Pauline Mary Tarn ou Renée Vivien ou encore, Sapho 1900 comme ses contemporains l’appelèrent est une autrice d'origine britannique de la Belle époque. Elle se revendiqua autant du Parnasse que du  [+]

Comme je m’acheminais vers la colline, je rencontrai le Vent du Nord.
Il était vêtu d’un grand manteau de neige et sa couronne de glaçons étincelait.

Il me dit : « Laisse-moi t’emporter vers les immuables blancheurs.
« Tu verras les aurores incomparables, les mers immobiles et lumineuses, les montagnes de cristal qui flottent sur les eaux et les solitudes pâles au fond de l’éternel silence. »
Je répondis au Vent du Nord :
« Mon âme est retenue au village par le sourire indécis d’une vierge. »
Le Vent du Nord s’enfuit dans un frisson d’ailes. Comme je m’acheminais vers la colline, je rencontrai le Vent de l’Est. Il était vêtu de pourpre et sa couronne de rayons flamboyait.

Il me dit : « Laisse-moi t’emporter vers la lumière.
« Tu verras le faste des couleurs, les dorures des pagodes aux clochetons bizarres, le chatoiement soyeux des robes de mousmés et la naissance glorieuse du Soleil. »
Je répondis au Vent de l’Est :
« Mon âme est retenue au village par le sourire indécis d’une vierge. »
Le Vent de l’Est s’enfuit dans un frisson d’ailes.
Comme je m’acheminais vers la colline, je rencontrai le Vent du Sud.
Il était vêtu d’or et sa couronne d’étoiles resplendissait.

Il me dit : « Laisse-moi t’emporter vers l’azur.
« Tu verras les forêts aux végétations paradoxales, la grâce des lionnes et la subtilité des panthères, les reptiles indolents et splendides, les temples et les ruines, les sphinx accroupis dans les déserts, les oasis et les mirages, et l’inexprimable magnificence des fleurs. »
Je répondis au Vent du Sud :
« Mon âme est retenue au village par le sourire indécis d’une vierge. »

Le Vent du Sud s’enfuit dans un frisson d’ailes.
Comme je m’acheminais vers la colline, je rencontrai le Vent de l’Ouest.
Il était vêtu de vert tendre et sa couronne de perles rayonnait.

Il me dit : « Laisse-moi t’emporter vers la mer.
« Tu verras l’infini des horizons ruisselants et le charme mystique des brumes, le passage des voiles dont la blancheur légère se colore, vers le soir, de violet et d’orange, et l’étendue fabuleuse des Océans. »
Je répondis au Vent de l’Ouest :
« Mon âme est retenue au village par le sourire indécis d’une vierge. »
Le Vent de l’Ouest s’enfuit dans un frisson d’ailes.

0