Temps de lecture
1
min
poésie 62LECTURES

La question du corset

Faut-il mettre un corset
Ou n’en faut-il point mettre ?
Montaigne dit : qui sait ?
Et Rabelais : peut-être !

That is the question
D’ailleurs fort importante
Dont la solution
D’abord semble évidente.

Mais la faire plaider
Par ces dames, je pense
Qu’autant vaut demander
Au Pape une audience.

Nulle n’en a besoin
Nous l’entendons de reste,
Et c’est un autre soin
qu’elles ont en la teste.

Que s’il faut, à mon tour,
Dire ce que j’en pense,
Je dirai sans détour,
Sans me mettre en dépense :

Mon Dieu... cela dépend :
Si le sein tend sa crête
Il n’en faut pas ; s’il pend
Il convient qu’on l’arrête.

Pour les seins purs et durs
Comme le plus dur marbre,
Admirables fruits mûrs
– Orgueil, oh ! de quel arbre ! –

Qui craquent sous la dent,
Ce corset vexatoire,
Il est bien évident,
Est superfétatoire.

Mais il en est, Dieu sait !
Mieux dénommés tétasses
Remplissant un corset
Comme l’eau une tasse.

Pour un qui fait le beau
Combien c’en est de vagues
Où tu vas en bateau,
Et combien sont des blagues !

Ces autres sont des mous
Derrière une charrette,
Cachant sous leurs remous
Des poissons sans arêtes.

D’aucuns seront des boules
De billard dans des bas,
Qui carambolent, soûles,
Au plus chaud des combats.

Tu peux avec ceux-ci
Mis au bout d’une hampe
Nettoyer ton fusil
Ou ton verre de lampe.

Un corset pour eux ! c’est
Encore dérisoire ;
Suffit-il d’un corset
Pour contenir la Loire ?...

Mais, lecteur, je crois voir
Ce qui vous intéresse :
Vous voudriez savoir
Quoi pense ma maîtresse

Sur ce sujet ? Tout bas
Je vais vous en instruire :
La chère ne sait pas
Ce que corset veut dire.