Ces mots qui brûlent nos lèvres...

il y a
9 min
1171
lectures
23
Image de Harry Potter 2015

Thème

Image de Fanfiction Harry Potter
Tout était fini. Tout était bel et bien fini. Personne n'avait cru que ça se terminerait comme ça. Tous avaient espéré. Elle avait espéré...
Espéré pouvoir tout lui dire.

Mais face au corps inerte de son meilleur ami, Hermione ne put réprimer un sanglot. Elle aurait tout donné, tout, pour qu'en cet instant Harry Potter, celui qui était bien plus qu'un ami pour elle, se relève.

Elle lui aurait tout dit. Tout ce qui lui brûlait les lèvres depuis tant d'années. Ron aurait été énervé, évidemment, savoir qu'elle lui avait menti depuis tant de temps alors qu'il l'aimait. Elle le sentait. Elle sentait ses regards insistants. Elle entendait ses mots que, pourtant, il ne disait pas. Oui elle, Hermione Granger, savait que son meilleur ami, Ronald Weasley l'aimait comme jamais il n'avait aimé quiconque. Pourtant, en cet instant, elle ne rêvait que d'une chose, prendre Harry dans ses bras et le voir ouvrir les yeux.
Mais les faits étaient là. Les Ténèbres avaient eu raison de la Lumière. Second sanglot.

Tandis qu'un blondinet qu'elle détestait tant rejoignait ses parents du côté obscur, elle sentit une main se presser sur sa hanche. On la prenait dans ses bras. Elle leva la tête et observa un instant ce visage parsemé de tâches de rousseur et dont les yeux océans semblaient avoir perdu leur éclat d'antan.

Et en arrière-plan, comme dans un écho lointain, Ginny hurlait. On aurait dit que toutes les souffrances de l'univers s'étaient abattues sur son corps. Hermione aurait aimé la tuer. Oui, tuer celle qui était comme une meilleure amie pour elle. Elle n'en pouvait plus, les cris de la rouquine lui devenaient insupportables, lui transperçaient les tympans. Elle avait l'impression d'être dans un mauvais film : Ginny était là et criait à s'en casser la voix tandis qu'elle attendait, patiemment, silencieusement, un signe quelconque de vie de la part du jeune brun à la cicatrice.

Elle vit alors Neville Londubat s'avancer en direction de Celui-Dont-Les-Autres-Refusaient-De-Prononcer-Le-Nom (c'est ainsi qu'elle l'appelait depuis quelques temps déjà). Elle le savait peureux mais pas au point de se rallier aux ennemis à la première occasion venue. Il boitait et la bouche de l'être immonde qui avait... Non, elle ne l'admettrait pas... La bouche de Voldemort se fendit en un rictus et il ricana.

— Ça change rien que Harry soit mort. Des gens meurent tous les jours.

Déjà, elle ne l'écoutait plus. Elle ferma les yeux, la mâchoire serrée. Comment pouvait-on comparer Harry au commun des mortels ? Harry Potter ! Il était celui qui avait survécu ! Oui, il était...
Il y eut alors un bruit sourd.Comment était-ce possible ?
Harry était debout, là, à quelques mètres d'elle, et venait de lancer un sort à un groupe de Mangemorts.

Elle devait lui dire, ne pas le laisser partir à nouveau. Ne pas le laisser mourir. Elle ne le supporterait pas.
Elle se détacha de l'étreinte de Ron avec une agilité surprenante et courut après lui.
Il voulait attirer Voldemort dans le château pour que les autres puissent tuer Nagini.

— Harry !

