Temps de lecture
1
min
citations/pensées 97LECTURES

La métempsychose. Imitation de Platon

Tandis que je cueillais un baiser suave sur les lèvres de mon jeune ami, et que j’aspirais sur sa bouche entr’ouverte le doux parfum de son haleine, mon âme, souffrante et blessée, se précipitait sur mes lèvres, et, cherchant à se frayer un passage entre celles de cet aimable enfant, s’efforçait de m’échapper.
Si ce tendre rapprochement de nos lèvres eût duré un seul instant de plus, brûlée des feux de l’amour, mon âme passait dans la sienne et m’abandonnait. Ô prodigieuse métamorphose ! mort par moi-même, j’aurais continué de vivre dans le sein de mon ami !