6
min

Arabella

Image de Stella-Befani

Stella-Befani

113 lectures

57

Il existe un nombre incalculable de contes, de fables ou de nouvelles relatant la vie d'un pauvre moldu qui réalise son rêve d'enfant naif en acquérant des pouvoirs magiques. Mais connaissez-vous beaucoup de récits parlant du cas contraire ? En effet, il est probable que pour les éditeurs, l'histoire d'un sorcier apprenant à se servir d'un téléphone n'ait rien de très attractif, et pourtant, cela peut se révéler bien plus magique qu'on ne pourrait le croire...

 

Je vais vous raconter celle d'Arabella, une sorcière qui voulait devenir moldu.

Au moment où je vous parle, elle se trouve dans son jardin, assise sur sa balançoire d'enfant malgré ses dix-huit ans imminents. Toute la journée, sa mère l'avait traînée dans les magasins pour lui refaire une garde-robe complète avant son entrée au Ministère. Ses deux parents y travaillant, son contrat sommeillait dans le tiroir à chaussettes de son père depuis qu'elle avait obtenu ses BUSE à l'école de Magie de Poudlard avec la mention Optimal. De nature peu endurante et ennuyée par l'agitation de la foule, elle avait jeté ses poches encombrantes dans sa chambre pour passer d'autres vêtements et courir jusque sous son érable favori. Elle pouvait se balancer ainsi durant des heures, sa chevelure de fils de cuivre flottant au soleil, la tête renversée pour voir le monde à l'envers et vérifier qu'il était bien toujours le même.

Cette imagination farfelue ne l'avait pas quittée depuis ses longues heures de solitude à un trop jeune âge, et était devenue une amie qu'elle sollicitait dès qu'elle trouvait sa tête un peu trop vide.

Ses parents occupés par leur carrière respective, elle se retrouvait souvent seule dans le manoir, et c'est en fouillant le grenier pour trouver un nouveau passe-temps qu'elle découvrit, dans une vieille malle de cuir ferrée, un étrange objet rectangulaire enveloppé dans un mouchoir brodé. Elle mit longtemps à comprendre ce que c'était, mais en faisant des recherches dans la bibliothèque de Poudlard lorsqu'elle était en deuxième année,elle découvrit qu'il s'agissait d'un camescope, objet moldu combinant caméra et magnétoscope. Elle ignorait à qui il appartenait car ses parents ne lui parlaient jamais du monde moldu et la seule chose qu'elle savait était que sa grand-mère maternelle y appartenait.

Très vite, la jeune fille s'intéressa à son nouveau jouet et développa au fil du temps une véritable passion pour le cinéma. Elle apprenait sans cesse par les livres, les vidéos, les films... Tout était bon pour la satisfaire et la faire s'évader du monde magique pour lequel elle nourissait une antipathie singulière qui lui valut d'ailleurs d'obtenir ses ASPIC aux rattrapages, sans mention.

Quand elle approcha des dix-huit ans, elle réfléchit sérieusement. Elle ne se voyait pas heureuse en travaillant dans un bureau, en styliste de capes et chapeaux ou en rédactrice pour la Gazette du Sorcier, comme elle ne parvenait pas non plus à s'immaginer épanouie dans le monde magique !

En revanche, une vie de simple moldu, étudiant l'audiovisuel, voilà un projet d'avenir qui lui semblait concret et à la hauteur de ses désirs !

 

Elle avait arrêté la date de la veille de son anniversaire pour l'annoncer à ses parents. N'importe qu'elle autre jeune fille eût été plutôt inquiète des sacrifices qu'elle allait devoir faire, mais pour l'heure, Arabella appréhendait davantage leurs réactions.

 

Autour d'une luxueuse table en poirier, Arabella faisait face au couple et le tic-tac régulier de la comtoise de la salle à manger ne faisait qu'alourdir encore plus l'atmosphère déjà pesante.

