il fait un temps magnifique mais, comme tu as pu le constater, il
y'a eu hier beaucoup de vent. Alors un grand merci pour avoir pris
soin de mon linge afin qu’il ne s’envole pas. Ici le mistral souffle si fort...
Emilienne Gravier »

36

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Krab

Elvyre Fregnac

Ça n'est pas pour me vanter, mais je viens de réaliser un véritable coup d’éclat. À soixante-quinze ans, je suis devenue sans conteste la vieille dame indigne de Moussy lès Limas. J’habite... [+]