3
min

De la chute des reins (2)

Image de Fionavanessa

Fionavanessa

24 lectures

3

« Monsieur Coursejacq, vous prendrez bien un chocolat avec le café ? »

« Dahlia ! merci, vous êtes une perle. »

Monsieur Coursejacq forçait le respect, pensait Dahlia. Des chemises impeccables. une aisance de parole, le sourire et le regard communicateurs. Il s'était hissé au rang de patron depuis huit ou neuf ans déjà, il vivait dans le Triangle d'Or, le centreville de Bordeaux. Le nec plus ultra de la vie, il l'avait.

Autrefois, elle pensait que Gérald était de ceux-là. Elle s'était trompée. Peut-être pas. Il portait les mêmes chemises que son patron. Mais il ne semblait pas faire grand cas de son ambition à elle. Il était si souvent ailleurs. Elle se rendait bien compte qu'elle ne savait plus à quoi il rêvait. Plus jeune, elle avait pris ses rêves pour les siens. Maintenant, il lui était devenu opaque.

Chaque matin aux abords de la rocade, Dahlia au volant de sa voiture pensait à Monsieur Coursejacq. Il était venu plus d'une fois chez eux. Jamais un mot déplacé. Mais elle avait eu honte qu'il voie sa vie, plus étroite que la sienne. Quand elle passait la Garonne, elle pensait à lui. Un autre monde. Le Nouveau Monde. L'El Dorado. Vivre dans le Triangle d'Or de Bordeaux, avoir le travail et la vie qui va avec, voilà à quoi songeait Dahlia. Et désormais ce rêve se teintait d'éclaboussures troubles sur les bords, révélait par à - coups des relents aigre-doux.

Cela faisait quelques mois déjà que Blanche ne dormait plus. Son divorce, son travail de boulangerie, les études de ses enfants lui avaient déjà laminé le sommeil. Puis elle avait lâché prise, Dieu seul sait comment, et lui était arrivé Gérald, comme un cadeau inespéré. Elle avait tout d'abord dormi du sommeil des justes, dans ses bras, dans ses songes, apaisée de cette rencontre. Elle s'était découvert des ailes et les clients fidèles et même curieux de ses innovations boulangères l'avaient poussée dans ce sens, Gérald le premier. Dahlia ne venait jamais à la boulangerie. Elles ne s'étaient jamais vues. Gérald et elle avaient conscience d'être seulement deux à savoir qu'il y en avait trois. Ils n'en parlaient pas.

La vérité, c'est qu'elle prenait peur. Il avait mis son univers en pagaille. Elle se rendait bien compte que la vie ne se réduisait pas toujours à l'instantané bonheur de croquer dans un millefeuilles aux framboises. Ou peut-être que si, justement. Les certitudes de Dahlia avaient fui, prenant le même chemin que son mariage défait, que son sommeil en peau de chagrin. Elle se rappelait chaque jour, ne pas chercher midi à quatorze heures, apprendre à faire simplement ce qu'il y avait à faire devant elle. C'est ainsi que le monde s'ouvrait à elle, que les réponses lui arrivaient bribe par bribe. Elle avait décidé de ne pas poser de questions. Mais son cœur la tannait. Elle avait si peur qu'il ne revînt pas. De mordre la poussière encore une fois. D'être à nouveau la quantité négligeable qu'on laisse choir comme une vieille chaussette. Elle se moquait d'elle-même et se disait qu'on verrait bien après tout. Elle gardait le silence. Le seul indice qu'il eût pu trouver de son agitation intérieure, c'étaient les cernes qui se creusaient sous ses yeux. Le reflet de toutes ses questions tues. Et parfois, ses propos incohérents et inquiets quand il devait rentrer chez lui et la laisser à son fournil.

Lui, quand il n'était pas avec elle, travaillait, quasiment du lever jusqu'au coucher. Excellait dans son quotidien. Se rendait disponible pour ses enfants. S'assurait qu'ils apprenaient leurs leçons. Mouchait le voisin pour un problème de poubelles sorties ou rentrées, de crottes de chiens sur le trottoir. Passait faire remplacer les pneus de la voiture familiale. Devenait expert en repassage de chemises et de polos. Il ne restait au soir qu'un soupçon de lui-même pour ranger le lave-vaisselle, terminer un courrier pour le lendemain, traîner un peu devant la télévision pour parvenir à décompresser et trouver le sommeil.

Les faux-pas vis-à-vis de son patron, plutôt soupe au lait, l'ennui au bureau, le fossé qui se creusait avec les autres, qui le désappointaient, son cerveau en ébullition, le manque d'occasions pour pouvoir essayer ses idées d'amélioration du travail de l'entreprise, le cul-de-sac que le patron représentait pour Gérald, les efforts pour dissimuler l' intimité de ses pensées à Dahlia, et pour sortir des guet-apens de frustration qu'elle lui tendait, au moyen d'une phrase insidieuse comme la villa à Arcachon des Lebrac, qui dès le mois de mars y passaient quelques weekend à aérer, tondre, repeindre le portail et les volets.

Enfin sous les draps, ses yeux se fermaient déjà qu'il se rêvait dans les bras de Blanche, qui effaçait tout, lui remettait les pendules à l'heure. Blanche dont il était le héros. Blanche qu'il abreuvait de musique et de caresses. Blanche et ses pains briochés. Blanche tout sourire. Blanche dont il voulait tout connaître. Il savait bien le peu de liberté qu'il avait à lui offrir, mais elle n'en parlait pas. Parfois ses doigts se crispaient sur son bras quand il s'apprêtait à repasser la porte de chez elle, bientôt desserrés pour revenir lui porter un paquet de choux à la crème. Ils s'aimaient, et c'était aussi simple que cela.

Pourtant, cet après-midi-là, il ne l'avait pas trouvée chez elle. Pas de Blanche en pleine sieste. Pas de mot sur la commode de l'entrée à son intention. Y avait-il eu un problème avec l'un de ses enfants ? Son portable était sur messagerie. Un filet sourd et froid se faufilait vers son ventre. Pas de bonne augure.

Il avait tué le temps sur les pavés de Bordeaux, à admirer la maquette de la ville sculptée dans le bronze, il avait flâné dans le vestibule du Grand Théâtre, il avait fait l'acquisition de cannelés délicieux qui ne lui rappelaient que trop son amoureuse, enfin il s'était assis sur un banc près du Miroir d'eau jusqu'au crépuscule, où l'air frais l'avait aidé à prendre le tramway qui le rapprocherait du Bouscat.
3

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
on plane avec ce trio de losers magnifiques votre univers est d'une réalité bluffante on suit cette tranche de vie avec bonheur et quand la fin arrive on a qu'une envie c'est de savoir la suite!
·
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Quelle belle atmosphère bordelaise mais Coursejacq, ça ne s'écrirait pas plutôt Coursejac ? J'en ai le Tourny.
·
Image de Fionavanessa
Fionavanessa · il y a
Donzacq, Gaugacq, il y a les lieux-dits et noms en -ac à foison, et aussi certains en cq, cela coexiste dans le Sud-ouest. Et oui, le Tourny !
·
Image de Dizac
Dizac · il y a
Toujours plus de suspense!! Comment Gerald va t il gérer? Logiquement le moment du choix se précise. ...
·
Image de Fionavanessa
Fionavanessa · il y a
oui...
·
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
L'infidélité, la culpabilité (?) qui transforme un conjoint en stakhanoviste ! Qui le pousse à faire remplacer les pneus de la voiture familiale et à devenir expert en repassage de chemises et de polos !... Une recette à retenir...
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème