5
min

Antonin Dolohov

Image de Lance-67

Lance-67

91 lectures

58

Antonin depuis quelque minute tournait en rond. Il n’arrivait pas à dormir et sentait constamment la présence des détraqueurs autour de lui. Pourtant, ça faisait un moment qu’il était emprisonné à Azkaban avec ses terribles geôliers. Aucun d’eux ne disait un mot pendant qu’ils circulaient dans les allées. Il cria et vociféra en sentant un détraqueur s’approcher de lui pour lui prendre un peu plus de son âme. Antonin savait qu’il ne devait pas avoir peur et que c’était leur met le plus délicieux. D’ailleurs pourquoi quelqu’un comme lui qui a tué les frères Gideon ainsi que le petit Prewett aurait-il peur? se demanda-t-il.
Un deuxième détraqueur vint face à sa cellule et lui aussi se mit à aspirer l’âme d’Antonin. Il sentait que la fin approchait et n’eut aucun remords. Il était prêt à tout pour rejoindre son maitre. Il se laissa allez, attendant sa fin.
Sauf que les détraqueurs s’arrêtèrent en se regardant étonner. Antonin s’effondra au sol et fit place à l’étonnement en les voyants se regarder. Pouvaient-ils vraiment se voir ? se demanda-t-il. Il est pratiquement certain que jamais un détraqueur n’avait lâché sa proie à moins qu’elle ne soit complètement vide de toute substance. Il entendit plusieurs cris, puis une forte détonation avant que le mur juste derrière lui ne disparaisse. Il s’approcha du gouffre et découvrit que toute la façade avait était détruite et qu’ils étaient quasiment tous libres. Il sauta avant qu’un détraqueur n’ait le temps d’ouvrir la porte et cria :
— Enfin ! mon courroux à sonner. Maitre attendez-moi, dit-il en atterrissant aux côtés d’autres Mangemort.
Il transplana et laissa les autres Mangemort disparaitre chacun de leur côté. Il sentit la morsure de la marque qui se mettait à chauffer et qui signifiait que son maitre l’appelait. Un peu plus tard au moment où il ne tranplanait plus, il tomba dans un village où il subtilisa la baguette d’un magicien.
— Mon dieu vous êtes d’Azkaban ! quelle terrible nouvelle est-ce là, s’écria l’homme avant qu’Antonin n’utilise le sort Sectum Sempra pour se débarrasser de lui.
Il ne ressentit pas la même sensation qu’avec son ancienne baguette, mais il continua quand même sa route. Il se sentait à nouveau libre et avait terriblement envie de répandre à nouveau le sang. En sentant de plus en plus sa marque le brûler. Il savait que le maitre s’impatientait. S’il n’avait pas échoué au ministère, il aurait depuis longtemps était au côté de son maitre. Il vit deux sorciers sur son chemin et lança le sort « Avada Kedavra ». Les deux hommes moururent instantanément. Il prit un plaisir immense à voir leur corps s’écrouler. Avant il n’était pas comme ça. Mais depuis la venue de son maitre ce jour-là plus rien n’était comme avant. Il avait une femme aimante et un très joli fils. Tous les deux aimants. Il avait demandé au ministère de la magie de protéger sa famille. Mais personne n’était venu pour les protéger. Millicen Bagnold l’avait bien eu. Il revue encore une fois le jour où Voldemort et ses Mangemort étaient entrés dans sa maison et avait fait tout exploser sur leur passage. Il le regardait d’un air terrifiant et Antonin était apeuré à l’époque. Sa femme était juste à côté de lui quand Voldemort lui avait fait cette offre qu’il ne pouvait pas refuser :
— Tue cette femme et rejoint moi Antonin Dolohov. Tu as un grand avenir à mes côtés.
Il s’était plongé dans son regard. Il y avait vu un bel avenir dans ses yeux blancs laiteux et globuleux. Il avait compris ce jour-là qui il était. Il s’était avancé et avait plaqué sa baguette contre la tête de sa femme. Elle le regardait implorante en lui disant de ne pas faire ça. Mais il se décida très vite et jeta le sort de la mort. Ce fut la première fois qu’il le lança, mais pas la dernière. Il rejoignit instantanément Voldemort dans son sillage sanglant et fut l’un de ses plus fidèles.
Il sentit la marque le brûler de plus en plus. Il se mit à traverser ville après ville jusqu’à rejoindre l’endroit où se trouvaient le plus de Mangemort rassemblés. Les Mangemorts dressèrent leurs baguettes vers lui. Il fit de même. Une tension palpable se fit ressentir jusqu’à ce que Voldemort n’apparaisse.
Il parla d’une voix franche et gutturale qu’Antonin ne reconnut pas.
— Mes très chers Mangemort. Je vous ai appelés et vous êtes venue à moi. Vous êtes pratiquement tous ici à mes côtés pour vous battre. La fin est proche mes amis ! Dumbledore est sur le point de céder.
