Temps de lecture
1
min
poésie 67LECTURES

Tant ont a durer mes peines

Je suis loings de mes amours,
Dont je pleure mainte lerme ;
Mais en espoir prens secours
Que tost revendra le terme
Qu'il m'a mis de retourner.
Ja sont passées trois sepmaines,
Six en devoit sejourner,
Tant ont a durer mes peines.

Tant le desire tousjours
Qu'en suis malade et enferme.
Or venez doncques le cours,
Amis que j'aim d'amour ferme,
Et vous ferez destourner
Mes angoisses trés grevaines;
Car jusques au retourner
Tant ont a durer mes peines.

Pour mener mon dueil en plours,
Souvent a par moy m'enferme;
Mais ce garist mes doulours
Qu'a bon espoir je m'afferme
Que Dieu vous vueille amener,
Ou tost nouvelles certaines;
Jusques la me fault pener
Tant ont a durer mes peines.