Comme une plume au vent

il y a
7 min
50
lectures
8

J'ai attendu des années avant d'ouvrir cette boîte de Pandore d'où ne cessent de s'échapper mes histoires qui ne sont que la transfiguration de petits souvenirs épars. Que me restera-t-il après  [+]

Tout le monde s’entendait pour dire que Marie Janssens étaient encore bien pour ses quatre-vingt-cinq ans. Il est vrai qu’elle avait encore beaucoup d’énergie et surtout beaucoup de courage et de force de caractère pour son âge, jusqu’au jour où elle rata bêtement une marche et se cassa la jambe. Le séjour à l’hôpital fut long, douloureux et déprimant pour la vieille dame.
                                                                                                   
                                                                                             ***

Je déteste cet endroit. Les odeurs me rendent malade. Ils s’étonnent que je ne mange rien. L’air tiède et vicié m’empêche de respirer. Et cette douleur insupportable ! Je me sens prisonnière, impuissante. Si seulement... Si seulement quoi ? Je rêve d’une île, de vent, de liberté. Les enfants vont arriver. Je dois retrouver ce sourire qu’ils connaissent. Surtout ne pas les inquiéter. Qu’ils repartent en paix, rassurés. Une vieille dame comme moi ne doit pas contrarier la vie de ceux qui ont encore tant à accomplir, tant de plaisirs à attendre. Je ne veux pas leur laisser de chagrin ni de tristesse. Souris, souris, te dis-je ! Oublie que tu as appelé l’infirmière trois fois et qu’elle n’est pas venue ! Oublie ce sentiment d’abandon ! Pense à la mer, au grand large, à l’air pur...

                                                                                              ***

Antoine et Stéphanie Janssens connaissaient bien leur mère. Ils savaient qu’elle ne se plaindrait pas mais ils lurent la souffrance et la détresse sur son visage éclairé d’un pâle sourire. Quand elle alla un peu mieux, ils lui demandèrent où elle aimerait aller à sa sortie pour se remettre et prendre des forces. Habitués à l’esprit d’indépendance de la vieille femme, ils exclurent les centres de convalescence et de rééducation pour personnes âgées. Comme l’été était proche, ils lui proposèrent une petite maison à proximité de chez eux vers le Nez de Jobourg. Elle verrait la mer de loin et ils passeraient tous les trois jours pour voir si tout allait bien et si elle ne manquait de rien. Marie fut charmée par tant d’attentions venant de ses enfants.

                                                                                             ***

Je sais que tout cela est très risqué. Vivre seule ici. Mais qu’importe ! Qui sait combien de temps il me reste ? Je me débrouillerai. Je suis prête à tout accepter plutôt que la dépendance, les règles imposées par d’autres qui ne savent rien de moi, qui ne me comprennent pas et ne me comprendraient pas davantage si je leur racontais tout ce que j’ai vécu.

                                                                                                ***

Dès son arrivée le premier soir, Marie fit quelques pas hésitants autour de la maison en respirant à pleins poumons. Elle ne s’était pas sentie aussi bien depuis des mois ! Elle se coucha tôt pleine de rêves que lui susurrait le vent.

                                                                                                 ***

Chante, le vent ! Chante ! Tes paroles sont douces. Elles font surgir de merveilleux tableaux enfouis dans ma mémoire. Je vois des draps qui claquent au vent par un beau jour de mai au milieu des arbres en fleurs. Ils s’enroulent sur eux-mêmes et deviennent des voiles de bateau, puis ils se colorent et deviennent des cerfs- volants qui montent dans le ciel bleu. Je sens leur force au bout du fil qui les retient. Ils montent si haut que je les vois à peine, éblouie par le soleil.

                                                                                                ***

Marie s’endormit paisiblement ce soir-là, enivrée par le bruit du vent et de doux souvenirs d’enfance. Mais le lendemain le vent s’accentua. Quand elle voulut sortir, elle eut du mal à repousser la porte. Des rafales faillirent la renverser. Elle prit froid et toussa toute la soirée.

                                                                                                 ***

Oh ! Ce poids sur ma poitrine et cette pression sur mes tempes, je les connais. Je les vaincrai. Je suis sur les pentes du Chimborazo et je vais atteindre les aiguilles Whymper. Trois mille cinq cents mètres ! Pensez-donc ! Vous voudriez que je respire normalement avec si peu d’oxygène ! Le vent redouble de force et devient glacial. Je dois me courber jusqu’à ramper sur le sol, épouser la pente, m’ancrer dans les cailloux pour continuer à monter, monter, bravant le vent, ce n’est que de l’air en mouvement, il ne peut me détruire, il ne me fait pas peur.