Tous les Mangemorts écoutèrent avec gravité ce que disait Voldemort. Ils avalaient chacun de ses mots. Puis quand il proclama la dissolution de l’assemblée, tout le monde se dispersa. Antonin rejoignit son ancienne demeure où pour la première fois Voldemort avait fait son apparition face à lui. Rien n’avait changé ici-bas. Il se réfugia dans la chambre où tout avait lieu pour se ressourcer. Dans la pièce il sentait encore la trace olfactive du pouvoir de Voldemort. Il se ressourça pendant des heures avant que la marque ne lui fasse à nouveau terriblement mal. Il supplia pour que cette fois il y ait de l’action. Il se mit en marche pour rejoindre à nouveau son maitre. Il fit face à Voldemort qui était aux côtés de son serpent.
— Antonin. Tu vas allez à Poudlard tuer Dumbledore.
— Tout seul ?
— Tu utiliseras une partie de mes plus fidèles pour t’accompagner ainsi que Drago.
— Mais il vient d’une famille de traitre ! déclara Antonin d’un ton gémissant
Voldemort d’un mouvement brusque leva sa baguette vers lui et lui ordonna de se taire. Il sentit son sang se glacer et attendit que Voldemort continue :
— Je te laisse une vingtaine de minutes pour emmener tout le monde jusqu’à Poudlard. Passe par le magasin. Maintenant, pars ! tonna Voldemort en resserrant l’étreinte sur sa baguette.
Antonin transplana et se retrouva face à une armée de Mangemort qui était regroupée dans le magasin. De nombreuses baguettes étaient dressées vers lui. Il dut faire preuve de tout son sang-froid pour ne pas attaquer tous les impertinents qui le provoquaient. Il s’approcha d’un jeune homme blond et comprit de suite que c’était Drago Malefoy. Il le regardait sans rien dire et il sentit sa peur.
— Tu vas nous montrer le chemin pour nous rendre dans Poudlard n’est-ce pas ? demanda Antonin en montrant sa baguette.
— Oui, répondit sans hésiter Drago.
— Alors, allons-y, que les festivités commencent ! s’exclama Antonin en riant.
Il rentra dans l’armoire et se sentit aspiré. Quelques secondes plus tard, il se retrouva dans une immense salle où des tonnes d’objets étaient stockées. Il attendit un instant et vue apparaitre un second puis un troisième Mangemort. Il les laissa sortir de la salle à toute vitesse. Il attendit que tous les Mangemorts soient partis pour enfin rejoindre à nouveau Drago.
— Alors par où on va ? demanda Antonin
— Suivez-moi, déclara Malefoy en se dirigeant vers la porte entrouverte.
Ils rejoignirent un couloir où les attendait Rogue qui leur fit signe de les suivre. Antonin passa devant plusieurs tapisseries et des souvenirs lui revinrent en mémoire. Il les chassa pour mener à bien sa mission. Il s’arrêta net en voyant une tapisserie qu’il reconnaissait. Il dressa sa baguette et intima à celle-ci de s’ouvrir. Drago fit demi-tour terrifié et rejoignit Antonin.
— Que faites-vous ? si Voldemort apprend que vous visitez le château au lieu de mener à bien la mission il nous tuera.
— Il te tuera toi. Ma mission n’est pas la même que la tienne. Je ne dois que réussir à ce que tu restes en vie jusqu’à ce que tu ais tués Dumbledore.
— Alors, continuons !
— Sombre crétin que tu es ! il est là-haut. Je sens sa magie et la marque des ténèbres...
— Dans la tour de l’horloge ?
— Monte Bon Dieu ! ne gâche pas l’effet de surprise espèce de raclure !
Drago monta en quatrième vitesse pendant que les Mangemorts avançaient beaucoup plus lentement. Antonin leur intima d’attendre avant d’agir. Ils montèrent et se retrouvèrent face à un vieil homme avec une longue barbe. Les Mangemorts s’esclaffèrent en voyant l’état dans lequel se trouvait Dumbledore. Antonin les fit taire pendant qu’il assistait à la confrontation. Il regarda Malefoy dialoguer avant de lever enfin sa baguette. Sauf que son sort de la mort rebondit après l’avoir lancé et un sort fusa lancé par un des Mangemorts durant la bataille qui se jouait entre Drago et Dumbledore. Il frappa de plein fouet Dumbledore qui s’affaissa et tomba de la tour. Antonin se retourna vers le Mangemort en question. Il découvrit Rogue et en eut le souffle coupé. Tout le monde le considéré comme un traitre, se dit-il. Il venait de leur fermer le clapet. Il récupéra Drago qui était allongé et se mit à courir en voyant un éclair fuser au-dessus de sa tête. Ils redescendirent et réussirent à cheminer jusqu’au parc où ils transplanèrent en dehors de l’enceinte de l’école. Antonin regarda avec dégout Rogue.
— Tu viens de signer son arrêt de mort.
— Il n’aurait pas eu la force. Dumbledore était trop puissant même en étant autant diminuée.
— Voldemort ne lui pardonnera jamais.
— Laisse-nous maintenant Antonin. Je m’occupe de lui. Rentre faire ton rapport à notre maitre.
En une seconde gracieuse Rogue transplana en tenant Drago par la main. Antonin en profita pour transplaner lui aussi et se retrouva devant son maitre où il lui expliqua tout ce qu’il venait d’arriver.

