24 lectures

1

Tous les ans depuis qu'il était en âge de s'en souvenir, Natt était toujours allé dans cette colonie de vacances d'été, une colo dans les montagnes où le ciel ne connaissait aucun nuage et d'où l'on pouvait observer les étoiles sans aucune pollution lumineuse.
Par cette nuit d'été, tiède et sans nuage, Natt passa le mur d'enceinte de la colonie pour aller rejoindre son observatoire. Il ne pouvait pas s'en empêcher surtout qu'il s'agissait d'une des nuits les plus remplies d'étoiles filantes. Natt atterrit dans la terre molle et plongea dans la forêt sans la moindre hésitation. Il longea ensuite le torrent qui serpentait entre les arbres jusqu'à une petite clairière que seul Natt semblait connaître. En effet, depuis le temps qu'il y venait, il n'avait jamais croisé la moindre personne. Comme à son habitude il s'allongea sur un gros rocher en forme de chaise longue et y observa les étoiles tomber vers la terre.
L'une d'entre elle eut un comportement étrange. Elle sembla débouler droit sur lui pour finalement rectifier sa trajectoire, remonter vers la cime des arbres et disparaître en plein vol. C'était pratiquement surréaliste. Un objet qui fond sur vous avant de s'évaporer. Natt ne s'en était pratiquement pas rendu compte, elle n'était qu'une de plus parmi toutes les autres. Cinq à dix minutes plus tard pourtant, un événement qu'il ne pouvait pas manquer, ni anticiper survenait...
Cet événement se manifesta par des bruits dans les buissons. Natt ne bougea pas d'un pouce. Du haut de ses seize ans, il pensait déjà qu'un loup allait surgir et le dévorer. Il savait que toutes les fois où il était sorti il n'avait jamais croisé d'animal plus gros qu'un lapin, pourtant, son imaginaire construisait les théories les plus folles autour de ces bruits.
Le corps de Natt s'était totalement figé de peur, seul sa tête pivota vers les buissons d'où provenaient les craquements. Toutes les branches se mouvaient sans le moindre vent. Le cœur de Natt était au bord de l'explosion, des sueurs coulaient le long de son dos, sa respiration manquait ; Natt paniquait totalement, il était sur le point de pleurer. Il savait que si la chose qui sortait des sous bois était hostile il ne pourrait pas fuir. Le seul chemin passait par cette forêt, de l'autre côté, il n'y avait qu'une falaise avec un précipice d'une centaine de mètres.
Quand la créature surgit en dehors des bois et apparut dans la clairière elle se déplaça lentement vers Natt. Il eut le temps de l'observer et de s'émerveiller. Il n'avait jamais vu de fille aussi belle. Son cœur ne décéléra pas en la voyant, ses sueurs ne cessèrent pas de couler et sa respiration ne reprit pas non plus son rythme.
Cette jeune fille sortit des sous bois sans une égratignure ni aucune feuille dans les cheveux. Sa peau était restée lisse et d'un blanc aussi pâle que la lune, ce qui dans la nuit, lui donnait l'impression de luire. Ses cheveux bleutée semblaient scintiller. On pouvait les comparer au ciel étoilé qui les abritait. Elle portait pour seul vêtement une robe bleue et violette. Natt la scrutait de long en large pendant qu'elle avançait vers lui d'une façon irréelle. Cette fille semblait voler. Plus elle s’approchait, plus il pouvait distinguer les traits de son visage et notamment ses yeux. Il les vit et s'y laissa happer. Des yeux noirs, aussi profonds et infinis que l'univers lui même. Il avait le vertige rien qu'à la regarder mais ne pouvait détacher son regard du sien. Il se sentait comme un papillon attiré par une flamme.
- Bon.. bonsoir !
Les mots un peu hésitants de cette inconnue le ramenèrent sur Terre. Il avala sa salive avant de formuler une réponse :
- Bonsoir ! Vous êtes éblouissante. Pardon, non, je voulais dire.. enfin si, vous êtes belle mais... non il n'y a pas de mais d'ailleurs... enfin. Il souffla comme pour re-synchroniser sa bouche et son cerveau. Belle soirée n'est-ce pas ?
L'inconnue sourit :
- Oui, magnifique. Vous êtes seul ici ?
Natt ne saisit pas la question mais tâcha d'y répondre au mieux :
- Nous sommes seul à moins qu'il y ait d'autres personnes cachées dans les bois.
- Vous êtes drôle. Je peux m'asseoir avec vous ?
- Bien sûr ! Natt se déplaça pour lui laisser un bout de rocher.
Certes il y avait assez de place pour deux personnes mais ces dernières étaient obligées de partager une certaine promiscuité pour ne pas tomber. Natt put voir ses jambes quand elle s'allongea prêt de lui. Les jambes de cette fille étaient légèrement plus grande que celle du jeune homme. Elle avait de longues jambes toute aussi lisses et blanches que le reste de sa peau, de longues jambes nues avec au bout des pieds tout aussi nus. Des pieds dont seul le bout des orteils était recouverts de boue, cette terre constituait la seule trace de saleté sur elle. Natt se demanda d'où cette fille pouvait venir :
- Tu habites dans le coin ?
- Plus ou moins disons que pour venir j'ai fait de la route et que ensuite j'ai fini à pied.
Cette phrase mystérieuse fut la dernière réponse que Natt eu sur la vie personnelle de cette fille.
Ils passèrent encore deux ou trois heures à discuter d'étoiles et de constellations avant que Natt parte en courant pour rejoindre son lit dans la colonie d'où il avait fugué.

