Eloge du vide

il y a
1 min
654
lectures
43
Finaliste
Jury
Mon client voulait parler à ma place. Je l'en ai dissuadé. Je porte ainsi une lourde responsabilité. Comme toujours, me direz-vous. Certes. Mais mon client est un tribun, un politique, un meneur d'hommes. Jamais la voix d'un tel stentor n'a retentit dans Rome. Sa science du discours est telle que j'en suis béat. Je persiste néanmoins à être son avocat.

Pourquoi ? Comment le défendre ? En le faisant parler. Pas lui-même, bien sûr. Mais par ma voix. Car derrière une façade de ténor des travées, j'ai découvert un homme simple et sincère. S'il était capable de parler vrai, voici ce qu'il dirait : « Mon premier avocat était sous influence et dépassé par l’enjeu. J’ai exigé de mon parti qu’il m’en trouve un autre, plus subtil et plus fort ». Pardon, cher confrère, mais je me dois d’être fidèle à sa vision. Il continuerai ainsi : «  Il apprend à me connaître. Au fil des jours, il devient intime. Il sait que je n’ai personne d’autre à qui parler et en profite. Je m’ouvre à lui comme à un confesseur. Je me demande parfois s’il n’est pas tout simplement malsain, voyeur, observateur passionné et sans scrupule de la détresse humaine. Entre subtil et malin, la frontière est ténue. Je parle, il écoute. Je m’impatiente. Je veux entendre son opinion, ses conseils, pas seulement cette voix calme m’encourageant à me répandre. Un matin, il entre dans le parloir avec un sourire radieux. Comme d’habitude, je m’apprête à parler de ma petite enfance ou de ma première cuite, mais il m’arrête d’un geste. »

Oui, je l’arrête car il m’a convaincu. Ni l’accusateur ni l’accusé ne produisent de preuves. Alors comment décider, si ce n’est en sondant l’âme de l’homme ? J’y ai puisé des heures de récits, de sentiments et de convictions. L’ensemble tient debout, sans la moindre incohérence. Comment imaginer qu’affaibli, isolé, sans aucune aide, il m’abuse si longtemps ?

Il vous faut maintenant me croire, vous fier à moi et à mon jugement. Sinon, ce n’est pas un homme que vous condamnez, mais mon honneur et mon serment.

43
43

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tanchon
Tanchon · il y a
Le style est atypique et me plait beaucoup. De plus en quelques mots on se trouve totalement transporté dans l'histoire et on a envie que sa continue, de savoir la suite ...