Temps de lecture
1
min
poésie 69LECTURES

L'enrhumé

Quoi ! pas un seul petit couplet !
Chansonnier, dis-nous donc quel est
Le mal qui te consume ?
– Amis, il pleut, il pleut des lois ;
L’air est malsain, j’en perds la voix.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

Chansonnier, quand vient le printemps,
Les oiseaux, plus gais, plus contents,
De chanter ont coutume.
– Oui, mais j’aperçois des réseaux :
En cage on mettra les oiseaux.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

La Chambre regorge d’intrus ;
Peins-nous l’un de ces bas ventrus
Aux dîners qu’il écume.
– Non ; car ces gens, si gras du bec,
Votent l’eau claire et le pain sec.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

Pour nos pairs fais des vers flatteurs ;
Des Français ce sont les tuteurs :
Qu’à leur nez l’encens fume.
– Non, car ils ont mis de moitié
Leurs pupilles à la Pitié.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

Peins donc S...... l’anodin ;
Peins-nous sur-tout P...... Dandin,
Si fort quand il résume.
– Non : Cicéron m’a convaincu.
P...... dirait : Il a vécu.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

Mais la Charte encor nous défend ;
Du roi c’est l’immortel enfant :
Il l’aime, on le présume.
. . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . .
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.

Qu’ai-je dit ? et que de dangers !
Le ministre des étrangers,
Dandin, taille sa plume.
On va m’arrêter sans procès :
Le vaudeville est né français.
Amis, c’est là,
Oui, c’est cela,
C’est cela qui m’enrhume.