Il se retourna vivement. Troisième sanglot. Etait-ce un sanglot de joie ? Elle ne put jamais le dire, en effet, elle avait oublié le principal dans toute cette histoire, elle ne pouvait lui dire et c'était comme si son coeur se carbonisait de l'intérieur.
Il la prit dans ses bras. Quatrième sanglot. Cinquième sanglot. Elle finit par cesser de compter tant les larmes ne cessaient de vouloir fuir son corps. Elle criait de l'intérieur, se giflait. Elle ne voulait pas pleurer. Elle ne voulait pas l'inquiéter, ne voulait rien laisser paraître.
Elle aurait aimé rester des heures dans ses bras, plongeant son regard chocolat dans ses yeux verts, passant une main dans ses cheveux noirs de jais. Mais une guerre se déroulait à quelques mètres et l'avenir dépendait d'eux. D'elle. Elle le lâcha, sentant à nouveau une douleur interne immense.

— Tu as un plan pour Nagini ?

Harry semblait perplexe. Il réfléchissait.

— Oui et je vais avoir besoin de toi.

C'était à son tour d'être perplexe : en quoi lui serait-elle utile ? C'est lorsque Harry lui expliqua le plan qu'elle comprit. Elle, une des plus brillantes élèves que Poudlard ait jamais connues, n'avait pas pensé au fait que Voldemort accompagnerait sans aucun doute Nagini. Elle était chargée de tuer le serpent tandis qu'Harry ferait diversion avec l'ancien Tom Jedusor.

En ce moment, rien ne pouvait décrire ce qu'elle ressentait. C'est comme si on avait jeté des milliers de couleurs sur une toile blanche et que c'était son esprit, la toile blanche. Elle reconnaissait quelques « couleurs », la peur, évidemment, qui n'aurait pas peur dans une telle situation ? Le soulagement de savoir que celui pour qui elle se battait depuis tant d'années était en vie. Et enfin, et c'est ce qui semble le plus étonnant, la joie. Elle se sentait revivre, elle le savait, ils vaincraient Voldemort et elle pourrait tout lui dire. « Pour vivre heureux, vivons cachés » disait le proverbe, mais elle, elle, ce qu'elle voulait par dessus tout c'était crier à la Terre entière pourquoi elle avait toujours ce besoin de protéger Harry, pourquoi elle avait toujours voulu être là pour lui, pourquoi c'était une évidence. Elle ne voulait plus se cacher !
Mais elle devait encore tenir. Quelques heures seulement et ça serait la libération.

Au détour d'un couloir, ils entendirent des pas résonner. Tous deux sortirent leur baguette, une réelle appréhension se lisant sur leur visage. Et c'est finalement Ron qui s'avérait être la raison de leur angoisse.

— Mais qu'est ce que vous faites ? Ça fait une heure que...

Il s'était stoppé, son regard rempli d'un mélange de stupeur et de fureur fixé sur les deux mains qui se tenaient. En effet, Hermione n'avait pas eu le courage de lâcher la main d'Harry, maintenant qu'elle l'avait retrouvé, elle refusait de le perdre à nouveau. Ron avait les lèvres pincées, il était clair qu'il se retenait de se jeter au cou d'Harry et de l'étrangler.

— Il faut trouver Nagini.

Hermione n'avait jamais vu son ami leur parler avec une telle froideur. Il leur en voulait d'avoir fait une chose, qu'ils, en l'occurrence, n'avaient pas fait. Tous trois arpentèrent le château de long en large, à la recherche de leur cible mais rien. Ils redoutaient les cachots, malgré qu'ils se refusaient aux préjugés et amalgames, ils avaient peur d'y trouver une quelconque sorte de secte de Mangemorts en train de sacrifier un né-moldu à la gloire de leur « Seigneur », mais il était évident que c'était nécessaire, ils devaient y aller.

Mais là encore, rien. Ils commençaient vraiment à désespérer et c'est alors qu'ils l'aperçurent, ses doigts fins jouaient sur sa baguette. Hermione eut un hoquet d'horreur, à côté de lui gisaient plusieurs cadavres d'élèves qu'elle avait connus. Il émit un rire sonore avant d'apparaître à côté d'Harry. Ron, quand à lui, semblait un peu en retrait, se battant avec un Mangemort.

