Le classicisme

Le classicisme sera votre seconde maman, et quelle mère-poule ! Elle vous apaisera par de jolies formules mais saura être ferme : pas de bagarre ! Elle formera votre morale, et vous pourrez lui confier vos passions. Cependant, la crise d'adolescence n'est jamais loin, et le baroque attend au tournant...

Apéritif

« Je vis de bonne soupe, et non de beau langage. »

Molière

La genèse

Le terme « classique » est pour la première fois utilisé par Stendhal au XIXème siècle pour désigner les œuvres du XVIIème qui s’inspirent de l’art antique. Le classicisme est un humanisme qui s’applique à l’analyse et à la peinture de l’homme en se référant à l’enseignement des anciens, mais il a des valeurs propres et strictes : la discipline, l’ordre et la régularité.

L’auteur classique est discipliné car il doit se plier à des règles et à la bienséance. Tout d’abord il doit faire preuve de lucidité et d’analyse : le déraisonnable est soumis à la raison, les passions contrôlables par la volonté.

Les règles du théâtre classique

C’est dans le genre théâtral que la régularité et la discipline s’expriment le plus, le roman étant un genre mineur à l’époque : une tragédie classique est toujours en cinq actes, une comédie peut-être en trois ou cinq actes. La règle des trois unités doit être respectée : unité de lieu, unité de temps, unité d’action. Elle est définie par Boileau dans son Art Poétique : « Qu’en un lieu, en un jour, un seul fait accompli/Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli ».

La bienséance doit aussi être assurée : « Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’impose/Les yeux en le voyant saisiront mieux la chose/Mais il est des objets que l’art judicieux/Doit offrir à l’oreille et reculer des yeux. » Ainsi, ni mort, ni combat, ni sang ne seront jamais représentés dans le théâtre classique.

Don Juan de Molière au festival international de Théâtre classique d'Almagro

La place de l'auteur classique

Enfin pour ce qui est de l’ordre, le classicisme équivaut à une harmonie à plusieurs niveaux. C’est l’harmonie de l’auteur avec son milieu, à l’inverse des romantiques du XIXème qui se sentiront ou surhomme ou paria, l’harmonie de la grandeur de l’art avec la grandeur de la royauté, l’harmonie de la pensée et de l’expression, en somme du fond et de la forme.

L’Académie française créée par Richelieu en 1635 est un symbole de cet effort fourni pour donner une dignité et une consécration officielle à l’art littéraire.


La littérature classique est une littérature sociale. L’écrivain classique est un honnête homme qui écrit pour les honnêtes gens. L’idéal de l’honnête homme s’instaure : qu’il soit bourgeois, grand seigneur ou roturier, il est noble de cœur, et, en tant qu’homme de cour (bien sûr, pas au sens de La Fontaine), il assure une élégance extérieure et morale. C’est l’exemple de Racine, de Bossuet, de Boileau.

Le but du théâtre classique

Le principe de la vraisemblance complète les loisci-dessus, car il ne s’agit pas de représenter le vrai, car, pour citer une troisième fois Boileau : «Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable/Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable/Une merveille absurde est pour moi sans appât ; / L’esprit n’est point ému de ce qu’il ne croit pas. »

En effet un des buts du théâtre classique est bien d’émouvoir le lecteur : il veut réformer le public par la représentation vraisemblable de passions qu’il connaît, lui inspirer pitié, effroi et admiration. Ainsi s’effectue l’épuration des passions du spectateur : c’est la catharsis. Le classicisme a donc une dimension morale.

Les auteurs

Image de Nicolas Boileau

Nicolas Boileau
1636 - 1711

poésie  

Nicolas Boileau est l'homme de l'Art Poétique, celui du « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage » et du « Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement », véritable traumatisme scolaire de toute une époque. Bien d'autres expressions issues de son œuvre sont aujourd'hui passées dans le langage courant.

Image de Pierre Corneille

Pierre Corneille
1606 - 1684

poésie  

Le Grand Corneille est l'homme au centre de la querelle du Cid. La pièce, qui remporta un vif succès, fut attaquée. On reproche au dramaturge de ne pas avoir respecté les règles du théâtre classique et d'avoir traité un sujet espagnol alors que la France est en guerre contre l'Espagne. Mais Richelieu intervint. C'est aussi le Cardinal qui lui présente une jeune aristocrate, Marie de ...