Hedwina Delorme, qui ne devait pas avoir beaucoup de personnalité, semblait prête à s'évanouir, pâlissant toujours un peu plus à chaque nouvelle phrase de sa fille.En revanche,son mari dont la masculinité et le rôle de chef de famille lui imposait de ramener l'ordre sous son toit, éclata d'une voix grave qui ne prêtait pas à la répartie :

« Moldu dis-tu ? Tu veux devenir moldu! Mais qu'ai-je fait pour que tu aies une telle idée, ma pauvre fille ? Tu as la chance de vivre dans un monde où la magie existe, où tu verras des choses plus incroyables que quiconque puisse voir, tu as une place au Ministère alors que tu as tout juste tes ASPIC et que tu n'as fait aucune étude supérieure ! Tout ça ne te suffit donc pas ? » 

Il marqua une pause et termina son verre de vin en une gorgée puis reprit :

«  Non ! Je ne te laisserai pas partir ! Je ne laisserai pas ma fille gâcher sa vie dans ce monde puant et peuplé de gens empotés ! Et ce n'est pas fini ! Attends-toi à trouver le grenier verrouillé ! ».

Quand ce fut terminé, Arabella n'éprouvait plus de timidité ni de peur mais de la colère, voire de la haine. Comment son père, qui l'avait toujours considérée comme une enfant avec qui un adulte ne peut avoir une conversation sérieuse, pouvait se permettre maintenant de décider ce qu'elle ferait ou non ? Et de quel droit insultait-il le monde moldu ? En quoi renier la magie serait-il un crime ?

Ce monde-ci l'insupportait, il puait l'égoisme, elle voulait vivre simplement, comme les milliards de moldus.

 

 

Désormais majeure, Arabella n'avait aucun ordre à recevoir de personne et comptait bien poursuivre ses rêves, tant pis si ses parents n'étaient pas d'accord et que le monde magique la reniait pour le restant de ses jours !

Elle arriva au Ministère de la Magie, se glissa le long des interminables corridors de marbre noir jusqu'au niveau 2 et entra dans le département de la justice. Elle dut répondre à de nombreuses questions, puis on la conduisit chez un mage spécialisé pour lui effacer la mémoire, tel est le prix à payer pour devenir moldu.

Elle patientait un moment dans la salle d'attente essayant de se rémémorer toute sa vie avant de l'oublier définitivement quand survint un homme vêtu d'une cape violette. Elle le fixa puis serra la main qu'il lui tendait avant de s'introduire dans ce qui allait représenter sa dernière vision du monde magique.

 

Deux ans s'étaient écoulés depuis ce jour-là.

Arabella vivait désormais comme n'importe quel autre moldu, elle étudiait à l'EICAR ( l'Ecole Internationale de Création Audiovisuelle et de Réalisation ) en deuxième année d'actorat, restait sur Paris la semaine et rentrait chez ses parents le week-end. Elève assidue, elle n'avait pas manqué d'attirer l'attention de certains de ses professeurs et était en pleine préparation d'un projet aussi ambitieux que secret, pour l'instant.

Ses journées passaient mécaniquement : les cours, le travail personnel, les lectures conseillées, les tournages, les réunions entre amis pour parler de projets top secret ou d'avenir... Si elle avait pu se souvenir de ce qu'elle faisait avant, elle aurait été fière d'avoir choisi cette voie et qu'elle lui convienne autant. Elle aurait également repensé à ses parents qu'elle avait quittés sans même leur dire au revoir et cela aurait probablement été la seule chose qu'elle eût pu regretter.

 

Ce samedi-là, elle était rentrée chez ses parents en banlieue parisienne. En réalité ils n'étaient pas ses parents biologiques : abandonnée à la naissance, ils l'avait recueillie pour combler leur désespoir de ne pouvoir avoir d'enfants. Malgré cela, ils vivaient tous les trois en parfaite osmose, et chacun avait finalement pu s'adapter admirablement à cette situation.