Hermione balaya le périmètre du regard, elle voulait trouver le serpent au plus vite. Harry lui, venait d'être projeté à plusieurs mètres de sa place initiale, il saignait. Hermione se rua sur le serpent en poussant un cri enragé et transperça sa tête à l'aide d'un crochet du Basilique. Elle souriait, fière d'elle, agenouillée sur le sol.

— Mione !

Elle ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passa mais elle vit Harry se jeter sur elle alors qu'une lueur verte éclairait les environs. Elle poussa un cri d'horreur en voyant Harry s'effondrer à ses pieds. Ron aussi semblait bouleversé, il se rua sur Voldemort et tous deux engagèrent un duel enragé. Hermione se mit à la hauteur de Harry, tremblante. Il était encore conscient, mais elle le savait, il ne lui restait que quelques minutes pour tout lui expliquer. Elle pleurait, mais sans le vouloir, ses larmes roulaient sur ses joues et finissaient leur trajet sur le corps d'Harry. Lui aussi, commençait à avoir des larmes qui perlaient au coin des yeux. Sa respiration était difficile mais pourtant ses lèvres s'étirèrent en un faible sourire.
Elle commença alors son récit. Elle avait imaginé tant de fois cette situation mais pourtant aucune de ses « prédictions » ne s'approchait de près ou de loin à ce qui était en train de se passer. Et lorsqu'elle eut fini, Harry sourit un peu plus, il était soulagé. Il prit sa main et ferma les yeux, sereinement en murmurant un « Je t'aime Mione... ».

Hermione, plongée dans son récit, n'avait pas remarqué que Ron s'était retourné en entendant la dernière phrase qu'elle avait prononcée et Voldemort en avait profité pour le projeter contre un mur, ce qui l'avait fait tomber dans l'inconscience. Il s'approchait à présent lentement d'elle, une étrange lueur dans le regard. Hermione était tétanisée mais elle remarqua quelque chose. Quelque chose qui lui apporta un grand soulagement : dans sa chute, elle ne sait comment, Ron avait réussi à briser la baguette du mage noir. Celui-ci se retrouvait donc sans véritable moyen de l'atteindre.

Mais son regard soudainement tourné à l'opposé d'où il était une fraction de seconde plus tôt, ainsi que sa joue meurtrie, lui prouvèrent le contraire. Elle leva les yeux vers le mage noir, une main sur sa joue brûlante. Il avait profité de son inattention pour ramasser la baguette d'Harry. Elle recula, tant bien que mal, toujours au sol tandis que Voldemort levait sa baguette dans sa direction. Elle tremblait de tout son corps, elle allait mourir alors qu'Harry avait sacrifié sa vie pour elle. Au dehors, le tonnerre grondait. Elle rit intérieurement : avant, un simple orage la tétanisait, alors que maintenant, il lui importait si peu. Peut-être la baguette pointée entre ses deux yeux y était pour quelque chose.

Voldemort rit glacialement effleurant le front de la jeune femme du bout de la baguette.

— Une sang-de-bourbe ?

Il ricana de nouveau.

— J'ai juré que je vous tuerais, tous.

Avait-il entendu ? Avait-il compris ? Elle ne le sut jamais.
Voldemort, quant à lui, rayonnait, il allait enfin finir ce qu'il avait entrepris il y a de là presque seize ans. Elle s'étonna de trouver une once de joie dans son regard. Dans ce regard. Dans celui de l'être immonde qui avait brisé tous ses rêves. Mais pourtant, elle n'arrivait pas à lui en vouloir. Elle avait presque pitié. Le tonnerre redoublait, faisant trembler les murs environnants. Elle tenta une dernière chose, comme le font ces personnes sur le point de mourir qui se recroquevillent sur elles-mêmes face au danger.

— Vous pouvez changer. Tout le monde peut changer. Vous n'allez pas tuer quelqu'un sans défense ? Il n'y aurait aucune gloire à cela...
Un rictus mauvais étira la bouche du Lord. Et il émit pour la énième fois un rire pour le moins forcé.
— Je ne cherche pas la gloire, je l'ai déjà. Tu diras bonjour à la mort de ma part.

Hermione frissonna, elle allait mourir. On ne sait jamais vraiment comment on va réagir face à cela. Elle sentait ses mains s'engourdir tandis que son coeur battait dans ses tempes. Elle sentait que les larmes acceptaient enfin de lui obéir. Sa dernière action ne serait pas de pleurer. Elle pensait que c'était faux, que ce n'était que dans les films mais pourtant elle vit. Sa courte vie défilait devant ses yeux. Ses parents, l'image était floue... Trop floue... Pourtant elle les avait tellement aimés. Son arrivée à Poudlard... Toutes ses aventures... La mort de Harry. Tout défilait devant ses yeux.
Voldemort ouvrit la bouche. Elle serra la mâchoire. Voldemort leva sa baguette. Elle ferma les yeux.

— AVADA KEDAVRA !


« Ronald Bilius Weasley, né le 1er mars 1980, mort le 18 janvier 2057. »

Pour la seconde fois de sa vie, Hermione la voyait défiler devant ses yeux tandis que l'on mettait en terre le cercueil de son mari. Elle revoyait l'éclair vert qui s'était reflété dans ses yeux et l'avait touchée de plein fouet. Mais le sacrifice de Harry l'avait protégée. Voldemort avait été détruit, cette fois-ci pour de bon. Ron s'était réveillé et l'avait trouvé inconsciente, il lui expliqua qu'il avait fait un drôle de rêve qui n'en était pas un, en réalité. Malgré la peine de la perte des proches, Hermione avait su surmonter la mort d'Harry et avait épousé Ron. C'était une belle journée de printemps. Tout le monde avait fait en sorte que ce soit parfait, mais Hermione n'arrivait pas à être heureuse, il manquait quelque chose, ou plutôt quelqu'un, dans cette journée si spéciale. Quelques mois plus tard, lors d'un repas de famille dans lequel ils devaient annoncer la naissance proche de leur premier enfant, Ginny avait rejoint Harry dans une dernière Feinte de Wronski du haut de sa fenêtre. La famille Weasley avait accueilli la jeune Rose pendant leur deuil. Et George voulut leur faire une dernière farce pour son cadeau de naissance. Il fit exploser la boutique dans un immense feu d'artifice dont tous se souvinrent. Il était à l'intérieur. Molly ne s'en était jamais remise, et lorsque Hugo, leur deuxième enfant était né, elle avait perdu tout éclat de joie dans les yeux. Ils avaient vécu. Une belle vie en somme, leurs enfants étaient brillants, Ron avait un très bon poste d'Auror et Hermione avait obtenu une place au Ministère, mais c'était une vie sans Harry. Harry... Ô Harry ! Il lui manquait tellement.
Les hommes de la famille rebouchait le trou en terre. Ron emmènerait avec lui son secret dans sa tombe. Elle ne voulait pas le dire à qui que ce soit d'autre. Cela n'aurait fait que rajouter à son histoire un effet dramatique et elle ne voulait pas de la pitié des gens. Ce que Ron avait pris pour un rêve défilait devant ses yeux.

