Temps de lecture
1
min
lettre 52LECTURES

Lettre du 18 mai 1872

Kermadio, 18 mai 1872.

Mon cher petit Jacques, j’ai eu de tes nouvelles par le bon Méthol ; je sais que vous allez bien tous les deux, que les exercices militaires t’intéressent beaucoup, que tu possèdes ta grande théorie militaire, ton écharpe de généralissime et que tes cocardes militaires sont commandées oranges, de violettes qu’elles devaient être, je crois ; enfin que tout va bien et que le général de Pitray est content.
C’est dommage que Paul ne puisse avoir un intérêt du même genre dans sa division. Le grand saint Louis de Gonzague qui la dirige était trop doux, trop bon pour aimer la guerre et les combats, tandis que saint Ignace, votre chef à vous, était un guerrier renommé par son talent et sa bravoure ; il faut donc que Paul attende trois ou quatre ans pour sortir de la vie civile avant d’entrer dans le tourbillon militaire ; tu seras passé au grade le plus élevé, maréchal de France, pour marcher côte à côte de ton ancêtre le maréchal de Ségur ; tu le pourras encore quand le Comte de Chambord sera revenu prendre sa place sur le trône de France et conquérir toute l’Europe civilisée, et chrétienne catholique. Ce sera un bon moment quand tu rentreras dans la capitale renouvelée, à la droite du Roi, à la tête de l’armée victorieuse. Je te demande, pour ce beau jour, un bon souvenir dans tes prières, de ta grand’mère, décédée en te bénissant et qui ne te perdra jamais de vue. En attendant, je cherche à m’organiser une jolie demeure près du pont d’Auray, à droite en allant à la ville ; c’est au bord de la mer ; une jolie maison au milieu d’une jolie prairie descendant à la mer avec un joli bois pour enceinte, un beau jardin et une allée de grands arbres qui mène de la maison à la grille donnant sur la route : j’aurais un bateau qui vous mènerait dans cinq minutes à Kermadio en face de ma prairie. Je crois que ce sera amusant pour vous. La chasse d’été y est agréable. Armand tue des bécasses de mer, des lapins, des pies, des corbeaux, etc. Embrasse bien pour moi Paul ; je lui écrirai très prochainement ; je vais très bien.....

Grand’mère de Ségur.