6
min

Drôle d’endroit (retravaillé)

Image de Manouca

Manouca

6 lectures

0

1

Le 13 septembre 2016, dans le centre de Londres.

- Mais puisque je vous dis que si!
- Je vous assure, Monsieur, il n'y a jamais eu de publicité pour Dr Pepper sur Picadilly Circus. Une grosse pub Mc Do, oui, mais pas Dr Pepper.
- Mais enfin, je ne suis pas fou...
Si je dois me fier au regard de la vieille anglaise, si, je le suis, sans aucun doute...

Depuis que je suis gosse, je viens sur cette place. J'ai toujours adoré la forme des pubs géantes sur Picadilly. TDK, Sanyo....Je ne voyais pas la pub pour KFC non plus d'ailleurs.
Mais Dr Pepper, quand même!!! C'était la plus grande et la plus belle, tout en haut. Le rouge métallique de Dr Pepper resplendissait jusque sur la courbure et se réverbérait sur la place, lui donnant un air un peu surnaturel. À chaque fois, je la vois, cette pub.

Soudain, l’information me revient. J'ai fait des selfies sur la place!

Je sors mon téléphone. Je vais lui montrer à la vieille anglaise.

Pas de réseau! Bizarre...
Je n'ai jamais vu de pub pour Mc Do ici. Pourquoi la vieille anglaise me soutient le contraire? Je regarde machinalement mon portable, mais toujours rien.

- Et si je peux me permettre, monsieur, j'habite Eagle Place, vers la gauche. Je passe très souvent par ici, et je peux vous certifier qu'il n'y a jamais eu de publicité pour Dr Pepper. Absolument jamais!
Pas très grande et sentant le patchouli à plein nez, la vieille anglaise me regarde avec insistance à travers ses larges lunettes. Visiblement gênée pour moi, elle hausse un peu les sourcils et fait demi-tour. En bonne anglaise, elle ne m'enverra pas me faire voir, mais n'en pense pas moins.

Je suis perdu.

- Merci quand même, madame, dis-je en marmonnant.
- De rien, monsieur, me dit elle en se retournant, souriante.
- Et que dieu sauve le roi!, dis-je en rigolant un peu. Oui, j'aime bien me moquer des vieilles anglaises, toutes amoureuses folles du roi. Je n'en suis pas fier, mais je le fais souvent.
La vieille me regarde, l'air interloqué.
Le roi? Quel roi?
2

Pourquoi j'ai mal à la tête comme ça? C'est dingue, quand même. N'en pouvant plus, je décide de me diriger vers une pharmacie. De nouveaux magasins ont ouvert, d'autres ont fermé. Comment Londres a pu changer comme ça en si peu de temps?
Et comment ça quel roi? Mais le roi Henry IX bien sûr. William n'avait finalement pas accepté de s'appeler William V, vu les morts violentes qu'avaient rencontrés trois de ses quatre prédécesseurs rois portant ce nom Il avait finalement opté pour Henry, tout en espérant avoir une relation avec les femmes différente de celle du Henry précédent.

- Bonjour madame, auriez-vous du Zerinoc, s'il vous plaît?
- Du quoi?, me répondit la pharmacienne, les yeux écarquillés.
Elle n'est pourtant pas toute jeune, me dis-je en moi-même, comment peut-elle ne pas connaître le Zerinoc? Mais qu'est ce qui se passe aujourd'hui, merde?
- Euuuh, j'ai une très forte migraine, que me conseilleriez-vous?, répondis-je, un peu perdu.
- Advil, un comprimé avec de l'eau, à recommencer dans huit heures si les symptômes persistent. Un problème, monsieur?
Maintenant c'est moi qui suis interloqué. Les yeux grands ouverts, je ne peux que faire non de la tête, bégayer un merci, payer, et me diriger vers la sortie non sans avoir bousculé un homme qui me regardait avec insistance. De l'Advil? Mais comment est-ce possible? L'Advil a été interdit il y a cinq ans, juste après le scandale sanitaire de Paris.

Et soudain, je comprends.

Le mal à la tête s'accentue, une sensation de danger m'envahit, je n'arrive pas à fixer mon attention, les stimuli ambiants sont exagérés...Oui, c'est une crise de panique qui m'envahit. Mais attends un peu, il me faut en être sûr. Ça n'est pas possible.

J'interpelle la première personne que je vois dans la rue.
- Pardon monsieur, j'ai une question qui pourra vous paraître bizarre, mais qui est sur le trône d'Angleterre en ce moment?
L'homme tourne un peu la tête sur le côté, un sourire narquois se dessine sur son visage, mais il me répond quand même.
- Mais...la reine Elizabeth II. Pensant que lui fais une blague, il part sans demander son reste. Je reste lá sans bouger, les yeux dans le vide, éberlué. Tout fait sens maintenant. La pub, le roi, l'Advil...

J'ai voyagé dans le passé.

3

Mais comment ai-je pu voyager dans le passé? Je n'ai pas construit de machine temporelle, je ne suis pas rentré dans une machine non plus. En tant qu'ingénieur, je sais que les trous de ver sont la seule possibilité. Ils permettraient théoriquement de voyager d'où on est à un autre point temporel dans le passé ou le futur, mais certainement pas à un point temporel ou les trous de ver n'ont même pas encore été créés.