Réunis autour de la table de la cuisine, ils bavardaient gaiement, racontant tous leur semaine et le lot d'aventures qui allait avec. Françoise Scagni était professeur d'anglais dans un prestigieux lycée de la capitale et malgré la discipline qu'il y régnait elle ne manquait jamais de sourire aux remarques presque arrogantes de certains de ses élèves. Son mari ,Jules, ne pouvait pas travailler à l'extérieur à cause de ses problèmes de santé remontant à sa jeunesse. Il s'était donc occupé d'Arabella lorsqu'elle était petite et avait la responsabilité de tenir leur maison en bon ordre. Devant financer les études de leur fille, il était devenu nounou bien qu'il fût intimidé les premières fois.

Fatiguée, Arabella alla se coucher, laissant sur son bureau l'ébauche de son plan pour la dissertation qu'elle devait rendre le lundi après-midi avec la problématique '' Le cinéma crée-t-il la magie ou est- ce la magie qui crée le cinéma ? '' et plongea dans un sommeil profond.

Il devait être aux alentours de trois heures du matin quand, en une fraction de seconde, elle fut réveillée par un mal de tête insoutenable.

Au début elle ne comprit pas immédiatement ce qui s'était passé puis une vague de larmes vint lui embuer les yeux et déferler le long de ses joues. Elle se souvenait, elle se souvenait de tout. Elle se souvenait de sa vie antérieure, du monde magique, de Poudlard, de ses vrais parents, de tout.

Après plusieurs minutes de réflexion elle réalisa que son père venait d'essayer de pénétrer son esprit par légilimancie, elle revoyait son image , il semblait tétanisé et en sueur. C'était lui qui lui avait fait retrouver sa mémoire involontairement. Mais comment fut-ce possible alors que ces mêmes souvenirs avaient été effacés quelques années auparavant ?

Elle eut beau chercher dans tout ce qu'elle avait lu sur le sortilège d'amnésie du temps où elle fréquentait la bibliothèque de l'école mais cette question resta sans réponse.

 

Le matin, il lui fut difficile de ne pas dévisager ses parents, même si elle avait toujours su qu'ils n'étaient pas ses parents biologiques . Elle ignorait jusqu'alors qu'elle n'était chez eux, en réalité, que depuis ses dix-huit ans ! Pourtant, au cours du petit-déjeuner, elle se comporta comme d' habitude,et ne souffla pas mot de ce qui s'était produit durant la nuit. De retour dans sa chambre, elle ferma les yeux et plongea dans ses souvenirs comme on feuillette un vieil album photo. Elle resta ainsi jusqu'à tard dans l'après-midi lorsqu'à nouveau, elle ressentit une douleur fulgurante aux tempes. Mais cette fois-ci elle rassembla ses forces et lutta contre cette intrusion. Elle n'avait jamais pratiqué l'occlumancie mais elle avait suffisamment de connaissances pour savoir qu'il fallait qu'elle montre à son visiteur les images qu'il essayait à tout prix d'éviter. Elle visualisa alors très précisément la fête d'anniversaire pour ses vingt ans, entourée de ses parents moldus, apparaissant tous joyeux et plein affection réciproque . L'effet fut immédiat et la douleur cessa exactement à ce moment.

Quelque part elle était triste pour ses parents du monde magique, mais elle avait fait le choix de partir et elle se rappelait qu' ils n'avaient jamais été présents lorsqu'elle avait eu besoin d'eux. Elle décida alors de ne pas revenir en arrière et de poursuivre sa nouvelle vie. Ses parents étaient désormais Françoise et Jules Scagni et seulement eux et elle allait continuer ses études cinématographiques.

Elle désirait continuer d'être dans la peau d'une moldu, même si elle se souvenait dès lors de l'existence de l'autre monde, mais elle se jura que ce secret serait emporté avec elle dans sa tombe.

 

Elle répondit enfin à la question de son professeur : ce n'est ni le cinéma qui crée la magie, ni la magie qui crée le cinéma. La magie est simplement présente partout, autant dans le monde magique que le monde moldu. Il suffit de vouloir la voir...

