Aubade à deux tribades

il y a
1 min
529
lectures
17
Qualifié

J'ai commencé à écrire en 2003. Les dix premières années, je les ai consacrées à un seul texte, Rebelle Lion. Dix ans à retravailler un manuscrit dans tous les sens, à faire rimer chacune des  [+]

Madame la Comtesse, céans je viens à vous,
Ne blâme ni ne conteste, belle âme ne se dévoue,
Qu’aux damnés et aux malicieux.
Devant la porte arrière, l’air d’un jars, je pérore,
Car dans votre jardin va paraître l’aurore...
Or Eos escorte Monsieur.

Quand bien même je ne vois ni mal ni bonhomme,
Mais qu’amabilités dans votre binôme,
D’une volupté que je loue,
L’on sait votre mari, capitaine important,
L’âme puritaine, emporté, impotent,
Conséquence de quoi jaloux.

S'il apparaissait là, ce dévot plus qu’austère,
Il n’apprécierait pas de percer le mystère,
De vos nuits insomniaques.
En somme il n’y a que la polissonne amie,
Et moi qui connaissons, soit dit sans infamie,
Vos manies démoniaques.

Sur cette jeune compagne, géniale comédienne,
Vêtue de moins qu’un pagne et divine comme Diane,
Mettre la main est un haut fait.
Je ne suis pas si fat, dites-moi si j’élucubre :
Sappho sur le sofa, c’est elle votre succube...
Ou est-ce que vous philosophez ?

Car piquées par la vie et ses pires délices,
Par celle d’Epicure et de Pyrrhon d’Elis,
L’une est athée, l’autre déiste.
Lectures de la Sagesse, des Essais, de l’Ethique,
Sceptiques majestés, vous ont faites hérétiques.
En public, restez fidéistes.

Nul besoin de tricher, je vous ai vues à l’œuvre,
Bien entichées, lovées, ainsi que deux couleuvres,
Délivrant baisers colombins.
Communions de salive, lascives, m’ont laissé ivre,
A présent sur vos lèvres, je lis comme dans un livre :
Vous avez envie d’un bon bain.

Vous laver le visage, c’est vrai, ferait grand bien,
Le reste aussi, n’est-ce pas ? C’est là l’usage lesbien.
Pourtant il faut y renoncer,
Et remballer dentelles, chemises et lévites,
Rendosser les corsets, telles des soumises et vite !
Maréchaussée a semoncé.

Mes chères affranchies, ne cherchez pas querelle,
Cachez ces chairs impies, cessez la fricarelle,
L’heure n’est plus à gamahucher.
Songez à sa stupeur s’il entrait, franc cornard,
Dans l’antre du stupre, tableau de Fragonard,
Tombant sur un godemichet !

Didon, dis-moi ma belle, « demoiselle » que l’on nomme,
Renie donc ton serment qui n’accepte aucun homme,
Maudit dogme des anandrynes !
Quant à toi, p’tite Comtesse, j`ai guetté, averti,
Pour couvrir double vie et vertu d’invertie,
Marguerite et Alexandrine.

Alors gardant pour moi ces ennuyeux secrets,
En auriez-vous une nuit à me consacrer ?
Dégourdi, un bon vit... Gourdan, Raucourt !
Avec un gourdin, le cocu accourt !!

17

Un petit mot pour l'auteur ? 6 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Elena Moretto
Elena Moretto · il y a
un texte jouissif, joyeux, soyeux, audacieux!
Image de Trissia Lepopnav
Trissia Lepopnav · il y a
Quel travail subtil et magnifiquement bien écrit !
Image de Tibal Obey
Tibal Obey · il y a
Merci ! Cela me va droit au coeur :)
Image de Jean-louis Barnier
Jean-louis Barnier · il y a
Bravo !
j'ai découvert l'amour lesbien !

Image de Tibal Obey
Tibal Obey · il y a
Merci ! Moi aussi je l'ai découvert en écrivant ce poème.
Image de Tibal Obey
Tibal Obey · il y a
Pour situer le contexte, la scène se passe dans le monde libertin du XVIIIème siècle. Et pour expliciter un peu ce texte en vieux françois, voici un petit lexique :
- céans : ici
- jars : mâle de l'oie
- Eos : déesse grecque de l'aurore
- Sappho : poétesse lesbienne de la Grèce Antique
- succube : démon prenant l'apparence d'une femme pour abuser sexuellement d'un homme pendant son sommeil
- Pyrrhon d'Elis : philosophe sceptique de la Grèce Antique
- fidéisme : qui professe le fidéisme (doctrine religieuse qui attribue à la révélation un pouvoir d'accès à la vérité que la raison ne possèderait pas)
- lévite : long vêtement d'homme
- fricarelle : jeu sexuel (du latin frico : je frotte)
- gamahucher : exciter une zone érogène avec la langue
- stupre : érotisme débridé
- Didon : première reine de Carthage, dont le mythe a inspiré nombre de dramaturges
- anandryne : lesbienne
- inverti : personne attirée par quelqu'un du même sexe
- vit : pénis
- Marguerite Gourdan et Mademoiselle Raucourt : deux libertines du XVIIIème siècle.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Miroir déformant

Manigaut

Bien musclé. C’est toujours le premier critère que j’entre. Presque gros tellement les muscles jaillissent. Muet, taquin, mais pas prétentieux dans son regard. Couleur des yeux aléatoire... [+]