Temps de lecture
1
min
poésie 54LECTURES

Le fossoyeur

Le fossoyeur-bedeau
Se fait toujours attendre...
Les porteurs vont reprendre
Leur funèbre fardeau.

En soufflant ses grands cierges
L’officiant se dit :
« Mon sacristain maudit
Court encor les auberges ! »

Enfin, on s’achemine
Au cimetière, et là
Riant tout fort, voilà
Chacun changeant sa mine.

Car, une voix sereine,
Avec l’accent gouailleur,
Celle du fossoyeur,
Monte et dit, souterraine :

« C’te nuit, un coup d’boisson
M’a fait perd’ la raison ;
Comm’ j’étais dans la place
J’ai réchauffé la glace.

Vos libera, quoiq’ saoul,
J’les entends ben d’mon trou :
Que l’bon Dieu les exauce !

Pauv’ mort ! t’attends ta fosse ?
Tu l’auras ! laisse avant
S’désenterrer l’vivant ! »