PRIX

Image de Harry Potter 2018

Thème

Image de Fanfiction
57

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emmie
Emmie · il y a
Bravoo
·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci :)
·
Image de M'ellatrix
M'ellatrix · il y a
Original ! A mon avis Arabella pouvait vivre dans le monde moldu sans pour autant perdre ses souvenirs. Mais c'est intéressant cette façon de traiter ce sujet. Et la conclusion est bien trouvée. Bravo :)
·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci beaucoup :)
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Beau message derrière le personnage de Arabella, bravo pour votre sujet bien traité et votre récit agréable à lire !
·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci beaucoup : D
·
Image de Maia Acklins
Maia Acklins · il y a
J'aime beaucoup ton sujet et la façon dont tu le traites ! Même si je pense qu'Arabella n'était pas obligée de "devenir" une moldue, de perdre ses souvenirs et de modifier la vie d'autres personnes pour vivre la vie qu'elle voulait, tu as eu une idée originale et assez bien travaillé.

Il y a quelques erreurs d'accords de temps à autres, mais ça ne gâche pas la lecture. En revanche, petite note : dans le monde magique, un sorcier est majeur à dix-sept ans ! Arabella n'avait pas besoin d'attendre ses ASPICs pour s'en aller ;)

Mon seul grand regret, c'est que cette fanfiction aurait pu être beaucoup plus détaillée (Short nous offre la possibilité de faire des textes longs pour ce concours, il faut en profiter !), parce qu'il reste encore tellement d'interrogations quand on a fini !

Sinon, si tu veux voir comment Arabella aurait pu, dans un monde idéal, mieux s'intégrer au monde moldu sans renier ses origines, je t'invite à lire ma fanfiction : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/de-larticle-37-9-du-code-de-la-division-des-relations-avec-le-monde-moldu-3

·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci beaucoup pour ton commentaire instructif, et effectivement je regrette maintenant de ne pas avoir fait un texte plus long...
Je me dépêche d'aller lire ta nouvelle avant le 31 ;)

·
Image de Camille Dubois
Camille Dubois · il y a
J'ai du mal à comprendre Arabella, moi qui ne renoncerait à la magie pour rien au monde, mais c'est tout de même un choix bien courageux qu'elle a fait! J'espère qu'elle reverra ses parents un jour quand même, c'est si triste! Au moins elle vie son rêve, c'est le principal!

Si tu veux je participe aussi avec https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/nos-chemins-vont-se-recroiser-a-nouveau-norbert-dragonneau n'hésite pas à me dire ce que tu en penses!

·
Image de Rachel Weintraub
Rachel Weintraub · il y a
Une nouvelle inspirée ? :)

C'est un beau récit, qui redonne beaucoup de magie à notre moldu quotidien !
Rare sont les sorciers qui font le même chemin qu'Arabella, et pourtant de nos jours, je dois dire que la technologie rivalise avec la magie (quand elle ne nous plante pas !). Une belle façon aussi de traiter l'émancipation, la recherche de soi... Mais quand même, je trouve Arabella bien cruelle envers ses parents qui, malgré leurs idées très arrêtées sur le monde moldu, n'en restent sans doute pas moins des parents qui aiment leur fille. Et Arabella, capable d'accepter de les oublier pour rejoindre la vie qu'elle désire (et pourquoi d'ailleurs vivre en tant que moldu requiert une telle condition ? Il est déjà beaucoup de moldus vivants en harmonie avec les sorciers dans des couples mixtes - j'allais dire "hétéro", oui mais non... bref xD), ignorer son père quand bien même il est dans la détresse... tout ça c'est dur...
Je trouve aussi assez floue la façon dont elle s'est fait adopter par de faux parents. Elle aurait pu choisir de vivre seule, certes c'est dur à 18 ans, avec deux trois sortilèges et le statut français de pupille de l'état, elle aurait pu s'en sortir :p. Le fait qu'elle ait manipulé les souvenirs d'inconnus pour avoir des parents... me trouble. Et sans rejeter cette part de ton récit, je reste sur ma faim en termes d'explications. Ton récit dure 8 min sur les 20 (voire 24, AP3 semble avoir repoussé les limites de "l'estimateur" de durée xD), cela laissait la place à un petit développement théorique que j'aurais apprécié trouver :D.

