Image de Raoul Ponchon

Raoul Ponchon

1848 - 1937

Ce poète ivrogne, porté sur le fruit de la vigne et les cabarets parisiens, se considérait lui-même comme un écrivain de troisième rang et n'a jamais souhaité être publié. Un seul recueil sera imprimé de son vivant, plus ou mois contre sa volonté, La Muse au cabaret, qui en dit long sur ses occupations quotidiennes. Buveur d'absinthe patenté et fin gourmet, les plaisirs de la table sont un thème majeur de ses écrits. Journaliste pendant un temps, il écrit ses chroniques en vers : ce sont des textes décapants qui offrent une vue intéressante sur la vie des quartiers populaires du Paris de la Belle Époque.


Classique

Chanson

Si j’étais roi de quelque endroit,
Tout mon peuple serait ivrogne,
Car je punirais sans vergogne
Les ceuss qui marcheraient trop droit.
J’aurais des ministres suaves
Chargés tout... [+]

Classique

Chez le mastroquet

Si tu n’es pas un vil esclave,
Un triple cocu de marchand,
Tu nous bailleras sur le champ
Le vin que tu bois dans la cave ;
Et puis tu nous épargneras
Ta chienne de face ridée
À ne... [+]

Classique

Cléo de Mérode ?

Une très fine statuette
Étonne au Salon tous les yeux
Et fait travailler la luette
De ces dames et ces messieurs.
Elle séduit tôt par sa mise
Qui est celle d’une beauté
Venant de... [+]

Classique

Poète et laboureur

« Qu’yvraie, qu’aubifoins, que ponceaux inutils. »
(Agrippa d’Aubigné.)
Un poète, le nez au vent,
Musait par la campagne,
Enthousiaste, épris, rêvant
De rimes... en... [+]

Classique

Vers de Noël

À Raoul Ponchon.
Au diable la poésie,
Mon ami Ponchon,
Mangeons avec frénésie
Du rose cochon.
Est-ce que Noël, poète,
Ô fleur des couyons,
N’est pas la plus belle... [+]

Classique

Bistro

Un procès ayant été intenté à M. Pierre Decourcelles par un marchand de vins qui considère comme une injure le mot « bistro » appliqué à sa corporation, la cinquième chambre a... [+]

Classique

Dégustations

À Alfred Pouthier.
C’était à l’Exposition,
Rayon des dégustations,
Je cherchais, afin de m’abstraire,
Un coin solitaire et discret,
Quand j’aperçus un cabaret
Que j’aimais... [+]

Classique

Cochons de bois

Tournez, tournez, bons cochons de bois.
P. Verlaine.
Je ne me suis amusé guère
À cette foire de Neuilly.
Serait-ce que depuis la guerre
J’aurais autant que ça vieilli ?
C’est... [+]

Classique

Chanson

Au sculpteur Desbois.
Le joli vin de mon ami
N’est pas un gaillard endormi ;
À peine échappé de la treille,
Sans se soucier de vieillir,
Il ne demande qu’à jaillir
De la... [+]