Temps de lecture
1
min
poésie 42LECTURES

Qui tant de maulz et tant d'anuis nous fait !

Que ferons nous de ce mary jaloux ?
Je pry a Dieu qu'on le puist escorchier.
Tant se prent il de près garde de nous
Que ne pouons l'un de l'autre approchier.
A male hart on le puist atachier,
L'ort, vil, villain, de goute contrefait !
Qui tant de maulz et tant d'anuis nous fait !

Estranglé puist estre son corps des loups,
Qu'aussi ne sert il, mais que s'empeschier !
A quoy est bon ce vieillart plein de toux,
Fors a tencier, rechigner et crachier ?
Dyable le puist amer ne tenir chier,
Je le hé trop, l'arné, vieil et deffait,
Qui tant de maulz et tant d'anuis nous fait !

Hé! qu'il dessert bien qu'on le face coux
Le baboïn qui ne fait que cerchier
Par sa maison ! hé quel avoir ! secoux
Un pou sa pel pour faire aler couchier,
Ou les degrez lui faire, sanz marchier,
Tost avaler au villain plein d'agait,
Qui tant de maulz et tant d'anuis nous fait !