Ces considérations narratives discutées, le fil de ton récit est bien tracé, on suit la vie de cette jeune fille sans souci. En plus tout cela est bien joliment écrit, tu as vraiment une belle plume ! Tous mes compliments pour ta fanfiction ;). Et puis si tu le désires, libre à toi de venir lire la mienne :)

·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci pour ton commentaire très instructif ;)
Effectivement Arabella est très catégorique avec ses parents et le monde magique, notamment lorsqu'elle décide d'ignorer son père, mais je ne voulais pas forcément que l'histoire soit "toute rose", car même si son comportement est un peu égoïste, il se peut que dans la réalité elle est reagie de la même façon. Les choix que l'on fait ne sont pas toujours les bons mais je pense qu'Arabella s'était vraiment sentie abandonner par ses parents sorciers et n'avait jamais ressentie un quelconque amour de leur part.
Quand à son adoption, c'est en réalité le ministère qui s'en est chargé après lui avoir effacer ses souvenirs. Il lui a en quelques sortes écrit une histoire dans le monde moldu et même majeure il était donc normal qu'elle est des parents mais rassure toi elle n'a ensorcelé personne !
Effectivement ma nouvelle est assez courte et j'aurais ainsi pu détailler un peu plus, notamment lors de l'intrusion de son père dans son esprit... Trop tard ! Pour l'année prochaine.
Merci en encore de me faire me remettre en question c'est toujours intéressant ^^

·
Image de Rachel Weintraub
Rachel Weintraub · il y a
Toujours un plaisir ! Je suis contente d'avoir ces quelques informations complémentaires ^^ Et puis Short nous laisse la possibilité de creuser les récits, de poser des questions, alors j'en profite ^^
·
Image de Domitille Charpine
Domitille Charpine · il y a
Très belle histoire et bien écrite, ++ pour la phrase de fin !!!
Je trouve ça également intéressant d'écrire sur un personnage qui n'existe pas dans les livres mais qui fait quand même référence au monde magique !!
Je t'attribue toutes mes voix avec grand plaisir !!
Je participe également au concours mais dans la catégorie FanArt : https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/magic-world-of-harry-potter
Si tu veux venir jeter un petit coup d'oeil =)

·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci beaucoup ^^
J'ai vu ton fanart et il est magnifique ! Les couleurs sont pures et vraiment très belles, et le style "affiche" avec tous les
éléments principaux de l'univers est une très bonne idée. Bravo !

·
Image de Domitille Charpine
Domitille Charpine · il y a
Mercii beaucoup à toi également =)
·
Image de Ombre Blanche
Ombre Blanche · il y a
Par le caleçon de Merlin... je n'ai qu'une voix à donner, mais elle est pour toi :D
Tu as fait de gros progrès depuis l'année dernière : continue comme ça !!

·
Image de Potter
Potter · il y a
Très bien , mes voix !!!!
N'hésite pas à venir jeter un coup d'oeil à mon dessins : Poudlard

·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Merci Potter, je n'oublierai pas d'aller le voir ;)
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un très beau texte, à l'aspect très réel tant dans le monde de sorciers que des moldus ! Le tout est écrit avec un plume que je trouve superbe, ce qui sublime encore ce sujet original d'une sorcière devenue Moldue ! Que d'émotions, j'espère sincèrement qu'Arabella sera heureuse :)
Merci et grand bravo !
Je concours également dans la catégorie fanfiction ("Voir les Sombrals") et fanart ("Fumseck : de plumes et de flammes"). Si tu le souhaites, n'hésite pas à passer :D
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/voir-les-sombrals
https://short-edition.com/fr/oeuvre/strips/fumseck-de-plumes-et-de-flammes

·
Image de Stella-Befani
Stella-Befani · il y a
Je te remercie pour ton commentaire, il m'a touché.
Je ne manquerai pas d'aller lire ta fanfiction et voir ton fanart ;)
Bonne chance !

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur