2
min

3 - MORTELS PASSAGES

Image de Zutalor!

Zutalor!

139 lectures

33

On peut penser que, à critiquer à tout va l’administration d’un pays dans lequel on occupe une position enviée, convoitée, jalousée, c’est s’exposer à vivre de sérieux déboires, et derechef quand ce pays s’appelle la Chine. Dans le cas de Feng, les probabilités de se retrouver dans un camp de rééducation avaient été inversées : savamment préparée, appuyée par des réseaux influents, sa promotion dans l’échelle sociale résultait d’un travail de fond parfaitement maîtrisé.
Homme orchestre d’une « faction » soutenant le futur secrétaire général d’un parti de quatre-vingts millions de membres, sa mission avait consisté à rallier les trois-quarts des cadres à l’idée qu’il faudrait un jour s’occuper sérieusement de développer le commerce chinois à l’étranger. Son action souterraine, son entregent, ses contacts au-delà de la Grande Muraille avaient fait merveille et grandement contribué à la chute d’un premier ministre dépassé par le mouvement de l’Histoire. Comme l’avait aimablement raconté Feng à ses hôtes, « le vieux crabe avait trop longtemps mariné dans le bain de l’idéologie politique ; il ne s’était même pas aperçu qu’il y avait ajouté une dose fatale de vinaigre. »
« À partir de là, il était mûr pour cuire comme une crevette ! » avait relevé Huguette, « bon public », laquelle, à la grande joie de Feng, avait tout de suite accompagné d’un grand rire la métaphore culino-mortuaire. Plus politique car instruit par l’expérience de retours de bâton qui peuvent faire très mal, Auguste s’était contenté de prendre un air fataliste en hochant poliment la tête, ce que Feng avait très bien compris. « Les affaires sont les affaires, n’est-ce pas, Gus ? » avait-il sobrement remarqué. Ce à quoi Gus avait simplement répondu : « Tu connais l’expression ‘‘ne pas pousser la volaille trop profond dans le four sinon une partie de la bête sera immangeable’’ ? » Le Chinois connaissait. Alors, pour changer de sujet, les deux hommes avaient évoqué l’opportunité d’ouvrir de nouveaux marchés en Chine, comme faire venir en Chine, par exemple, un milliard de poulets de Bresse. Les arguments qu'avait mis en avant Auguste se tenaient : les chiffres de l’obésité grimpaient en flèche depuis plusieurs années, et le fléau commençait à toucher la classe moyenne, objet de toutes les attentions du gouvernement. Cette catégorie de population, de plus en plus nombreuse, avait vu son pouvoir d’achat augmenter considérablement et, parallèlement, ses envies de ‘‘meilleure bouffe’’. Gus se rengorgea en concluant sa démonstration d’une envolée quasi lyrique. On se serait cru au théâtre. « Adieu canards, chiens et tofu ! Poulets de Bresse à toutes les sauces et à tous les repas, et tu verras comment tes autochtones vont raffoler de ce nouveau plat ! » En face d’un tel enthousiasme, Feng, qui connaissait mieux que quiconque la mentalité de ses compatriotes et savait qu’ils n’échangeraient pas un seul de leurs canards contre mille poulets, fussent-ils de Bresse, prétexta qu’il fallait réfléchir. Si, dans son esprit, affréter mille cargos transporteurs chacun d’un million de poulets n’était pas un problème, il était déjà, outre l’un des principaux exportateurs de charbon, importateur de Cognac, d’Armagnac et de vins de Bourgogne, et il n’avait aucune envie de s’embêter davantage.
Quand pour Feng sonna l’heure du retour au pays natal, la famille Messaivau se rassembla au salon pour lui dire au-revoir. L’ami aux yeux bridés prononça un petit discours de remerciements. Tout de suite après, Auguste leva son verre et porta un toast à la vie, à l’amour et, comme il n’avait pas bien compris la position de Feng dans leur dernière conversation, aux futurs gains de santé du peuple chinois grâce aux poulets de Bresse. Feng ne releva pas l’erreur . Il se contenta de prendre Gus par le coude et de l’emmener faire un tour dans chaque pièce de la maison. Lorsqu’ils furent seuls, Feng, avant d’entamer cette promenade improvisée, mit un doigt sur sa bouche et brandit sous le nez d’Auguste un petit carton sur lequel était écrit « MICRO » en lettres capitales. Au cours de leur périple, le Chinois pointa plusieurs prises de courant et poignées de porte à bouts ronds. Auguste n’en revenait pas. Il ne dit rien, ses yeux exprimaient simplement une double interrogation : « comment et quand avaient-ils pu poser ces micros ? »


(à suivre)

Thèmes

Image de Nouvelles
33

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Si Huguette et Auguste m'ont épatée, alors là Feng chapeau bas, il ne s'en laisse pas compter tout poli qu'il est. Je lirai la suite avec plaisir, très prochainement. A bientôt
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Il me fait très plaisir, votre désir de lecture...
À bientôt donc !

