Temps de lecture
2
min
poésie 79LECTURES

À Cynthie IX

Si ta vue alimente et fait naître des feux
Que ton absence éteint, c'est la faute à tes yeux.

Aux murs de Télégon, réponds, que vas-tu faire ?
Tout oracle à Préneste offre un conseil contraire !
Quel motif à Tibur conduit ton char roulant ?
Sur la voie Appienne où cours-tu fréquemment ?
Plaise au ciel qu'en ces lieux tu sois toujours, Cynthie !
Mais, quand dévotement dans le bois d'Aricie,
Au milieu des flambeaux, tu veux montrer ta foi,
La foule me défend ta confiance en toi.
Tu vois avec dédain les somptueux portiques,
Les colonnes de prix, les tapis magnifiques,
Les arbres alignés, d'une égale hauteur,
Ces jets près de Maron répandant la fraîcheur,
Ces ondes qu'un triton épanche avec usure,
Quand dans Rome elles ont promené leur murmure.
Vaine erreur, si tu crois déguiser tes amours,
Ou te soustraire à moi par tes nombreux détours !
En efforts impuissants tu consumes ton âme,
Car tu tends des filets dont je connais la trame.

Ce qui me touche est peu, mais je vois ton honneur
D'un blâme général mériter la rigueur.
Par des récits fâcheux mon oreille surprise
M'apprend qu'en tout endroit Cynthie est compromise.

Mais, Properce, dois-tu croire de faux discours
Que contre la beauté la haine tient toujours !
Le soleil, je le sais, te rend ce témoignage
Que tu n'as préparé nul funeste breuvage,
Et quand tu passerais deux nuits à de longs jeux,
Pour d'aussi légers griefs en rien je ne m'émeus.
Pour suivre un étranger jadis s'enfuit Hélène
Et revint sous son toit sans subir nulle peine.
De Mars, jadis Vénus connut les tendres soins.
L'Olympe pour ce fait l'en honora-t-il moins ?
Eprise d'un berger dont la beauté la touche,
Elle chercha Pâris et partagea sa couche.
Les Silènes pourtant, les nymphes des forêts
Et Bacchus sont témoins de ses ébats secrets ;
Leur foule dans la grotte autour d'elle se presse
Et lui jette des fruits que revoit la déesse.

S'enquiert-on, dans ce temps de vicieux transports,
Comment, par qui la femme a gagné ses trésors !
O Rome, tu serais ville digne d'envie
Si tu devais rougir de la seule Cynthie ;
Mais Lesbie, avant elle, avait impunément,
Plus coupable, failli, sans nul antécédent.
Vous pouvez, ignorant nos mœurs plus que légères,
Chercher des Tatius, des Sabines sévères ;
Mais c'est vouloir des mers tarir les vastes eaux,
Ou ravir de ses mains les célestes flambeaux,
Que d'exiger du sexe une conduite sage.
La chasteté peut-être était-elle en usage
Lorsque régnait Saturne, en ce temps de revers
Où, sous Deucalion, l'eau couvrit l'univers.
Mais vous ne citerez ni déesse ni femme
Qui ne brûle jamais d'une impudique flamme.
D'un farouche taureau l'éclatante blancheur
Enflamme de Minos la femme sans pudeur ;
Malgré des murs d'airain et la tour qui l'enserre,
Danaé plie et cède au maître du tonnerre.

De Rome et de la Grèce imite les beautés
Tu n'auras point par moi tes désirs arrêtés.