PRIX

Image de Harry Potter 2017

Thèmes

Image de Fanfiction Harry Potter
58

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Potter
Potter · il y a
C'était super, j'ai bien aimé, je vote !
Si tu veux voir ma nouvelle :
Neville mène la résistance à Poudlard
N'hésite à venir jeter un petit coup d’œil, la lire et me soutenir !

·
Image de Chantane
Chantane · il y a
ce fut un plaisir de vous lire, mon vote
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
une histoire pertinente et intéressante! Bravo, je suis restée captivée :)
Si cela t interesse je participe au concours avec un fanart, une peinture, n hesite pas a aller voir si tu as du temps et à voter si cela te plait :)
http://short-edition.com/oeuvre/strips/hermione-au-bal-de-noel-hyperrealisme#

·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Des noisettes pour ce grand dialogue : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
·
Image de Philshycat
Philshycat · il y a
Des noisettes pour ce grand dialogue : http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ecureuil-furtif
·
Image de Camille Dubois
Camille Dubois · il y a
Une bonne histoire dans le fond, un personnage intéressant et des passages que j'aime beaucoup dans la saga! Donc bravo, je te conseille juste de faire attention à l'orthographe et aux formulations de tes phrases car on a du mal à comprendre ce que tu veux dire! Mais je te donne tout de même mon vote car c'est une histoire original sur un personnage qu'on ne voit pas souvent, et j'ai beaucoup aimé quand tu racontes sa vie d'avant et lorsqu'il rejoint Voldemort.

Si tu as envie je participe aussi avec http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/une-lumiere-verte-et-tout-disparut dis moi ton avis ;)
Bonne chance!

·
Image de Ewimonde93
Ewimonde93 · il y a
Je laisse toujours une trace de mes passages, alors... je ne vais pas déroger à ma propre règle. Trop de fautes, formulations maladroites, je n'ai pas pu continuer ma lecture. Avec un tel personnage, j'aurais voulu - et il aurait fallu -, trouver une ambiance sombre et lourde dès le départ.
Bonns chance !

·
Image de Arlo
Arlo · il y a
Écriture maîtrisée avec des évènements qui bougent bien. J'aime. Vous avez les votes d'Arlo qui vous invite à découvrir son poème " à l'air du temps" en finale du grand prix été poésie. Bonne chance à vous et bonne journée.
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
bien vu et bien tourné...Bravo Lance :)
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
+ 5 pour votre oeuvre. Merci pour cette page magique Lance67 !
A mon tour, je souhaite vous entraîner dans mon univers pour 2 minutes :
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/milonga

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Benoit, demain, va fêter ses vingt-cinq ans et n’a qu’une idée en tête durant toutes la journée où il est en cours. Ses professeurs le grondent plusieurs fois, mais il s’en moque et rit en ...