Quelques années plus tard, vers ses vingt ans, il revint avec un télescope. Il passa un long moment à observer le ciel jusqu'à ce que sa lunette se pose sur les pléiades. Là, de nouveau, une étoile filante semblait en sortir et lui foncer dessus avant de s’éteindre dans le ciel. Il ferma les yeux et fit un vœux. Quand il les rouvrit il fut surprit de voir que son vœux s'était réalisé. La fille qu'il avait rencontré il y a quelques années était revenue. Elle était debout à côté de lui et n'avait pas grandit depuis la dernière fois qu'il l'avait vu. Par contre, lui avait rattrapé son retard et était désormais plus grand que son amie. Natt, sans rien dire, s'écarta et lui laissa une place. Elle s'assit.
- Qu'est-ce que cet instrument ?
- C'est un télescope, un instrument pour observer les étoiles.
- Comment il fonctionne ?
- Hé ! bien, il suffit de le poser sur son œil et d'observer.
- Wouhaha ! On voit pratiquement les cratères de la lune.... wouha et là il y a Cassiopée, et les gémeaux...
Natt s'allongea sur la pierre et regarda les étoiles et constellations se faire énumérer par son inconnue. Jusqu'à ce qu'elle se mette à éclater de rire. D'un demi-sommeil il lui demanda :
- Qu'est-ce qui te fait rire ?
- Je viens de voir une planète où les habitants sont tous des êtres avec d'énormes yeux. Je me suis alors imaginée à quoi pourrait ressembler leur télescope.
Natt n'arrivait pas à savoir s’il s'agissait d'une blague ou d'une vérité. Il sourit et sombra dans les bras de Morphée. À son réveil la belle était partie et l'aurore était proche.