                                                                                                    ***

Elle respira mal pendant cette deuxième nuit dans la petite maison bien close qui devait lui apporter paix et tranquillité. Le vent hurlait, agitant son esprit, éveillant tous ses instincts combatifs, toute sa rage de vaincre, tout son désir de résister aux forces qui voulaient l’anéantir. Mais au petit matin, ces sentiments firent place à l’angoisse.

                                                                                                    ***

Le jour se lève et Antoine n’est toujours pas rentré. Il est trop jeune pour passer toute une nuit dehors. Qui sait avec qui il traîne ? A-t-il fumé, a-t-il bu ? Sera-t-il capable de rentrer en moto ? Mon Dieu, faites qu’il rentre ! Je vous en supplie ! Je ne dois pas pleurer, je ne dois pas lui montrer mon inquiétude. Il déteste quand je m’inquiète, je dois lui faire confiance, je ne dois pas l’empêcher de devenir un homme. Il est encore si jeune, si fragile, si vulnérable. J’aimerais tant continuer à le protéger !

                                                                                                     ***

La troisième journée fut difficile pour Marie. Le poids sur sa poitrine était devenu plus oppressant. Mais le vent tomba un peu et elle put rester assise sur le banc devant la maison en regardant la mer au loin et les nuages qui défilaient dans le ciel tourmenté. La nuit qui suivit fut étrange et troublante. Les volets grinçaient doucement, des branchages venaient cogner contre le toit. Ce fut une nuit de plaintes, de craquements et de gémissements. Elle se réconforta en pensant à ses enfants qui allaient bientôt venir la voir.

                                                                                                     ***

C’est la fin de la saison. Tout le monde est parti. Les magasins et les cafés sont fermés et je reste là, seule sur la plage. Les voiliers sont amarrés, ils ne naviguent plus. J’entends leurs gréements claquer de façon triste et monotone comme des fantômes qui agitent désespérément leurs chaînes. Les drapeaux le long de la promenade sont en berne. Sur le fronton du casino, une affiche aux couleurs criardes flotte au vent, se décollant lentement. Le spectacle est fini. Le rideau est tombé. Les jeux sont faits. Je me sens lasse, seule et abandonnée. Pourvu qu’ils viennent vite ! Je dois être prête, ils voudront la liste de commissions. Que me faut-il ? Oh ! Comme j’ai du mal à me concentrer sur ces futilités, tant d’autres pensées me traversent l’esprit.

                                                                                                     ***

Quand les enfants de madame Janssens arrivèrent, il était trop tard. Le vent s’engouffra dans la pièce quand ils ouvrirent la porte et fit voler les feuilles éparpillées sur la table. Sur l’une d’elles, ils purent lire :
« Comme une plume au vent »
Le reste était difficilement lisible. C’est ainsi que partit leur mère, soulagée du poids de sa vieillesse.

                                                                                                      ***

                                                                                 Comme une plume au vent
                                                                                 Je voudrais partir légère
                                                                                 Pour rejoindre les draps blancs et les cerfs-volants
                                                                                 Le cœur tranquille
                                                                                 Loin des tourments de la vie
                                                                                 Des désirs et des regrets.

                                                                                 M.J.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 8 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
Votre texte est très émouvant, il ne manque pas d'émotion ni de poésie, se déguste comme un cake gourmet en petites tranches savoureuses qui fondent dans la bouche.
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Oui, de petites tranches, c'est un peu cela. La tranche que l'on voit et celle du dessous pleine des saveurs de la vie de cette vieille dame qui la quitte tout doucement.
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Partir comme une plume au vent. Une "insoutenable légèreté de l'être". Dans le 3éme paragraphe, n'avez-vous pas pensé "Tant d'attentions" ?
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Oui. Merci de votre lecture attentive.
Image de Midi-quarante
Midi-quarante · il y a
Cette oeuvre est pleine de tendresse et relève subtilement la triste réalité du chemin vers la fin de vie. Bravo !
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Merci d'y avoir vu toute la tendresse que je voulais y mettre.
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Le chassé-croisé entre la parole du narrateur et les pensées du personnage nous offre un récit original où la voix du narrateur me rappelle un peu celle du chœur antique qui commente l'action dans la tragédie grecque . . . Le lieu choisi enfin, le Nez de Jobourg, sauvage et isolé, permet créer une atmosphère inquiétante qui amène à cette chute poétique et d'une grande intensité émotionnelle. J'ai vraiment adoré votre récit Pénélope, à bientôt !
Image de Pénélope
Pénélope · il y a
Merci d'avoir prêté attention à cette œuvre qui me tient à cœur. Je suis touchée d'être lue par une multi finaliste.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Trois p'tits chats

Vanina Noël

Debout au bord du chemin, enlaçant malgré moi le tronc du grand sapin, je regardais la voiture s’éloigner. J’étais là depuis le matin, à surveiller la procession à laquelle on m’avait... [+]