4
min

6 - MORTELS PASSAGES

Image de Zutalor!

Zutalor!

152 lectures

28

S’étant pris d’affection pour le couple Huguette-Auguste, ou tout simplement habitués à suivre leurs aventures, certains lecteurs regretteront la mort prématurée de leurs héros. Suffit-il, pour les consoler, de citer le proverbe « à quelque chose malheur est bon » ? Rien n’est moins sûr, et pourtant il faut penser que sans cet épouvantable drame causé par un train en perdition entraînant ses malheureux passagers dans les eaux glacées du Lac Baïkal, oui, sans ce drame, personne n’aurait jamais entendu parler de « l’incroyable Violette ».
« L’incroyable Violette »... C’était le surnom que lui avaient donné ses instituteurs. En ce temps-là, temps bien étrange, la loi était claire : chaque fois qu’ils décelaient des signes d’intelligence précoce chez un enfant, les éducateurs devaient, en toute discrétion, court-circuiter les échelons hiérarchiques entre leur chef d’établissement et le cabinet du président de la république. Signaler directement aux plus hautes autorités l’existence probable d’un futur génie devenait un devoir sacré. Ceci accompli, deux inspecteurs dûment mandatés descendaient de Paris, de minces porte-documents en cuir de vache limousine taché de noir et blanc sous le bras. Leurs questions, Violette y avait réfléchi depuis, pouvaient paraître vicieuses mais n’en étaient pas moins finement rédigées. Elles privilégiaient le bon sens inné qu’un être humain possède au début de sa vie, somme toute une démarche assimilée à un inventaire de ses capacités avant le grand formatage que l’esprit des enfants allaient subir à l’école.
L’attention de Violette fut brusquement attirée par la vue d’une araignée qui, descendue à toute vitesse du plafond de la nef, venait de se poser sur la tête de l’officiant. Celui-ci était justement en train de rappeler à ses neveux qu’Auguste leur avait sauvé la vie. Il faudrait, pensa-t-elle, poser à chacun d’eux la première des cinq questions de la liste D.L.G. « Détection des Génies ». Cette pratique perdue, la liste existait-elle encore ?
La cérémonie s’éternisait. Le chauffage fonctionnait au maximum, et les maîtres de cérémonie piquaient du nez. Ils n’étaient d’ailleurs pas les seuls dans ce cas-là, rares étaient les personnes en capacité d’aller leur tapoter l’épaule pour les tirer de leur assoupissement. Violette profita d’une séquence de recueillement particulièrement longue pour se repasser le film des débuts de sa vie. Dans les rôles principaux apparaissaient d’abord ses parents. Ils désiraient ardemment la garder au magasin. Malheureusement, il avait fallu les mettre devant le fait accompli, incapables qu’ils étaient de se rendre compte que c’était un non-sens de vouloir transformer leur fille en vendeuse d’épuisettes et de casquettes de pêcheurs. Contrairement à ses sœurs qui rêvaient d’une vie paisible, ce qui intéressait Violette, c’était de prendre le large, de s’éloigner de la vie étriquée qui régnait à Bourg-sur-Chambard. C’est le jour de son seizième anniversaire que la majorité civile des citoyens fut fixée à dix-sept ans. Cela aida considérablement la jeune fille à prendre la décision de partir. L’année suivante, son bac en poche — au grand dam de certains qui l’avaient trop portée aux nues, une sorte d’ultime pied de nez qu’elle n’avait jamais osé leur adresser, elle n’obtint qu’une mention « passable » —, et riche des sommes amassées en gagnant des concours de pianos ou qui, plus simplement, provenaient de la partie inaliénables des bourses accordées par l’État en raison de son « génie », Violette monta à Paris, s’inscrivit au Conservatoire, et commença à vivre comme elle l’entendait. Travail, rencontres et talent aidant, elle était patiemment venue à bout de toutes les difficultés du métier. Le sentiment d’être parvenue au sommet de son ascension sociale éclata quand, à l’âge de trente-cinq ans, elle épousa un chef d'orchestre célèbre.
La chaleur qui régnait maintenant dans l’église était insupportable. Violette ôta son manteau en renard blanc qu’un admirateur, un trappeur mélomane du Québec, lui avait offert. Aussitôt, derrière elle, des bruits qui pouvaient ressembler à des sifflets d’admiration, se manifestèrent. Violette se retourna et les bruits cessèrent. Cherchant à apercevoir son mari, elle ne le trouva pas. Pourtant, même lorsqu’il était assis, sa grande taille le rendait aisément repérable. Il n’était pas vraiment beau mais elle l’aimait. Il avait un côté Pinocchio. Selon ses émotions, Bernie Lanote pouvait faire prendre à son nez la forme d’un pis plein de lait, puis, dans la minute suivante, jouer en gonflant et dégonflant ses narines de la cornemuse. Ses oreilles, aussi, avaient quelque chose de bizarre, en ceci qu’elles défiaient les lois de la symétrie : une énorme feuille de bananier à droite, un pétale de marguerite à gauche, on aurait dit des cymbales désappariées.
Violette se souvint avoir épousé Bernie pour deux raisons. D’abord, il la faisait rire ; et ensuite, il était doté d'une belle énergie. Un peu émue, elle repensa à la tête dépitée de son futur mari quand, avant d’accepter de passer à son doigt la bague qu’il lui avait apportée, elle avait exposé ses conditions. Il la croyait peut-être oie blanche et manipulable ; elle exigea qu’il lui promette de respecter une stricte monogamie. Parfaitement renseignée sur le nombre de contrebassistes et de joueuses de hautbois tombées sous le charme de ses coups de baguette, Violette avait tout de suite eu conscience qu’il fallait, exactement comme on dresse un cheval, mettre au pas ce grand coureur devant l'Éternel. Et elle y était parvenue.