Elle était penché au-dessus de Harry qui lui, agonisait : « Je dois te dire quelque chose. Il y a de cela dix huit ans, un homme et une femme qui s'aimaient d'un amour fusionnel eurent deux enfants. Une fille et un garçon. Malgré les temps durs et dangereux, ils auraient pu avoir une vie heureuse si l'on n'avait pas destiné leur jeune fils à un avenir terrible ou glorieux. Ils se cachèrent et, par amour pour leur fille, décidèrent de l'éloigner du danger en la confiant à une famille où l'on ne la chercherait pas. Et elle survécut. Etonnamment, le garçon aussi, mais les parents n'eurent pas cette chance. Pour autant, le danger était toujours présent et ils ne purent se retrouver. La fille connaissait l'existence du garçon, qui était trop jeune, lui, pour se souvenir d'elle, mais on lui interdit de lui en parler car le danger qui le menaçait pourrait la menacer à son tour. Alors elle se tut, attendant de le rencontrer. Pourtant encore là, elle ne put rien dire, pour les préserver, elle se contentait d'être toujours là, de veiller sur lui, ce que leurs parents ne pouvaient plus faire. Pendant sept ans, elle le suivit dans ses péripéties les plus folles. Elle avait même appris la vérité sur la trahison faite à sa famille et elle avait rencontré son parrain, un professeur de défense contre les forces du mal qui se trouvait être un animagus, il lui avait parlé de ses parents et elle avait adoré ça. Elle avait adoré s'imaginer leur vie de famille. Puis elle s'était souvenue qu'il était mauvais de vivre dans les rêves. Et sa vie avait continué. Elle riait qu'on puisse penser que le garçon et elle s'aimaient. Et puis un jour, le garçon mourut, une première fois. Elle venait de perdre sa seule famille. Mais il se réveilla. Et il se sacrifia pour elle. Oh Harry... Ce que je veux te dire c'est que..., elle déglutit un instant, mon vrai nom est Hermione Potter, je suis ta sœur... »

23
23

Un petit mot pour l'auteur ? 18 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flora SD
Flora SD · il y a
Je dois avouer qu'au début, j'ai cru que ce serait un Harry/Hermione. J'avais entendu parler de la théorie fraternelle, et je la trouve plutôt plausible en fait. Du coup, j'aime la façon dont elle lui dit simplement à la fin, après nous avoir fait douter plusieurs fois de la mort de Harry, puis de celle de Ron. Bref, c'était assez habile de ta part, il y a une bonne gestion du temps aussi.
Image de Clémentine Cohen
Clémentine Cohen · il y a
J'était déjà beaucoup renseignée sur la théorie fraternelle ( même si je n'y croit pas du tout, et j'ai beaucoup de mal avec les théories de ce genre, tu as réussi un exploit en me faisant apprécier ton texte ! xD) avant de te lire, ça m'a donc permis de mieux te comprendre, je pense. Pour moi la structure est parfaite, et pour le reste, je n'ai pas fais tellement attention, à part au contenu de l'histoire... :D Au début, je ne savais pas si l'issue allait être l'amour caché d'Hermione et d'Harry, une des théories que je déteste le plus, ou la théorie fraternelle, et ça m'a beaucoup frustrée pendant ma lecture. J'ai été très soulagée à l'issue et sa m'a permis de "réanaliser" ton texte sans frustration. Tu as très bien sû me faire partager les sentiments d'Hermione, donc bravo !
Je suis déçue que tu ne sois pas arrivée en finale, tu méritait ta place bien plus que beaucoup d'autres pourtant bien classés !
Bonne continuation...

Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Pour tout avouer je ne suis pas spécialement une grande fan des théories non plus, mais je trouvais celle-ci très intéressante. Un exploit ? Vraiment ? Ah bah tant mieux alors ! :)
Tant mieux si tu ne savais pas l'issue, le doute était voulu :D Même si ça me brûlait le bout des doigts d'écrire de telles choses sur Harry et Hermione, parce que, moi aussi je déteste le couple Harry/Mione.
Merci beaucoup.
Pour la finale, j'ai certainement posté mon texte trop tard =/
Merci, toi aussi.
Bonne journée.