·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
c'est trop bien ..je suis rentrée dans cette drôle de famille
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Tu es l'archi bienvenue au sens propre et, au figuré, tant mieux, la suite te le démontrera, heureusement que tu n'en fais pas partie...
Bonne bonne journée à toi et à toutes les bonnes fées !

·
Image de Margho
Margho · il y a
Luxuriant et loufoque. J'y retourne...
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Margho ! Mais quel plaisir de revoir votre écriture ! Et ici, en plus, et accompagnée par un cheval !
Qu'est-ce qu'ils aiment le plus, les chevaux à part courir au grand air ?
Avec les mots "picotin, naseaux, jument, biche, yeux, selle, galop, matin, aube, trot, robe, garrot, pieds, écurie, feu de camp, lune, boire sous la lune (5), dormir, hennissements clairs (5), etc." on devrait pouvoir faire un bon haïku d'automne gourmand, non ?
À suivre ?

·
Image de Sylvie Loy
Sylvie Loy · il y a
« Tu connais l’expression ‘‘ne pas pousser la volaille trop profond dans le four sinon une partie de la bête sera immangeable’’ ? »
Le Chinois connaissait. => éclats de rire devant mon bébé surpris par mon comportement !
Ces Chinois ont fichu des micros sans se faire remarquer. Et moi lectrice attentive à l'histoire des poulets, je ne m'y attendais pas !
Décidément, tu as une imagination incroyable !
Et là, moi aussi du coup, je me demande « comment et quand avaient-ils pu poser ces micros ? »!!!
Sûrement quand ils étaient tous à bord de la Calypso ou de l'hélico !
(du pur délire !)

·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Je reviens vers toi grâce au retour de Margho et m'aperçois que je n'avais pas répondu à ta question, ce qui me navre beaucoup. Non, je ne connaissais ni n'avais entendu l'expression. Je te le révèle aujourd'hui : c'est ce finaud de Feng qui a posé les micros. Il avait demandé (à la québécoise) "les toilettes, c'est à quelle place, s'il vous plaît", et comme celles du rez-de-chaussée étaient en réparation, Huguette l'avait envoyé au premier. Sacrée histoire, hein ?
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
As-tu lu ceci, consommé sans avoir recours à un four ?
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/retour-bergerie

·
Image de André Page
André Page · il y a
Adieu tofu adieu madras! et patatras, les micros! nous voilà bien!
·
Image de Marie
Marie · il y a
Ça se corse !
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
un crabe, du vinaigre, une crevette, des poulets, des canards et du charbon... Tu nous prépares un nouveau met ? ;o)
·
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Un milliard de poulets de Bresse ! Elevés au grain, en liberté.... Contre un milliard de canards élevés au grain, en liberté. Deux milliards de bêtes à plumes sur les océans... Bon, maintenant les micros.
·
Image de Athor
Athor · il y a
Une discussion gastro-économique. Je me faisais la réflexion en lisant qu'un poulet de Bresse laqué serait sûrement très bon^^ Feng a raison, les chinois ne renonceront sûrement pas aussi facilement au canard. La fin amène une ambiance plus sérieuse qui fait avancer l'intrigue, hâte de voir qui sont ces "ils" ou bien s'il s'agit d'un bluff de l'espion.

Remarque annexe : j'aurais mis "à plus forte raison" plutôt que "derechef" dans le première phrase.

·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
Vos commentaires sont, en général, précieux et intéressants : la grand merci à vous.
^^Qui sont donc ces "ils" ? "On" risque de ne pas le savoir tant ces gens aiment à rester hors de la lumière...
Bonne journée et à bientôt.

·
Image de Evadailleurs
Evadailleurs · il y a
Atmosphère, atmosphère !...
·
Image de Zutalor!
Zutalor! · il y a
^^Comme vous dites... Suis allé voir hier les 3H15 du documentaire de Bertrand Tavernier "Voyage à travers le cinéma français"... Passionnant, en tout cas pour ceux qui sont passionnés. Ce matin, je voulais revoir la fameuse scène sur le pont au-dessus du Canal St-Martin et voilà que je découvre qu'on peut accéder au film entier ! Je vous l'offre ? Voici...
https://www.youtube.com/watch?v=mt2A4fG1-7c

Et bonne journée...

·
Image de Evadailleurs
Evadailleurs · il y a
Merci pour le cadeau ! je me je réserve pour le prochain jour de pluie ...
·