Image de Madame de La Fayette

Madame de La Fayette
1634-1693

nouvelle  

Marie-Madeleine Pioche de La Vergne dite Madame de La Fayette est célèbre pour son roman La princesse de Clèves. Cependant ce sont les nouvelles qui sont privilégiées au XVIIe siècle et elle s'adonne donc à l'écriture de celles-ci. Elle est la première à utiliser une trame de fond historique, rendant ambiguë la part de fiction au sein de ses écrits.

Image de Madame de Villedieu

Madame de Villedieu
1640-1683

poésie   lettre  

Marie-Catherine Desjardins, dite Madame de Villedieu est romancière, dramaturge, poétesse mais aussi autrice de nouvelles. Elle rencontra un vif succès de son temps et produisit un nombre conséquent d’œuvres, pressée par des difficultés financières vers la fin de sa vie. Voltaire dira d'elle :  « Elle a fait perdre le goût des longs romans. » sans que l'on sache ce qu'il ...

Image de Jean de La Bruyère

Jean de La Bruyère
1645 - 1696

citations/pensées  

C'est avec un plume amère que La Bruyère dresse le portrait des mœurs de son siècle. Et cela durant toute sa vie, puisque le texte des Caractères comptera neuf éditions, toutes retravaillées et augmentées par l'auteur lui-même. Sa prose moraliste est une des plus audacieuses ; elle est servie par un style haletant, rythmé, mordant. Il mourut empoisonné et vieux garçon. Étonnamment...

Image de Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine
1621 - 1695

fable   conte  

Fabuliste, moraliste, poète, La Fontaine traverse le Grand Siècle avec suffisamment d'esprit pour rester à l'écart de la Cour. Si dans les Fables il s'inspire très largement des textes du grec Ésope, sa morale a généralement des fins plus didactiques, sans pour autant délaisser la virtuosité. Mais il est aussi l'auteur de quelques contes licencieux peu connus. Souvenirs des ...

Image de Molière

Molière
1622 - 1673

poésie  

Auteur incontournable du paysage littéraire français, Molière est le dramaturge de la cour de Louis XIV. Satiriques et provocatrices, ses pièces définies comme des "comédies de mœurs" dressent un portrait ironique de la société française du XVIIème siècle. Les problématiques développées dans l'œuvre de Molière ont encore un écho dans la société actuelle et ses pièces ont ...

Image de Blaise Pascal

Blaise Pascal
1623 - 1662

citations/pensées  

Scientifique, philosophe et moraliste, Pascal est l'homme d'un seul recueil, Les Pensées. Le texte sera publié de manière posthume à partir des notes retrouvées dans ses affaires. Il aborde les sujets de la matière, de l'âme et de la mort face au néant, dans un style amère et lucide. On y trouve le fameux passage sur l'homme aveuglé par le divertissement. C'est l'œuvre en prose la ...

Image de Jean Racine

Jean Racine
1639 - 1699

poésie  

Jean Racine incarne le tragédien par excellence. Sa pièce la plus célèbre, Phèdre, est le modèle du genre ; mais c'est aussi l'œuvre française la plus jouée à ce jour, sans cesse renouvelée par les metteurs en scène contemporains. La rivalité avec son confrère Corneille est bien connue des lecteurs de tragédies classiques. La connaissance de la psychologie féminine dont il fait...

Lumières sur
Blaise Pascal

1623 - 1662

Image de Blaise Pascal

Scientifique, philosophe et moraliste, Pascal est l'homme d'un seul recueil, Les Pensées. Le texte sera publié de manière posthume à partir des notes retrouvées dans ses affaires. Il aborde les sujets de la matière, de l'âme et de la mort face au néant, dans un style amère et lucide. On y trouve le fameux passage sur l'homme aveuglé par le divertissement. C'est l'œuvre en prose la plus importante du XVIIe siècle. Il est aussi l'inventeur de la première machine à calculer, ...

EN SAVOIR +

Misère de l'homme

Rien n’est plus capable de nous faire entrer dans la connaissance de la misère des hommes, que de considérer la cause véritable de l’agitation perpétuelle dans laquelle ils passent toute leur vie.
L’âme est jetée dans le corps pour y faire un séjour de peu de durée. Elle sait que ce n’est qu’un passage à un voyage éternel, et qu’elle n’a que le peu de temps que dure la vie pour s’y préparer. Les nécessités de la nature lui en ravissent une très grande partie. Il ...

LIRE LA SUITE