À M. S. G.

1 min
142
lectures
0

Sa vie sulfureuse fascine autant que son œuvre. Il est un des principaux auteurs romantiques anglais. Ami avec Shelley, il ne goûte cependant pas la poésie de son confrère John Keats. Don Juan  [+]

Chaque fois que je vois tes lèvres charmantes, je suis tenté d’y déposer un baiser de flamme ; mais ce bonheur céleste, je me l’interdis : ce serait une félicité coupable.
Quand je pense à ce sein éclatant de blancheur, je brûle d’en toucher la neige ; mais ce désir audacieux, je le réprime, de peur de troubler ton repos.
Un regard de ton œil pénétrant me fait palpiter ou d’espoir ou de crainte ; pourtant je cache mon amour, et pourquoi ? – C’est que je veux t’épargner des larmes de douleur.
Jamais je ne t’ai dit mon amour, mais tu n’as que trop vu ma flamme ardente ! Est-ce maintenant que je dois t’entretenir de ma passion, afin de changer en enfer le ciel de ton âme ?
Non, car tu ne peux jamais être à moi ! Jamais l’église ne pourrait sanctionner notre union. Ô mon amie ! tu ne m’appartiendras jamais que par des liens purs et célestes !
Que mon feu se consume donc en secret ! Qu’il se consume ! je te le laisserai ignorer. J’aime mieux mourir que de laisser briller sa lueur criminelle.
Je ne veux point soulager mon cœur torturé en détruisant la paix du tien. Plutôt que de t’infliger un coup aussi cruel, je préfère étouffer en moi toute pensée présomptueuse.
Oui, tes lèvres adorées, pour lesquelles je braverais plus que je n’ose dire, j’en fais le sacrifice. Pour sauver ton honneur et le mien, je le dis maintenant un dernier adieu.
Je renonce à presser sur mon cœur ton sein charmant ; je resterai seul avec mon désespoir : je renonce à tes doux embrassements. Ah ! pour les conquérir, je puis m’exposer à tout, hormis à ton déshonneur.
Du moins, tu resteras pure : nulle matrone n’aura le droit de parler de ta honte. Je serai en proie à d’incurables douleurs, mais je ne t’aurai point immolée à l’amour.
0
0