Au terme de cette évocation, la jeune femme se sentit pénétrée par la beauté d’un chant. Un chant un tantinet swinguant, ce qui lui rappela qu’elle s’était essayée aussi, avant d’épouser Lanote, à la chanson de variété.
Le marché de la chansonnette, à l’époque, était très encombré. Pourtant, alors que ses concurrentes s’étaient montrées beaucoup moins bonnes copines qu’empressées à lui savonner la planche, elle avait réussi à figurer, une seule fois, mais c’était en numéro un, au top du hit parade. Le titre de son œuvre, par la suite, devint même un standard : « Tu seras le seul, sinon gare à tes doigts, Baby » fut repris maintes et maintes fois en chœur au cours de milliers de concerts.
Bernie avait vingt ans de plus que Violette et la différence d'âge commençait à se ressentir. S’il continuait à diriger correctement des orchestres, dans la vie courante, la Lune était de plus en plus souvent son territoire de prédilection. Quand il se promenait seul en ville, par exemple, inattentif à la circulation, qu’il se déplace à pieds, à vélo ou en voiture, Bernie représentait une source de danger non négligeable. Son entourage avait beau lui répéter qu'il devait faire attention et traverser dans les clous, on n’était jamais certain que sa bonne volonté parviendrait toujours à vaincre sa distraction.
Et c’est ainsi que le jour même des obsèques de sa belle-sœur et de son beau-frère, l'époux de Violette commit l’erreur de trop.

(A suivre...)

Theme

Image de Nouvelles
28

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un épisode particulièrement pertinent sur le « traitement » des enfants précoces. J’avais loupé celui-là.
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Vous en êtes "zune autre" ! ;o)
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Pour l’avenir intellectuel d’un enfant, ne pas trop écouter le résultat des tests de tout poil...
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
De plus en plus captivant, j'adore, je vais vite lire la suite
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
"Hé, hé" encore...
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
Bernie et Violette ..mais je les aime
·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
La vie de Violette se déroule sous nos yeux en même temps que l'enterrement.
Bon, c'est pas tout, mais qu'est-ce qu'il a fait Bernie encore ?!!!
Je me charge les 6 autres Mortels Passages.
J'ai vu que tu avais continué l'écriture de ta sage ?
Chouette !
Super chouette même !

·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Bernie Lanote... Hum, même si je viens de te reécrire le 7, c'est toujours pas son jour de chance.
Mais nous, on est toujours vivants, alors à bientôt ! ;-)

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
Alors je vais charger la nouvelle version dans ma liseuse !
Le 7, ça porte bonheur pourtant !
A plus !

·
Image de André Page
André Page · il y a
Je fonce pour connaître l'Erreur, qui vient de prendre la majuscule de l'impatience à savoir :)
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Attention André ! Risque de glissades... ;-)
·
Image de Ganga
Ganga · il y a
Mais si je l'ai lu! Bon, j'ai un peu rattrapé mon retard de lecture! Maintenant je vais attendre la suite comme les autres avec impatience.
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
La suite est depuis longtemps arrivée au terme, Ganga ! (as-tu fini cette rocambolesque histoire ?)
;-)

·
Image de Ganga
Ganga · il y a
Merci pour cette échappée belle et folle et pour ces moments de musique... C'était un bon retour sur short
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
J'étais passée voir si tu avais écrit la suite mais non toujours rien...
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Je te promets que je vais m'y remettre sérieusement...
(l'embêtant, c'est que j'ai plusieurs promesses comme ça dans mes casseroles... En tout cas c'est super compagnonnesque de t'être inquiétée ou quasiment de savoir si...) ;0)

·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Bernie aurait-il laisser traîner son nez n'importe où ou tout du moins là où il ne fallait pas ?
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Son nez ou... autre chose, qu'on connait maintenant...
;-)

·
Image de Marie
Marie · il y a
Arfffff ! Coupée en plein élan de lecture ! J'attends la suite avec impatience.
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Ton patience is récompensed...
Salut Marie et bonne semaine, moi je vais visiter Buda et Pest !

·
Image de Marie
Marie · il y a
Ah, bon ! Tu vas avoir froid. Tu me raconteras ?
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Bien sûr ! A bientôt !
·
Image de Emily
Emily · il y a
A suivre??? bien vu!! bravo
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Merci beaucoup. Mais avez-vous lu les épisodes précédents ?
:-)

·