Temps de lecture
1
min
poésie 60LECTURES

Le nu dans le crime

es deux assassins de M. Rémy s’étaient mis nus pour commettre leur crime.

... Quant à moi, dès que je connus
Que les assassins étaient nus,
Sans perdre une seconde,
Et de mon pas le plus léger,
J’allai chez Monsieur Bérenger,
À l’âme pudibonde.

Car notre illustre sénateur
Étant le plus grand contempteur
Du Nu, qui soit en France,
Il me semblait intéressant
D’avoir son avis entre cent,
En pareille occurrence.

Telle était donc la question :
Connaître son opinion
Sur le « Nu dans le crime »,
Sur ce Renard et son ami
Dont ce pauvre Monsieur Rémy
Avait été victime.

Dès qu’il me vit : « Les scélérats !
Fit-il – les sombres choléras !
Tenez j’en meurs de honte,
Pour mon pays, s’il est bien vrai
Que le crime fut perpétré,
Ainsi qu’on le raconte.

« Ce fin Renard et son « comtois »
Cet imbécile de Courtois,
Laissez-moi vous le dire,
Sans préjuger de leurs desseins,
Me semblent moins des assassins
Que d’ignobles satyres.

« Ils avaient – dit-on – adopté
Une complète nudité,
Pour occire leur maître ;
– Il fallait éviter le sang,
Sur leurs habits, les accusant,
Pouvant les compromettre.

« Allons donc ! Vous n’y pensez pas,
Ce serait en faire, en ce cas,
Des criminels-artistes ;
Mais non, ce sont des possédés.
C’est ce que nous appelons des
Exhibitionnistes.

« Ils n’avaient rien prémédité
Qu’une extrême impudicité...
Et c’est à mon estime,
Alors qu’ils se virent tout nus.
Atroces, hideux, saugrenus,
Qu’ils conçurent leur crime.

« Crime horrible et sans précédents !
Car ces deux misérables, dans
Leur folie ordurière,
Tout en le lardant d’un poignard,
À cet infortuné vieillard
Montrèrent leur derrière.

« Qui sait si ce n’est pas d’abord
De ce spectacle qu’il est mort ?...
À quatre-vingts ans d’âge,
Où l’on est au bout de son fil,
Soyez bien persuadé qu’il
N’en faut pas davantage.

« Enfin, tel est mon sentiment :
Il est mort de saisissement,
Ce vieillard, sans nul doute.
Oui, de saisissement – plutôt
Que des treize coups de couteau
Qu’il reçut, somme toute.

« – Pensez donc ! au coup de minuit,
Un derrière qui vous poursuit,
Terrifiant et blême !
Moi-même je mourrais... d’ennui,
En plein jour, rien qu’à voir celui
De Vénus elle-même ! »

1908