Il revint cinq années après avec un stock de café. Il espérait la revoir mais il ne savait pas si elle allait venir. Il attendit beaucoup plus longtemps que les autres fois. Il scrutait le ciel et les étoiles filantes avec son télescope quand il en vit enfin une lui fondre dessus. Les bruits de craquement, puis elle sortit.
- Bonsoir !
- Bonsoir !
Natt la regarda elle n'avait pas changé depuis ses dix années, toujours aussi fraîche. Lui commençait à subir les usures du temps, au coin des yeux notamment. Elle s'assit à côté de lui. Elle observa les étoiles et écouta Natt parler des théories sur l'univers en expansion. Il n'y eut pas de transitions ni coupures entre le nom des nouvelles étoiles découvertes et sa question :
- Quel est ton nom ? Depuis tout ce temps je me rends compte que je ne t'ai toujours pas posé la question.
Elle se tourna vers lui.
- Sais-tu que donner son prénom à une personne signifie beaucoup de là où je viens?
- Natt je m'appelle Natt, cela signifie, nuit en norvégien.
Elle hésita quelques instants. Puis elle donna son nom
- Estrella.
Sur ses mots elle lui tendit la main. Natt la prit et la secoua.
- Content de te connaître. Ton nom signifie étoile en espagnol et le mien nuit, je trouve cela très original vu notre passion.
Elle éclata de nouveau de rire.
- De là où je viens, donner son nom signifie que nous avons confiance l'un en l'autre c'est le cas ?
- Je ne sais pas d'où tu viens mais oui une personne qui aime les étoiles ne peux pas être méchante. Sauf si elle les aime au point de les collectionner et de vouloir toutes les posséder.
Estrella ne saisit pas la référence au Petit Prince et continua de sourire.
- D'où viens-tu Estrella ?
- D'un endroit assez éloigné et assez proche en même temps.
- Je voudrais que l'on se voit plus souvent et qu'on aille prendre un verre à l'occasion et que l'on apprenne à mieux se connaître.
Non.
- Tu ne veux pas que l'on se connaisse mieux ?
- Si mais... tu ne pourrais pas comprendre où je vis et surtout.... ho non pas déjà !
Elle montra l'horizon qui s’éclaircissait. Le soleil se levait.
- Oui c'est le soleil qui se lève qu'est-ce qu'il y a ?
- Je ne pourrai plus rentrer chez moi s’il fait jour.
Sans plus d'explication elle déposa un baiser sur la joue de Natt et elle partit en courant pieds nus dans la forêt. Natt essaya de la suivre mais ni parvint pas. Elle disparut juste avant que l'aurore ne se prononce. Le ciel était littéralement coupé en deux, il y avait en haut les étoiles et la lune qui essayaient de rester présentes plus longtemps et en-dessous, le soleil qui perçait. Il poussait le ciel noir pour faire place au bleu clair de la journée et un léger brouillard matinal. Natt se retrouva seul devant ce paysage.

Dix années plus tard Natt revint. Une fois de plus, une étoile filante partant des pléiades passa au dessus de sa tête. Les bruits secouèrent les branches, mais il ne le remarqua pas. Estrella, l'observait depuis les bois, elle allait pour rejoindre Natt, toujours assis sur sa pierre. Elle posa un pied dans la clairière avant de se raviser en entendant crier. Deux ombres lui sautèrent dessus. Puis une voie les appela.
- Castor, Pollux calmez vous, il y a une falaise, c'est dangereux par ici.
- Diane, laisse les un peu jouer ils ne vont pas sauter dans le vide non plus.
Diane, la fille qui accompagnait Natt ce soir là, vint s'asseoir auprès de lui, ayant chacun un enfant sur les genoux, ils regardèrent le ciel sans faire attention à Estrella. Puis des rires suivirent.
Estrella, sans s’en rendre compte laissa ses larmes couler. Elle partit en courant dans les bois elle courut en pleurant à grosses larmes. Comme si le ciel comprenait cette trahison il se mit aussi à pleurer. Estrella s'enfuit dans une pluie d'étoiles filantes. Elle s'enfuit et laissa cette famille derrière elle.
Natt en voyant toutes ces étoiles se retourna vers la foret mais personne ne sortit cette nuit là...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Philippe Sophie
Philippe Sophie · il y a
Si on peut avoir une phrase préférée : "Un objet qui fond sur vous avant de s'évaporer." J'adore !
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

L'impact des gouttes sur le métal de la voiture avait d'abord résonné comme si un train leur passait dessus. Maintenant la pluie se calmait, et les nuages se dispersaient au fur et à mesure que la...

Du même thème