Temps de lecture
1
min
poésie 445LECTURES

Les Tragiques

Lyon, tous tes lions refusèrent l'office :
Le vil exécuteur de la haute justice,
Le soldat, l'étranger, les braves garnisons
Dirent que leur valeur ne s'exerce aux prisons.
Quand les bras et les mains, les ongles détestèrent
D'être les instruments qui la peau déchirèrent,
Ton ventre te donna de quoi percer ton flanc ;
L'ordure des boyaux se creva dans ton sang.

Voilà Tournon, Viviers et Vienne et Valence
Poussant avec terreur de Lyon l'insolence,
Troublés de mille corps qu'ils s'éloignent ; et puis
Arles, qui n'a chez soi ne fontaines ne puits,
Souffrit mourir de soif, quand du sang le passage
Dix jours leur défendit du Rhône le breuvage.
Ici, l'ange des eaux cria : « Dieu qu'on adore,
Qui es, qui as été, et qui seras encore,
Ici tu as le droit pour tes saints exercé,
Versant le sang à boire à ceux qui l'ont versé. »