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Lisa je suis venue te lire aussi à la suite d'un de tes commentaires, et je ne suis pas déçue (même si j'ai vu ici ou là quelques maladresses ou négligences de style) Ce qui m'a frappée c'est le détachement et la distance mise par rapport aux faits relatés. Je trouve cela habile et maîtrisé, et paradoxalement cela renforce l'émotion ; quant à la chute elle m'a vraiment surprise, ne connaissant pas les théories dont les autres lecteurs parlent précédemment, et je trouve que cela apporte du mystère et un aspect très humain. Mon vote et bonne chance bien que les jeux soient faits mais il y a le plaisir d'être lue, n'est-ce pas ?
Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Merci beaucoup.
Le détachement et la distance ? Sincèrement, je n'avais jamais remarqué que je faisais ça. En fait, c'est pas du tout voulu, j'avais juste envie d'écrire comme ça pour cette nouvelle (je change un peu mon style en fonction des nouvelles, mais je ne suis pas la seule à faire cela). Pour ce qui est de la chute, j'ai vraiment tout fait pour qu'on pense qu'Harry et Hermione sont amoureux . Et c'est ce que je disais, je ne suis pas spécialement une grande spécialiste de toutes ces théories (pour tout te dire, j'ai découvert l'existence de la Théorie du Lien Fraternel il y a seulement quelques mois...). En tous cas, merci beaucoup, ça me fait toujours énormément plaisir d'avoir des lecteurs et des avis sur ce que je fais.
Bonne journée à toi.

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci pour ta réponse Lisa. Je crois que les impressions ressenties dépendent du lecteur. Ton style a le mérite de ne pas nous dicter ce que nous devons penser du texte. Description sans trop d'affect rajouté, j'aime ça. C'est le lecteur qui doit juger, trop souvent l'auteur juge ses personnages ou anticipe les sentiments du lecteur, qui se sent du coup dépossédé.
Pour l'histoire du Lien Fraternel je l'ai apprise en te lisant, je ne savais rien de tout cela . Encore un mérite de ton oeuvre ! Mais tout le monde n'est pas d'accord apparemment, HP déchaîne les passions et c'est sensationnel ! Bonne journée et weekend du 15 août à toi aussi.

Image de Marine Donnadieu
Marine Donnadieu · il y a
Il est vraiment très beau ce récit, et tellement triste... Dommage que je ne le découvre que maintenant, c'est vraiment une histoire poignante je trouve! J'avais entendu parler de la théorie comme quoi Harry et Hermione seraient frère et sœur, mais je ne sais pas en quoi consiste cette théorie, est-elle si crédible que cela ou pas du tout? En tout cas ton histoire m'a donné l'envie d'aller voir ça de plus près!
Toutes ces morts dans ton récit m'ont brisé le cœur j'avoue... Surtout concernant Ginny et George! Mais j'ai vraiment adoré cette histoire.
N'empêche, je trouve que ta fanfic' a quelques points communs avec la mienne! Dans la tienne, Hermione est la soeur de Harry, et dans la mienne, je lui ai inventé un autre lien de parenté et avec une autre personne! ^^ Techniquement c'est encore moins crédible que Harry et Hermione frère et soeur, mais l'idée de cette histoire m'a traversé l'esprit comme une évidence! :D Si jamais tu as le temps d'aller la lire à l'occase, ça va sûrement te faire sourire, ou peut-être t'horrifier, je sais pas trop! ;-)
Bonne continuation à toi en tout cas! :-)

Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Merci beaucoup.
Je considère, pour ma part, que cette théorie "tient la route" dans le sens où, même la saga terminée, elle laisse planer le doute (enfin dans mon esprit, du moins).
Au départ, il ne devait pas y avoir autant de morts, mais lancée dans ma frénésie meurtrière, j'ai un peu tué tout le monde... Mais d'un autre côté, ce sont des morts "logiques" je me suis dit que Ginny serait effondrée par la mort d'Harry et pour George, Rowling a dit elle même dans une interview qu'il ne pouvait pas être heureux et vivre sans son frère.
Comme tu le sais, j'ai été voir ta Fiction (que je vous conseille d'ailleurs) et elle ne m'a pas du tout horrifiée, elle m'a plutôt..étonnée, je dirais.
Merci beaucoup !

