Le dédommagement. Imitation de Ménandre

1 min
53
lectures
0

L'identité de cet auteur latin est incertaine. On lui attribue le Satyricon, premier « roman » de toute la littérature, qui ne nous est parvenu que par fragments. L'œuvre, écrite en bas  [+]

Si je ne puis jouir, qu’il me soit du moins permis d’aimer.
Que d’autres jouissent, j’y consens ; je ne leur porte point envie. C’est faire son propre supplice, que d’être jaloux du bonheur d’autrui. Vénus couronne les vœux de ceux qu’elle favorise. Cupidon m’a donné les désirs, mais il me refuse la possession.
Heureux mortels ! savourez des baisers de flamme ; froissez, par de douces morsures, des lèvres de rose ; collez une bouche amoureuse sur des joues qu’anime le fard de la nature, sur des prunelles qui brillent comme des diamants ! Faites plus : lorsque étendus près de votre belle, sur une couche moelleuse, vos membres, vos poitrines s’unissent, s’attachent par la glu du plaisir ; lorsque l’instinct du désir excite votre maîtresse à seconder vos efforts amoureux ; lorsqu’elle gémit d’une voix éteinte par le plaisir, pressez sa gorge d’albâtre, serrez-la plus étroitement dans vos bras, tracez de nouveaux sillons dans le champ de Vénus ; redoublez d’ardeur ; et, parvenus au terme de la carrière, les yeux égarés, prêts à rendre l’âme, épuisés de plaisir, faites pleuvoir dans son sein une tiède rosée. Voilà votre lot, à vous que Vénus favorise. Mais laissez-moi, du moins, cette vaine consolation : si je ne puis jouir, qu’il me soit permis d’aimer.
0
0