C'est pourtant la seule chose qui explique l'Advil et les magasins qui ont tellement changé. Mais au fait, quel jour et en quelle année sommes-nous? Il faut que je me connecte à Internet.

Puis je me fige. Impossible de bouger...Je me souviens de la vieille que j'ai croisé tout à l'heure et de le pub pour Dr Pepper. La vieille anglaise m'a bien dit qu'il n'y avait jamais eu de pub pour Dr Pepper sur Picadilly.

JAMAIS!!!

Mais je l'ai vu cette putain de pub, tous les jours depuis que je suis né ou quasiment. Donc je n'ai pas pu revenir vers le passé. Et Elizabeth II qui est reine! Mais elle est morte il y a trois ans.
Mais alors si je ne suis pas dans le passé, où je suis, putain?
Et ce mal â la tête qui ne s'arrête pas.
Assez de questions, agis!
Ayant remonté Regent Street, je suis la courbure de la rue et me dirige vers la station de métro Oxford Circus. Mais qui sont ces mecs qui donnent des journaux gratuits à tout le monde? Je ne savais pas que les journaux faisaient une opération séduction. Ça n'était jamais arrivé avant. Je déçidais de suivre la masse et réclamer mon journal gratuit. Au moins, je vais savoir quand je suis.

Grosse photo en une avec Obama. Mais c'est quoi, Ground Zéro? Il y célèbre quoi, le vice président? Bon, une chose à la fois. La date.......???

On est le 13 septembre 2016.

On est avant-hier..

C'est quoi 9/11?





4

Ce que vous me dites est impossible. Purement impossible.

Décidément, les choses allaient de mal en pis. Je n'avais pas vu les agents spéciaux, mais eux m'avaient suivi depuis...depuis quand exactement.?Depuis combien de temps j'étais dans ce Londres?

- Franchement , je vous comprends. On n'annonce pas ce genre de choses à tout le monde tous les jours. Bon, on reprend.
- Encore?
L'agent ne semblait pas vouloir parlementer. De guerre lasse et sentant toujours ma tête sur le point d'exploser, je décidais de jouer le jeu.
- Je m'appelle Steven Cartwright, j'ai 37 ans et je suis ingénieur. Je suis né à New York où j'ai toujours vécu...

Puis d'un coup, je me suis souvenu de la une du journal.
- C'est quoi Ground Zero?
Les deux agents se regardent, incrédules. C'était la preuve dont ils avaient besoin. L'un d'entre eux fait un signe de tête à l'autre qui sort de suite. Le deuxième s'asseoit en face de moi, remonte ses manches et se passe les mains sur le visage.
- Je vais vous poser quelques questions. Répondez honnêtement. En quelle année sommes nous?
-"2017. "
- Qui est président des États-Unis?
- Hillary Clinton.
- Qui est sur le trône d'Angleterre?
- Henry IX, qui a pris le trône le 9 décembre 2014 après la mort de sa grand mère la reine Elizabeth II.

Silence.

L'agent me tend alors la une du journal que je n'avais même pas eu le temps de lire. Cette une disait que le Président Obama venait célébrer à Ground Zero les 15 ans du plus grand acte terroriste qu'avait subi les USA.

Tout mon corps tremblait et j'avais des sueurs froides. Les agents avaient raison, et j’avais tout compris.

Je n'avais pas voyagé dans le temps.

J'étais dans un monde parallèle.


5

Un scientifique entra dans la pièce. Grand, chauve et mince à lunettes. Le stéréotype. Il ouvre un attaché case, en sort une pilule, me la tend avec un sourire affable et me demande de l'avaler.
- Il paraît que vous avez une grosse céphalée. Ceci est bien meilleur pour le mal de tête que l'Advil. Ne vous inquiétez pas, nous allons vous aider, M Cartwright.

Voyant que j'hésitais, il la pose en face de moi et s'exclame, dans un grand sourire:
- Je ne veux pas vous tuer, je suis très content que vous alliez bien et je suis très curieux. J'ai énormément de questions à vous poser. Mais autant le faire sans que vous ayez mal à la tête, non?

Je repousse sa main, déclinant l’offre. Il me prend pour un imbécile ou quoi?

Tout en gardant son sourire, il se retourne vers l'agent en croisant les bras.
- C'est le dixième cette année, et le trentième en tout. Il en arrive de plus en plus. On ne pourra pas toujours faire face. Il faut que Daniels réussisse.
Les deux hommes se tournent vers moi et me regarde avec circonspection. Mes yeux sont lourds et je sens que je commence à m'endormir. Je n'arrive plus bouger, tout mon corps se paralyse rapidement, et en tombant de tout mon poids par terre, j'entends l'agent dire:
-" Ne résistez pas, M Cartwright, et ne vous inquiétez pas, tout ira bien quand vous vous réveillerez.....à part le mal de tête. Pourquoi avoir refusé la pilule?”



En déambulant le long de Coventry Street, j’arrive à la place Piccadilly et me demande pourquoi j'ai autant mal à la tête. En descendant les escaliers du métro, je lève machinalement la tête vers les pubs immenses qui inondent en cette soirée d'automne la place de lumière. Je vois une énorme pub lumineuse pour Mc Do tout en haut de l’immense panneau. Je fronce un peu les sourcils, incrédule, mais ne sachant pas pourquoi.

Pourquoi ai-je l’impression de ne pas être au bon endroit?

J’ai soif, je prendrais bien un Dr Pepper.

Thèmes

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,