Image de T. Brekké
T. Brekké · il y a
Je me suis intéressée à ton texte suite à un commentaire que tu as laissé sur un autre et qui était vraiment bien écrit. Je me suis dit : si le commentaire est bien, il y a des chances qu'elle écrive tout aussi bien. Et je n'ai pas été déçu. Ton texte est vraiment bien écrit. Par contre, personnellement je n'aime pas ce genre de modifications apportées à l'histoire, ce qui a un peu gâché ma lecture malgré la qualité de ta plume (et au passage "malgré que", employé dans je ne sais plus quelle phrase, ne se dit pas). En tout cas, pour faire passer des émotions tu te débrouilles très bien. Dommage que tu n'es pas atteint la finale.
Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Et bien merci beaucoup, ça fait toujours plaisir quand quelqu'un nous dit qu'on écrit bien (même si je resterai toute ma vie convaincue du contraire). A vrai dire, je me suis inspirée de la Théorie Fraternelle (théorie assez répandue auprès des "fans") que je trouvais assez intéressante (les arguments étant convaincants). Donc, je me suis dis qu'écrire en fonction de la théorie pourrait donner quelque chose d'intéressant dans le sens où pleins de gens "espéraient" cette fin. Et ce qui est, je trouve, le plus curieux, c'est que je ne crois pas moi même à cette théorie. Enfin bref, voilà la raison de mes "changements" sur l'histoire de base.

J'ai moi même remarqué cette erreur ainsi qu'une faute d'accord de participe (ça me fait toujours un peu grimacer) et je dois avouer que je ne me suis pas beaucoup relue par manque de temps, ayant appris l'existence du concours cinq jours avant la fin des votes...

En tous cas, merci encore et bonne journée à toi.

Image de T. Brekké
T. Brekké · il y a
Dans la mesure où Hermione et Harry n'ont vraiment rien en commun, mise à part leur amitié et leurs initiales, je ne comprends vraiment pas cette théorie. Et pour quelqu'un qui n'y croit pas non plus, tu t'en sors pas mal pour la présenter.
La faute de participe je ne l'ai pas remarqué, mais j'ai lu assez vite (et il faut avouer je ne suis pas la plus efficace des correctrices et très loin d'être la reine de la grammaire). Et s'il n'y a que ces deux fautes là, pour quelqu'un qui a fait vite c'est sacrément bien.
Continue a écrire, et doute tant que tu veux de la qualité de ta plume. Tu n'en feras que plus attention à tes écrits, qui ne pourront que s'amioler.

Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Je te passe le lien du site qui m'a permis d'en savoir plus sur la Théorie du Lien Fraternel et qui, je l'admets, est très (voire peut être trop...) complet en arguments (http://apocalya.forumpersos.com/t35-harry-potter-la-theorie-du-lien-fraternel). C'est pour dire, même la saga terminée, le doute a envahi mon esprit à la fin de la lecture....
Il me semble qu'il n'y avait que ces deux fautes, mais on est jamais à l'abris d'un oubli. Et bien merci, je suis un peu une Dobby de l'orthographe à vrai dire, je déteste faire une faute alors forcément...
Merci beaucoup, ça me fait vraiment plaisir. Je continuerai d'écrire ici je pense, j'ai quelques projets de nouvelles à chute (hors HP) qui se concrétiseront certainement à la rentrée, mais cela reste encore à voir...

Image de T. Brekké
T. Brekké · il y a
Merci pour le lien, j'irai y jeter un oeil quand j'aurai le temps.
Pour ce qui est des fautes, il y a parfois un fossé entre ne pas aimer en faire et ne pas en faire.

Image de Lisa Baron
Lisa Baron · il y a
Merci beaucoup à vous tous, ça me fait ENORMEMENT plaisir et ça m'encourage pour l'idée que je me fait de mon avenir :)
Image de Elise Fntn Lcff
Elise Fntn Lcff · il y a
Super ma chérie ❤️
Image de MxlleTina
MxlleTina · il y a
C'est super mémé!!!! j'ai adorer et pourtant tu sais que je ne suis pas interrerser par Harry Potter mais la j'ai trop aimer!!
bisous Valentine

Image de Moithieu
Moithieu · il y a
C trop trop bien, Madame Lisa ^^
Image de Albus
Albus · il y a
Triste...