De l'amoureux ardant

1 min
418
lectures
0

Marot est poète à la cour de François Ier où il est protégé par la très influente Marguerite de Navarre, sœur du roi. Sa poésie est teintée d'un érotisme voilé mais sait aussi se faire  [+]

Au feu, qui mon cueur a choisy,
Jectez y, ma seule Deesse
De l'eau de grâce, et de lyesse,
Car il est consommé quasi.
Amours l'a de si pres saisy,
Que force est, qu'il crie sans cesse
Au feu.
Si par vous en est dessaisy,
Amours luy doint plus grand destresse,
Si jamais sert aultre maistresse:
Doncques ma Dame courez y
Au feu.
0
0