Temps de lecture
1
min
conte 64LECTURES

Le maçon

Incapable de l’imiter, je voudrais le comprendre. D’abord, ce qui m’étonne, c’est que, de son marteau pointu des deux bouts, il ne se crève pas l’œil et ne se tape jamais sur les doigts.
Puis, d’un coup de truelle, il flanque une première gifle de mortier au mur. Vite il la ramasse et de nouveau en frappe le mur. Avec plus de soin, il la ramasse encore pour l’appliquer au même endroit. C’est maintenant une succession de gifles rapides qui diminuent chaque fois, marquent et sonnent de moins en moins, jusqu’à la dernière, petite chiquenaude donnée d’un geste machinal, qui colle sans éclat et reste. L’homme est là depuis cinq heures du matin. Il ne s’en ira qu’à sept heures du soir. Et il ne perdra rien de sa journée. Il fera le jardinier, il se plantera, pour sa consommation personnelle, des pois jusqu’à ce que dans la nuit noire, il ne distingue plus ses pieds de la terre.
Ah ! j’ai bel air, les mains dans mes poches, une fleur aux lèvres, à le regarder. Sans doute, je risque de recevoir au nez un peu de ciment. C’est crâne !
Espèce de fainéant, saute donc sur une pioche, rends-toi utile, tâche de suer, au moins pour ta santé, coupe la mauvaise herbe des allées ! Tu mangeras et tu dormiras mieux.
Et j’attrape une pioche.
Aussitôt le chien aboie. Il ne me reconnaît plus.