Temps de lecture
1
min
lettre 37LECTURES

Lettre du 25 juin 1871

Kermadio, 25 juin 1871.

J’ai reçu ta lettre hier, cher enfant, et je m’empresse de t’envoyer aujourd’hui les 5 francs que tu me demandes ; je les multiplie par 5, ce qui fait 25, que je t’envoie pour récompenser la modestie de ta demande...

Je te remercie, cher enfant, des détails que tu me donnes sur la comédie et sur la procession. Je trouve que cette dernière a duré bien longtemps ; c’est trop fatigant. Armand et Valentine entrent en retraite aujourd’hui dimanche ; c’est ton oncle Gaston qui la prêche. La première communion aura lieu jeudi, jour de la Saint-Pierre. Valentine vient tous les jours à Kermadio pour suivre l’instruction préparatoire que fait ton oncle Gaston. J’ai communiqué à ton oncle la juste impatience des élèves pour la promenade accordée par ton oncle avec l’autorisation du Père Recteur. Ton oncle va écrire aujourd’hui à l’effet de rappeler au Révérend Père sa promesse, et vous aurez votre promenade au premier beau jour. Toute la réunion d’oncles, tantes, cousins, cousines te remercient de ton aimable souvenir et te rendent tes baisers et tes amitiés. Valentine et Loulou sont bien fâchés de ne pas t’avoir en vacances à Ponsal ou à Kermadio.....

Le petit Gaston, en péchant des crabes hier,, est tombé dans la vase jusqu’au genou ; il a dû changer de tout ; cette vase noire collait et puait ; on s’est moqué de lui, mais on ne l’a pas grondé. Louis est à Malaret, attendant le moment d’y aller avec son père ; il voudrait bien y être déjà. Adieu, mon cher bon petit Jacques, je t’embrasse bien tendrement. Pierre va trois fois par semaine à Sainte-Anne, chez un professeur qui le prépare à passer son examen de bachelier ; il se promène beaucoup avec Élisabeth et rit toute la journée, tant il est content d’être ici. Adieu, cher petit bien-aimé, je t’embrasse de tout mon cœur.

Grand’mère de Ségur.